PALÉOGÈNE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le paléogène est la plus ancienne des deux périodes (systèmes) de l'ère cénozoïque. Il s'étend de — 65,5 millions d'années (Ma) à - 23 Ma, soit une durée de 42,5 Ma. Sa limite inférieure, qui est aussi celle qui sépare les ères mésozoïque (ère secondaire des anciens auteurs) et cénozoïque (ères tertiaire et quaternaire des anciens auteurs), coïncide avec la collision d'une météorite avec la Terre. Sa limite supérieure correspond à une inversion du champ magnétique terrestre connue sous le nom de Chron 6Cn.2n.

Ce terme Paléogène, dont l'étymologie signifie « naissance ancienne », a été introduit par Carl Friedrich Naumann en 1866 pour regrouper l'ensemble des terrains sédimentaires compris entre le Crétacé et le Néogène (décrit par Hörnes en 1853). Ces terrains avaient auparavant été dénommés « éocènes » par Lyell (1797-1875) qui, sur la base de fossiles de mollusques marins avait défini quatre périodes géologiques qu'il classait dans l'ère tertiaire : l'Éocène, le Miocène, le Pliocène et le « Upper » Pliocène (qu'il appela Pléistocène).

Dans son acception actuelle, le Paléogène comprend trois époques (séries) qui sont, de la plus ancienne à la plus récente : le Paléocène, comprenant les étages Danien, Sélandien et Thanétien ; l'Éocène, avec l'Yprésien, le Lutétien, le Bartonien et le Priabonien ; et l'Oligocène, avec le Rupélien et le Chattien. Le début de l'Éocène (ou la fin du Paléocène), daté à — 5 Ma est marqué par le dépôt d'une argile marine décarbonatée dont l'analyse de la matière organique qu'elle contient indique un soudain bouleversement du cycle du carbone pendant près de deux cent mille ans. Le début de l'Oligocène (soit la fin de l'Éocène) est moins aisément caractérisé et correspond [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

  • : professeur à Rutgers University, New Brunswick, New Jersey (États-Unis)

Classification


Autres références

«  PALÉOGÈNE  » est également traité dans :

CUVILLIER JEAN (1899-1969)

  • Écrit par 
  • Agnès BEAUGRAND
  •  • 504 mots

Né à Ambleteuse (Pas-de-Calais), d'une famille d'instituteurs, l'enfance de Jean Cuvillier se déroula en Picardie, d'où il vint faire ses études supérieures à la Sorbonne ; en 1922, licencié ès sciences naturelles, il est nommé professeur au lycée français du Caire, où il enseigne jusqu'en 1930. Il entreprend en même temps, sur le conseil de ses maîtres E. Haug et le père Teilhard de Chardin, une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-cuvillier/#i_40901

IMPACT MÉTÉORITIQUE DE LA LIMITE CRÉTACÉ-PALÉOGÈNE

  • Écrit par 
  • Eric BUFFETAUT
  •  • 1 113 mots
  •  • 1 média

L'existence d'une phase d'extinction d'espèces de grande ampleur à la limite entre le Crétacé et le Paléogène (et donc entre deux ères, le Mésozoïque et le Cénozoïque), datée de 66 millions d'années, est connue depuis le xix e  siècle, et ses causes ont fait longtemps l'objet de spéculations. C'est en 1980 qu'a été mis en évidence à cette limite stratigraphique – appelée limite K-T (K pour Kreide […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/impact-meteoritique-de-la-limite-cretace-paleogene/#i_40901

PALÉOCLIMATOLOGIE

  • Écrit par 
  • Jean-Claude DUPLESSY
  •  • 8 061 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Les climats de la fin du Mésozoïque et du Tertiaire »  : […] Jusqu'en 1968, la géologie du Mésozoïque et du Tertiaire n'était étudiée qu'au travers des séries émergées. La mise en œuvre depuis cette date des navires foreurs Glomar Challenger puis Joides Resolution a permis de récolter dans tous les océans des séries sédimentaires remontant jusqu'au Crétacé. L'étude isotopique des foraminifères benthiques permet de suivre l'évolution thermique des eaux de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paleoclimatologie/#i_40901

YPRÉSIEN

  • Écrit par 
  • Jean-Claude PLAZIAT
  •  • 191 mots

Étage de l'Éocène inférieur défini en Belgique par A. Dumont (1849) à partir de l'argile d'Ypres et des sables à Nummulites planulatus qui les couronnent. On a très vite comparé ces sables avec ceux de Cuise-la-Motte (Oise) qui serviront de type au Cuisien (G. F. Dollfus, 1880). Les épaisses couches argileuses sous-jacentes sans fossiles sparnaciens ni nummulites, difficilement rattachables à cel […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ypresien/#i_40901

Pour citer l’article

Marie-Pierre AUBRY, « PALÉOGÈNE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/paleogene/