Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

TÉTHYS

L' idée qu'une ancienne communication marine d'orientation est-ouest avait dû séparer des masses continentales aujourd'hui adjacentes (telles l'Inde et l'Asie centrale) a été proposée dès la fin du xixe siècle, lorsque furent reconnues les analogies, voire l'identité, des faunes marines mésozoïques trouvées des Alpes jusque dans l'Himālaya. Le nom de Téthys fut proposé par Eduard Suess, en 1893, pour désigner cet espace marin, dont la disparition est à l'origine de la chaîne alpine. Définie au départ sur une base purement paléontologique (répartition équatoriale des faunes marines d'âge jurassique), la Téthys devint rapidement une notion centrale, sur le plan structural et paléogéographique, pour la compréhension de la genèse et de l'évolution de la chaîne alpine au sens large (des Caraïbes à l'Himālaya). Parallèlement, l'âge de la Téthys fut étendu au Paléozoïque ou prolongé au Crétacé, au Tertiaire et même jusqu'à l'Actuel pour certains fragments, comme la Méditerranée orientale. Au cours de la première moitié du xxe siècle, la notion de Téthys fut fortement influencée par les débats entre partisans et adversaires de la dérive continentale, et par le concept de géosynclinal.

C'est seulement dans les années 1960 que l'avènement de la tectonique globale allait, par une reconstruction continentale précise, apporter la preuve de l'existence d'un grand espace océanique subéquatorial séparant le Gondwana de l'Eurasie au Paléozoïque supérieur. Malgré une grande différence d'âge avec la conception originelle de Suess, cet espace océanique fut en effet immédiatement identifié avec la Téthys évoquée depuis longtemps par les paléontologistes et les stratigraphes. La géologie des marges continentales étant mieux connue, il fut possible d'identifier sur le plan sédimentologique les bordures mêmes de la Téthys, malgré leur tectonisation ultérieure dans la chaîne alpine : il devint alors évident que la Téthys alpine s'était ouverte, à partir du Trias, par fracturation de la marge du Gondwana, et ne devait donc pas être identifiée avec le grand espace océanique que montrent les reconstructions globales au Paléozoïque.

À la notion de Téthys unique et permanente, il convient donc de substituer celles de Paléo-Téthys et de Néo-Téthys – ou Téthys alpine –, désignant ainsi respectivement les portions océaniques qui ont disparu (par subduction) et celles qui se sont créées au même moment (par expansion) aux dépens du continent gondwanien fracturé. Actuellement, les « sutures » ophiolitiques de ces deux espaces océaniques, d'âges très différents (préjurassique moyen à supérieur pour la première, crétacé-éocène pour la seconde), sont identifiées au nord (suture cimmérienne) et dans la chaîne alpine, depuis l'Europe orientale jusqu'en Asie du Sud-Est.

L'évolution des idées depuis la création du concept va être retracée, et une définition purement structurale de la Téthys, appuyée par des arguments d'ordre sédimentologique et biogéographique, sera proposée.

Historique

Les origines

Méditerranée centrale - crédits : Encyclopædia Universalis France

Méditerranée centrale

C'est à Melchior Neumayr que l'on doit, en 1885, l'identification d'un domaine marin, continu au Jurassique, disposé équatorialement et en partie superposé à la chaîne alpine. Ce domaine, désigné comme « Zentrales Mittelmeer », séparait plusieurs masses continentales, situées au nord, d'un grand continent « brésilien-éthiopien » et « indo-malgache », situé au sud, préfiguration du futur Gondwana. Neumayr se fondait sur les découvertes d'Invertébrés jurassiques (Ammonites surtout) faites à travers le monde, et qui montraient une zonation climatique séparant les plates-formes boréales (Europe du Nord et bassin de Moscou par exemple) d'une zone équatoriale plus chaude joignant sans[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : docteur ès sciences, chargé de recherche au C.N.R.S.

Classification

Pour citer cet article

Olivier MONOD. TÉTHYS [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Médias

Méditerranée centrale - crédits : Encyclopædia Universalis France

Méditerranée centrale

Paléo-Téthys et Néo-Téthys - crédits : Encyclopædia Universalis France

Paléo-Téthys et Néo-Téthys

Système alpin : sutures téthysiennes - crédits : Encyclopædia Universalis France

Système alpin : sutures téthysiennes

Autres références

  • AFRIQUE (Structure et milieu) - Géologie

    • Écrit par
    • 18 789 mots
    • 22 médias
    ...canadien) et l'Eurasia (bouclier baltique et bouclier sibérien, sans doute encore séparés). Cette mer, dont la Méditerranée est la fille, a reçu les noms de Téthys ou de Mésogée. Elle va évoluer tout au long des temps paléozoïques pour se refermer lors de l'orogenèse calédono-hercynienne. Celle-ci aura...
  • ALPINES CHAÎNES

    • Écrit par
    • 4 539 mots
    • 5 médias
    La Téthys est un océan aujourd'hui disparu qui s'est ouvert en ciseau d'est en ouest au travers des continents rassemblés en une masse unique, la Pangée de la fin des temps primaires. Cette ouverture progressive se suit dans l'âge de la trilogie sédimentaire caractéristique de l'ouverture océanique :...
  • AMÉRIQUE (Structure et milieu) - Géologie

    • Écrit par , , , , , , et
    • 24 158 mots
    • 23 médias
    ...Amériques du Sud, Antarctide, Afrique, Arabie, Madagascar, Inde et Australie ; la Laurasia, au nord, rassemblant les futures Amérique du Nord et Eurasie. Cette séparation se fit à l'occasion du développement de la Téthys, nouvel océan qui naquit à partir du Pacifique occidental et s'ouvrit progressivement...
  • ARCS INSULAIRES

    • Écrit par
    • 1 784 mots
    • 3 médias

    Les arcs insulaires sont des ensembles d' îles, la plupart volcaniques, réparties en un ou plusieurs alignements courbes dessinant des arcs à convexité généralement tournée vers le large.

    Les arcs insulaires sont des éléments essentiels des zones géodynamiques vivantes du globe terrestre...

  • Afficher les 23 références