UCCELLO PAOLO (1397-1475)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Saint Georges et le dragon, Uccello

Saint Georges et le dragon, Uccello
Crédits : Bridgeman Images

photographie

La Bataille de San Romano, Uccello

La Bataille de San Romano, Uccello
Crédits : Bridgeman Images

photographie


Uccello est un peintre soucieux avant tout de pousser ses recherches dans une direction scientifique ; mais la science sur laquelle il s'appuie, l'optique de son temps, ou perspective, reste essentiellement psychologique ; son intellectualisme extrême l'amène à condenser, dans une exécution impeccable et avec un acharnement d'artisan poussé au paroxysme, des aspects de la réalité soigneusement interprétés à la lumière des lois de l'optique ; les résultats obtenus frappent par leur caractère fantastique et imaginatif. En un temps qui nous apparaît dominé par l'ordre rationnel d'un Brunelleschi et par les conquêtes de Donatello et de Masaccio, Uccello pourrait se définir comme l'artiste qui, en inscrivant les conceptions antiques dans des formes nouvelles, a ouvert la voie à celui qui a prospecté par le moyen du dessin les vérités de la science : Léonard de Vinci.

Les débuts

Né à Florence, Paolo di Dono, dit Uccello, acquiert sa formation avec Masolino, Donatello et Michelozzo, dans l'atelier de Ghiberti, à une époque où le sculpteur procède aux finitions des reliefs de la première porte du baptistère de Florence. À dix-huit ans, il s'inscrit à l'Art des médecins et apothicaires. Les premières œuvres que nous connaissons de lui, les Épisodes de la Genèse pour la première lunette du Chiostro verde de Sainte-Marie-Nouvelle à Florence, remontent à la troisième décennie du xve siècle. L'image qu'elles offrent est celle d'un peintre dont le dessin est fortement marqué par la manière de Ghiberti et dont le style pictural se rapproche formellement de celui de Masolino – non sans qu'on relève chez lui un plus grand souci de donner une rigueur géométrique aux formes et un rythme dynamique à la composition. Sont perceptibles aussi les influences exercées par les œuvres florentines de Gentile de Fabriano (1423 et 1425).


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  UCCELLO PAOLO (1397-1475)  » est également traité dans :

ANDREA DEL CASTAGNO (1390 ou 1406 ou 1421-1457)

  • Écrit par 
  • Philippe LEVANTAL
  •  • 743 mots
  •  • 3 médias

Au début du Quattrocento, divers peintres florentins élaborent un style qui brise avec ce que le Trecento, dominé par Giotto, comportait encore d'empreinte gothique. La conquête, par Masaccio, d'un espace cohérent ouvre la voie à Uccello, à Andrea del Castagno, qui, de manière fort différente, vont accorder la primauté au dessin, au volume monumental, au contour dramatique, aux effets de perspecti […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/andrea-del-castagno/#i_10167

BALDOVINETTI ALESSO ou ALESSIO (1425-1499)

  • Écrit par 
  • Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
  •  • 487 mots

L'art de Baldovinetti constitue un point de rencontre entre les deux tendances qui s'étaient affirmées dans la peinture florentine de la génération précédente, celle des coloristes et celle des dessinateurs. Il se rattache plus profondément au premier groupe, à Domenico Veneziano surtout, qui fut son maître et lui enseigna l'art des tonalités affinées par la lumière, des compositions sereines et l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/baldovinetti-alesso-ou-alessio/#i_10167

CLOÎTRES

  • Écrit par 
  • Léon PRESSOUYRE
  •  • 5 529 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La fin d'un conflit »  : […] Cependant, dès la fin du xii e  siècle, l'opposition apparemment irréductible entre l'esthétique cistercienne et l'esthétique clunisienne tendait à s'abolir. En 1188, le chapitre général de l'ordre de Cîteaux prend des mesures pour empêcher les abbayes de s'endetter à l'occasion de constructions somptueuses. Ces prescriptions sont renouvelées – ma […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cloitres/#i_10167

FRESQUE

  • Écrit par 
  • Ève BORSOOK
  •  • 6 752 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Préparation des fresques »  : […] Les peintures murales étaient préparées de plusieurs façons. On faisait souvent des dessins sur l' arriccio au moyen de terre noire, jaune ou rouge (la prétendue sinopia , du nom de la fameuse terre rouge de Sinope, en Asie Mineure). On a trouvé des dessins préliminaires de ce genre, tracés dès le v e   […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fresque/#i_10167

NATURE MORTE

  • Écrit par 
  • Robert FOHR
  •  • 5 707 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Moyen Âge et Renaissance : réalité et symboles »  : […] Disparue pendant près d'un millénaire – l'art byzantin ne lui accorde pratiquement aucune place –, la nature morte réapparaît en Italie, au début du Trecento. Le sens spatial d'un Giotto et le goût siennois du détail réaliste réhabilitent en effet les objets à l'intérieur des compositions à figures, pour donner à celles-ci davantage de vérité et de vie. Ambrogio Lorenzetti dans l'église inférieur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nature-morte/#i_10167

RÉCIT

  • Écrit par 
  • Louis MARIN, 
  • Jean VERRIER
  •  • 8 852 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La mise en espace du temps figuratif »  : […] L'individualisation des figures narratives dans la représentation et leur constitution en sujets d'action se trouvent directement liées à la représentation de l'espace et à l'articulation du temps narratif dans cet espace par des moyens visuels. En effet, dès l'instant où une figure se trouve individualisée, cette individualisation génère un lieu spécifique qui vaut pour la séquence particulière d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/recit/#i_10167

TOSCANE

  • Écrit par 
  • Adrien GOETZ, 
  • Michel ROUX
  •  • 7 553 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « « Retour à Florence » : collectionneurs et voyageurs passionnés »  : […] C'est ainsi qu'Elisa Bonaparte, placée par son frère sur le trône de Lucques, tente une politique d'encouragement des arts. Devenir un musée n'était pas un risque pour la Toscane : on s'y était toujours mesuré à l'aune des chefs-d'œuvre du passé. La Loggia dei Lanzi (de Benci di Cione et Simone Talenti à la fin du xiv e  siècle), sur la place de l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/toscane/#i_10167

Voir aussi

Pour citer l’article

Alessandro PARRONCHI, « UCCELLO PAOLO - (1397-1475) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/paolo-uccello/