EÖTVÖS PETER (1944- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le théâtre avant tout

Créé le 13 mars 1998 à l'Opéra national de Lyon sous la direction de Kent Nagano et du compositeur (l'œuvre requiert un ensemble instrumental dans la fosse et un orchestre derrière la scène), l'opéra en « trois séquences » Trois Sœurs, sur un livret de Claus H. Henneberg et de Peter Eötvös, conserve l'intimité propre à la pièce de Tchekhov. Eötvös y bouleverse les conventions et les catégories esthétiques de l'opéra, dont il offre sans doute la plus belle réalisation de la fin du xxe siècle, en puisant ouvertement dans le théâtre nō, pour sa forme vocale – avec ses rôles de femme confiés à des hommes – comme pour sa mise en scène.

Peter Eötvös s'inspire de la pièce de Tony Kushner pour composer un opéra en deux parties, Angels in America, sur un livret de Mari Mezei (créé le 23 novembre 2004 au Théâtre du Châtelet, à Paris), de celle de Jean Genet pour l'opéra en dix scènes Le Balcon, sur un livret de Francoise Morvan, du compositeur et d'André Markovitz (créé au festival d'Aix-en-Provence le 5 juillet, 2002). Son opéra en un acte Lady Sarashina, d'après le journal d'une provinciale japonaise daté de 1008 – le Sarashina nikki –, sur un livret de Mari Mezei, est créé à l'Opéra national de Lyon le 4 mars 2008. La même année, le 10 août, le festival de Glyndebourne voit la création de l'opéra en deux actes Love and other Demons, sur un livret de Kornél Hamvai d'après le roman de Gabriel García Márquez Del amor y otros demonios (De l'amour et autres démons). Le compositeur signe ensuite deux opéras sur un livret d'Albert Ostermaier : Die Tragödie des Teufels, créé en 2010 à Munich, puis Paradise reloaded (Lilith), créé à Vienne en 2013.

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

  • : musicologue, analyste, chef de chœur diplômée du Conservatoire national supérieur de musique de Paris, chargée de cours à Columbia University, New York (États-Unis)

Classification

Pour citer l’article

Juliette GARRIGUES, « EÖTVÖS PETER (1944- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/peter-eotvos/