EÖTVÖS PETER (1944- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Par son aspiration à se confronter à toutes les réalités, le Hongrois Peter Eötvös produit une œuvre extrêmement diversifiée mettant à profit l'éventail des options qui sont aujourd'hui à la disposition des compositeurs. « Préoccupé par le phénomène musical pur (la composition) autant qu'impur (la diffusion et les choix politiques qui en découlent), Peter Eötvös considère comme un bloc infrangible ses activités de compositeur « sans frontière », de chef d'orchestre et de conseiller musical pour diverses institutions européennes. » (Frank Langlois).

Peter Eötvös

Photographie : Peter Eötvös

Peter Eötvös lors d'une répétition d'orchestre en 1989. «Je pense que l'avenir est là: dans les nouvelles combinaisons que l'on pourra trouver entre les groupes d'instruments de l'orchestre. La couleur du son dépend à la fois des instruments et de leur disposition dans l'espace. La... 

Crédits : Brill/ ullstein bild/ Getty Images

Afficher

Une entité indivisible : compositeur et chef d'orchestre

Né le 2 janvier 1944 à Székelyudvarhely (alors en Hongrie, aujourd'hui Odorheiu Secuiesc, en Roumanie), en Transylvanie – comme György Ligeti et György Kurtág –, Peter Eötvös est, de 1958 à 1965, élève à l'Académie Franz-Liszt de Budapest, où il étudie plusieurs instruments – le piano, le violon, la flûte, les percussions –, la composition et la direction d'orchestre. Il commence à composer, pour le cinéma, la télévision et le théâtre. Ses influences ? Gesualdo, Bartók, Kodály, Stravinski, Kurtág, Boulez, Stockhausen, le jazz (notamment Miles Davis), Frank Zappa... Ayant obtenu son diplôme de composition en 1965, il obtient une bourse qui lui permet de se perfectionner à la Hochschule für Musik de Cologne (1966-1968), où il étudie avec Wolfgang von der Nahmer (direction d'orchestre) et Bernd Alois Zimmermann (composition) ; il y est, en 1968, diplômé de direction d'orchestre « avec distinction ». De 1968 à 1976, il collabore étroitement avec Stockhausen et, de 1971 à 1979, travaille au studio de musique électronique de la Westdeutscher Rundfunk que dirige Stockhausen à Cologne.

Au milieu des années 1970, Eötvös se tourne vers la direction d'orchestre, sans pour autant abandonner la composition. C'est Pierre Boulez qui lui permet de commencer à diriger à haut niveau en lui confiant le concert inaugural de l'I.R.C.A.M., en 1978, puis en lui demandant en 1979 de devenir directeur musical de l'Ensemble InterContemporain, poste qu'il occupera jusqu'en 1991 et où il fera preuve d'une maîtrise hors pair dans l'interprétation du répertoire du xxe siècle. Il est premier chef invité de l'Orchestre symphonique de la B.B.C. de 1985 à 1988 ; en 1994, il devient directeur musical de l'Orchestre de chambre de la Radio néerlandaise à Hilversum.

En 1991, il a créé l'International Eötvös Institute Foundation pour jeunes chefs et compositeurs, destiné à resserrer les liens entre la musique contemporaine, les musiciens, les compositeurs et le public. Dans un but similaire, il a créé en 2004, avec Maria Eötvös-Mezei, la Peter Eötvös Contemporary Music Foundation. Peter Eötvös, fervent défenseur de la musique de son temps – il s'est, dans un article de 1995, défini comme un « pilote d'essais » de la musique nouvelle –, a notamment créé Duo pour Bruno de Franco Donatoni (1975), Mirages de Jean-Claude Risset (1978), Saturne de Hugues Dufourt (1979), la Symphonie concertante d'Alain Bancquart (1981), les deux premiers mouvements de Tehillim de Steve Reich (1981), Zeitlauf de Philippe Manoury (1983), Désintégrations de Tristan Murail (1983), Épilogue de Gérard Grisey (1985), Ad marginem de Heinz Holliger (1985), Madonna of Winter and Spring de Jonathan Harvey (1986), Ausklang de Helmut Lachenmann (1986), Io de Kaija Saariaho (1987), ... quasi una fantasia... de György Kurtág (1988), Trajectoires d [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

  • : musicologue, analyste, chef de chœur diplômée du Conservatoire national supérieur de musique de Paris, chargée de cours à Columbia University, New York (États-Unis)

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Juliette GARRIGUES, « EÖTVÖS PETER (1944- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 décembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/peter-eotvos/