UCCELLO PAOLO (1397-1475)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La maturité

Le premier travail monumental du peintre est constitué par la représentation, signée et documentée (1436), du Monument funèbre de Giovanni Acuto (italianisation du nom du célèbre condottiere anglais John Hawkwood, † 1394). Fruit de recherches acharnées, il peut être considéré comme la première solution que la Renaissance a donnée du thème du groupe équestre, dressé dans un équilibre solennel.

C'est de cette époque que doivent dater les trois épisodes de la Bataille de San Romano répartis aujourd'hui entre le Louvre, la National Gallery et les Offices : l'événement historique – important seulement pour ses conséquences politiques – se présente sous les apparences d'un rêve ; la bataille qui se déroule dans une paisible campagne lunaire prend l'aspect d'une lutte monstrueuse ; les armures aux plaques d'argent, les cimiers, les étendards, les chevaux vus sous toutes sortes de raccourcis donnent lieu à une série illimitée d'intersections dans lesquelles l'œil qui voudrait reconstruire des figures singulières se perd comme dans un labyrinthe.

La Bataille de San Romano, Uccello

Photographie : La Bataille de San Romano, Uccello

Paolo Uccello (1397-1475), La Bataille de San Romano, 1455-1460. Huile sur toile, 182 cm X 323 cm. Musée des Offices, Florence, Italie. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

Si les fresques du cloître du monastère des Anges, que Vasari admirait comme exemple de « grand dessin », sont perdues, il reste cependant, pour apprécier dans sa plénitude l'imagination de l'artiste, la lunette, avec les Scènes de la vie de Noé, ajoutée sur les murs du Chiostro verde quelque vingt années après les Épisodes de la Genèse. La représentation du Déluge universel et retrait des eaux offre une impressionnante fuite perspective dans laquelle les certitudes optiques, bouleversées du fait de la perturbation atmosphérique, donnent lieu à toute une série de « tromperies » : ce sont les deceptiones visus des traités du Moyen Âge, dont le déchiffrement confère à la scène une indicible angoisse protéiforme. En dessous s'étendent les scènes représentant les Sacrifice et ivresse de Noé, plus calmes et plus détendues, mais non dépourvues de suggestions fantastiques : ainsi, la figure qui apparaît en haut, renversée, pourrait être, plutôt que celle de l'Éternel, la figure même de Noé reflétée, par l'effet d'une météorologie imaginative, dans le « miroir concave » de l'arc-en-ciel.

Certains dessins de mazzocchi, sortes de couvre-chefs de bois ou d'osier qui servaient de support à un bonnet et à une écharpe, taillés à facettes (aux Offices), témoignent des exercices de virtuosité du peintre, ce pour quoi, si l'on en croit Vasari, il dut subir les reproches de son ami Donatello. S'obstinant dans cette direction, au moins à partir du milieu du siècle, Uccello s'éloigne toujours plus de la ligne générale de la Renaissance, dont l'humanisme conduisait les artistes à concentrer leur intérêt sur la figure humaine. Il semble, au contraire, attaché à l'idée que la nature l'emporte sur l'homme – un homme qu'il présente chargé de tout le poids de la matière dans la Création (Épisodes de la Genèse au Chiostro verde), renversé par les éléments déchaînés dans le Déluge, transformé en automate dans les Batailles, réduit à l'état de marionnette animée dans les dernières œuvres telles que la Chasse nocturne d'Oxford et les histoires de la Profanation de l'hostie de la Galleria nazionale delle Marche à Urbin.

Le Miracle de l’hostie profanée, P. Uccello

Diaporama : Le Miracle de l’hostie profanée, P. Uccello

Prédelle en six panneaux peinte par le Florentin Paolo Uccello, Le Miracle de l'hostie profanée évoque le « miracle des Billettes » qui, à la fin du XIIIe siècle, a contribué à façonner la légende du juif profanateur d'hosties. Alors qu'en 1215 le dogme de la « présence réelle »... 

Crédits : DeAgostini/ Getty Images

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Médias de l’article

Saint Georges et le dragon, Uccello

Saint Georges et le dragon, Uccello
Crédits : Bridgeman Images

photographie

La Bataille de San Romano, Uccello

La Bataille de San Romano, Uccello
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Le Miracle de l’hostie profanée, P. Uccello

Le Miracle de l’hostie profanée, P. Uccello
Crédits : DeAgostini/ Getty Images

photographie

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  UCCELLO PAOLO (1397-1475)  » est également traité dans :

ANDREA DEL CASTAGNO (1390 ou 1406 ou 1421-1457)

  • Écrit par 
  • Philippe LEVANTAL
  •  • 744 mots
  •  • 3 médias

Au début du Quattrocento, divers peintres florentins élaborent un style qui brise avec ce que le Trecento, dominé par Giotto, comportait encore d'empreinte gothique. La conquête, par Masaccio, d'un espace cohérent ouvre la voie à Uccello, à Andrea del Castagno, qui, de manière fort différente, vont accorder la primauté au dessin, au volume monumental, au contour dramatique, aux effets de perspecti […] Lire la suite

BALDOVINETTI ALESSO ou ALESSIO (1425-1499)

  • Écrit par 
  • Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
  •  • 487 mots

L'art de Baldovinetti constitue un point de rencontre entre les deux tendances qui s'étaient affirmées dans la peinture florentine de la génération précédente, celle des coloristes et celle des dessinateurs. Il se rattache plus profondément au premier groupe, à Domenico Veneziano surtout, qui fut son maître et lui enseigna l'art des tonalités affinées par la lumière, des compositions sereines et l […] Lire la suite

CLOÎTRES

  • Écrit par 
  • Léon PRESSOUYRE
  •  • 5 530 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La fin d'un conflit »  : […] Cependant, dès la fin du xii e  siècle, l'opposition apparemment irréductible entre l'esthétique cistercienne et l'esthétique clunisienne tendait à s'abolir. En 1188, le chapitre général de l'ordre de Cîteaux prend des mesures pour empêcher les abbayes de s'endetter à l'occasion de constructions somptueuses. Ces prescriptions sont renouvelées – mais en vain – en 1213 et 1231 ; l'art des cloîtres c […] Lire la suite

FRESQUE

  • Écrit par 
  • Ève BORSOOK
  •  • 6 756 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Préparation des fresques »  : […] Les peintures murales étaient préparées de plusieurs façons. On faisait souvent des dessins sur l' arriccio au moyen de terre noire, jaune ou rouge (la prétendue sinopia , du nom de la fameuse terre rouge de Sinope, en Asie Mineure). On a trouvé des dessins préliminaires de ce genre, tracés dès le v e  siècle après J.-C., sous les mosaïques de l'arc triomphal de Sainte-Marie-Majeure à Rome. Parfo […] Lire la suite

NATURE MORTE

  • Écrit par 
  • Robert FOHR
  •  • 5 710 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Moyen Âge et Renaissance : réalité et symboles »  : […] Disparue pendant près d'un millénaire – l'art byzantin ne lui accorde pratiquement aucune place –, la nature morte réapparaît en Italie, au début du Trecento. Le sens spatial d'un Giotto et le goût siennois du détail réaliste réhabilitent en effet les objets à l'intérieur des compositions à figures, pour donner à celles-ci davantage de vérité et de vie. Ambrogio Lorenzetti dans l'église inférieur […] Lire la suite

RÉCIT

  • Écrit par 
  • Louis MARIN, 
  • Jean VERRIER
  •  • 8 853 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La mise en espace du temps figuratif »  : […] L'individualisation des figures narratives dans la représentation et leur constitution en sujets d'action se trouvent directement liées à la représentation de l'espace et à l'articulation du temps narratif dans cet espace par des moyens visuels. En effet, dès l'instant où une figure se trouve individualisée, cette individualisation génère un lieu spécifique qui vaut pour la séquence particulière d […] Lire la suite

TOSCANE

  • Écrit par 
  • Adrien GOETZ, 
  • Michel ROUX
  •  • 7 564 mots
  •  • 25 médias

Dans le chapitre « « Retour à Florence » : collectionneurs et voyageurs passionnés »  : […] C'est ainsi qu'Elisa Bonaparte, placée par son frère sur le trône de Lucques, tente une politique d'encouragement des arts. Devenir un musée n'était pas un risque pour la Toscane : on s'y était toujours mesuré à l'aune des chefs-d'œuvre du passé. La Loggia dei Lanzi (de Benci di Cione et Simone Talenti à la fin du xiv e  siècle), sur la place de la Seigneurie de Florence, premier musée de sculptu […] Lire la suite

Pour citer l’article

Alessandro PARRONCHI, « UCCELLO PAOLO - (1397-1475) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/paolo-uccello/