Jeux littéraires


ACROSTICHE, littérature

  • Écrit par 
  • Véronique KLAUBER
  •  • 321 mots

La règle de ce jeu littéraire est simple : il suffit d'écrire des vers dont les initiales, lues verticalement et dans l'ordre, forment un mot en rapport avec le poème. La typographie particulière peut faciliter le décryptage du message qui concerne le plus souvent le nom de l'auteur, celui du dédicataire ou le sujet de l'œuvre. Cicéron attribue l'invention de l'acrostiche à Ennius. Apollinaire ins […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/acrostiche-litterature/#i_0

ANAGRAMME, littérature

  • Écrit par 
  • Véronique KLAUBER
  •  • 350 mots

Les avatars de l'anagramme fournissent le paradigme des changements de fonction de nombreux artifices linguistiques : désacralisée par les auteurs antiques, elle devient plus tard un jeu littéraire, recouvre sa nature ésotérique, puis recommence une nouvelle carrière littéraire. La transposition des éléments constitutifs d'un segment de la langue doué de sens en vue de la production d'un autre seg […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anagramme-litterature/#i_0

COMPTINE

  • Écrit par 
  • Nicole QUENTIN-MAURER
  •  • 418 mots

Formulette enfantine, récitée ou chantée avant le jeu pour désigner celui ou celle à qui sera dévolu un rôle particulier, généralement une corvée, ou du moins un rôle peu envié (« s'y coller », être « le chat »). L'un des joueurs compte ses camarades, qui ont formé un cercle, en montrant successivement du doigt la poitrine de chacun d'eux, tandis qu'il énonce, syllabe par syllabe, une formulette r […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/comptine/#i_0

FATRASIE

  • Écrit par 
  • Paul ZUMTHOR
  •  • 778 mots

Apparemment dérivé de fatras, le mot fatrasie est pourtant attesté dans l'usage vers 1250, soit plusieurs décennies avant lui. D'étymologie obscure (on a voulu les faire remonter au latin farsura, « remplissage »), l'un et l'autre appartiennent en ancien français au vocabulaire littéraire (peut-être humoristique) et désignent deux variété […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fatrasie/#i_0

PALINDROME, genre littéraire

  • Écrit par 
  • Véronique KLAUBER
  •  • 270 mots

Georges Perec, le champion incontestable du genre, écrivit en 1969 : « Litige. Regagner (et ne m'...). Ressac. Il frémit, se sape, na ; Eh, cavale ; Timide, il nia ce sursaut. [...] tu as rusé ; Cain ; Lied imité, la vache (à ne pas estimer) (flic assermenté, rengagé) régit./Il/ » (Oulipo, 1973). Cet énoncé comporte deux parties, ri […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/palindrome-genre-litteraire/#i_0

PARODIE, littérature

  • Écrit par 
  • Daniel SANGSUE
  •  • 5 250 mots
  •  • 2 médias

Dans un sens restreint, la parodie désigne une œuvre littéraire ou artistique qui transforme une œuvre préexistante de façon comique, ludique ou satirique. Mais l'usage populaire, ainsi que les définitions des poéticiens et des parodistes ont donné à la parodie des acceptions plus larges, souvent aussi plus confuses. Retracer l'histoire de la notion de parod […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/parodie-litterature/#i_0

PROVERBE DRAMATIQUE

  • Écrit par 
  • Hélène LACAS
  •  • 872 mots

Plutôt qu'un genre littéraire, le proverbe est, à l'origine, un divertissement de salon dont la naissance a été favorisée par la brillante vie mondaine de la fin du règne de Louis XIII. C'est « une scène en plusieurs scènes qu'on écrivait ou que souvent on improvisait entre soi sur un simple canevas et qui renfermait un petit secret [...]. Le secret était le mot même du proverbe (par exemple : Sel […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/proverbe-dramatique/#i_0