PARODIE, littérature

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Histoire de la notion de parodie

Un genre aux contours incertains

Pourtant Aristote l'évoque au chapitre ii de la Poétique : « Homère a représenté des personnages meilleurs, Cléophon, semblables, Hégémon de Thasos, le premier auteur de parodies, et Nicocharès, l'auteur de la Deiliade, pires » (trad. Dupont-Roc, Lallot, 1980). Dans la sorte de grille des genres littéraires qu'il établit, la parodie aurait, semble-t-il, occupé la quatrième « case », correspondant à la représentation en mode narratif de personnages et d'actions « bas ». Or si Aristote a bien défini les cases de la tragédie et de l'épopée et annoncé au chapitre vi un traité sur la comédie qui ne nous est pas parvenu, il ne nous a pas laissé d'autres informations sur la parodie que ces allusions à des œuvres de son temps. Elles permettent, en accord avec la logique de son système générique, de conjecturer que la parodie devait être soit une épopée présentant des actions et des personnages bas, soit une épopée ridiculisant une épopée connue (la Deiliade étant littéralement une « Iliade des lâches »).

L'étymologie du mot parodie confirmerait d'ailleurs la seconde hypothèse : ôdê signifiant « le chant », et para à la fois « contre » et « à côté », la notion de parodie postule un « contrechant », une œuvre qui se construit dans l'opposition à une autre, ou du moins en regard d'une autre. Que la relation qui les unit soit de l'ordre d'une transformation comique, la Deiliade et le Margitès, une épopée burlesque également mentionnée par Aristote au chapitre iv de la Poétique, le laissent entendre. Il reste que le manque de précisions de la poétique aristotélicienne a pesé lourdement sur le destin de la parodie comme genre littéraire.

Cela d' [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages

Médias de l’article

Le Masque des orateurs, Jean de Soudier de Richesource.

Le Masque des orateurs, Jean de Soudier de Richesource.
Crédits : BnF, X-18739

photographie

Don Quichotte de la Manche

Don Quichotte de la Manche
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : docteur ès lettres, professeur à l'université de Grenoble-III-Stendhal

Classification

Autres références

«  PARODIE, littérature  » est également traité dans :

PARODIE, art et littérature

  • Écrit par 
  • Guy BELZANE
  •  • 1 231 mots

Exercice de virtuosité en même temps que démonstration de liberté, condamnée à dépendre de l'original qu'elle détourne, et, comme la satire, prisonnière du contexte et victime du temps, la parodie constitue une approche instructive des œuvres, des styles et des genres qu'elle rabaisse et pervertit – souvent –, magnifie – parfois –, analyse – toujours. […] Lire la suite

AFRIQUE NOIRE (Culture et société) - Littératures

  • Écrit par 
  • Jean DERIVE, 
  • Jean-Louis JOUBERT, 
  • Michel LABAN
  •  • 16 604 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les formes écrites de la littérature traditionnelle »  : […] Les littératures traditionnelles écrites constituent certes un domaine quantitativement marginal, comparé à l'immensité de celui des littératures orales. Elles méritent cependant d'être mentionnées car leur existence permet de mieux comprendre les relations de l'écrit et de l'oral dans les cultures africaines. Ont déjà été évoqués les manuscrits autochtones de l'épopée swahili Lyongo Fumo . Le cas […] Lire la suite

LES AVENTURES DU BRAVE SOLDAT CHVÉÏK DANS LA GRANDE GUERRE, Jaroslav Hašek - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Milan BURDA
  •  • 898 mots

Dans le chapitre « Une épopée parodique »  : […] Grâce au collage parodique de toute une série d'épisodes, de bribes de conversations, de citations de documents officiels de l'époque, l'auteur restitue d'abord l'atmosphère de Prague juste après l'attentat de Sarajevo et la déclaration de guerre. Nous suivons ensuite les aventures de Chvéïk dans le train militaire en partance pour le front. À mesure que celui-ci approche, le décor extérieur devie […] Lire la suite

BERNESQUE, genre littéraire

  • Écrit par 
  • Véronique KLAUBER
  •  • 349 mots

Le genre bernesque naquit dans l'atmosphère enjouée des fêtes que donnaient les Médicis, en particulier Laurent le Magnifique et Hippolyte. À Florence vécurent les poètes Ange Politien (1454-1494), Luigi Pulci (1432-1484) et celui qui sera considéré comme le fondateur de la maniera bernesca , Francesco Berni (1497-1535). Ils apportent respectivement la souplesse de la poésie néo-latine, l'humour e […] Lire la suite

BOULEVARD THÉÂTRE DE

  • Écrit par 
  • Daniel ZERKI
  •  • 5 989 mots

Dans le chapitre « Le bel âge (1814-1848) »  : […] La Restauration rend aux théâtres des boulevards leur liberté (liberté d'entreprise plus que d'expression, la censure et surtout l'autocensure existant toujours). Ils connaissent alors une expansion qui se prolongera et s'amplifiera sous la monarchie de Juillet. Dans ce système de libre entreprise, la concurrence est acharnée : il faut plaire avant tout. On change très souvent de spectacle ; on e […] Lire la suite

BURLESQUE, esthétique

  • Écrit par 
  • Bernard CROQUETTE
  •  • 809 mots

Mode littéraire qui a fait fureur en France au xvii e siècle pendant une dizaine d'années (env. 1643-1653). À genre nouveau, mot nouveau : le terme lui-même est emprunté à l'italien et introduit dans la langue (ou plutôt réintroduit, car il avait déjà été employé, mais avec un sens différent) par Sarrasin à la même époque. Il désigne « l'explication des choses les plus sérieuses par des expressio […] Lire la suite

ECHENOZ JEAN (1947- )

  • Écrit par 
  • Jean-Didier WAGNEUR
  •  • 1 184 mots

Jean Echenoz est né le 26 décembre 1947 à Orange. C'est en 1979 qu'il fait son entrée dans le paysage littéraire avec Le Méridien de Greenwich . Publiée aux éditions de Minuit au moment où la littérature française est traversée par de nombreux débats sur la fin des avant-gardes et du nouveau roman, son œuvre est saluée de manière diverse. Romancier des années 1980 pour Pierre Lepape ( Le Monde , 2 […] Lire la suite

FORMALISME RUSSE

  • Écrit par 
  • Georges NIVAT
  •  • 3 392 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le mouvement des formes »  : […] Ce fut en somme la deuxième grande étape des recherches formalistes. Les premiers rôles dans cette découverte des lois de la « dynamique » littéraire revinrent à Victor Chklovski et à Iouri Tynianov. Selon Chklovski, les procédés s'usent et s'automatisent continuellement. Inlassablement, l'art s'évertue à rendre neuve notre vision : c'est le procédé de « singularisation », auquel Tolstoï eut sans […] Lire la suite

GENETTE GÉRARD (1930-2018)

  • Écrit par 
  • Pierre-Marc de BIASI
  •  • 2 643 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Champs et phénomènes méconnus de l'espace littéraire »  : […] Avec Mimologiques (1976), Genette introduit un premier grand tournant dans son travail critique : sans abandonner la poétique, il se confronte aux « jeux », aux territoires inconnus et aux aspects transcendants de l'espace littéraire. Ainsi, dans Mimologiques – sous-titré « Voyage en Cratylie » – Genette reprend l'interrogation platonicienne sur le statut ontologique du langage, explorant, à sa […] Lire la suite

GOYTISOLO JUAN (1931-2017)

  • Écrit par 
  • Corinne CRISTINI, 
  • Jean TENA
  •  • 1 783 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une œuvre polyphonique »  : […] Dans les années 1980-1990 se poursuit l'œuvre prolifique et polymorphe de Juan Goytisolo qui cultive tout à la fois le roman, l'essai, la critique littéraire, le récit de voyage ou encore la chronique. Son écriture transgressive, anticonformiste et métissée semble faire sienne la formule rimbaldienne du « Je est un autre » accordant, au fil des œuvres, une place prépondérante au monde arabo-islami […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Daniel SANGSUE, « PARODIE, littérature », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/parodie-litterature/