PAKISTAN

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

quelques données-clés.
Nom officielRépublique islamique du Pakistan (PK)
Chef de l'ÉtatArif Alvi (depuis le 9 septembre 2018)
Chef du gouvernementShehbaz Sharif (depuis le 11 avril 2022)
CapitaleIslamabad
Langues officiellesanglais, ourdou
Unité monétaireroupie pakistanaise (PKR)
Population235 409 000 (estim. 2022)
Superficie (km2)796 096

Histoire et vie politique

Depuis l'indépendance de 1947, le Pakistan a connu trois Constitutions et trois coups d'État militaires. En outre, l'exercice du pouvoir par les civils, entre deux interventions de l'armée, ne garantit pas l'existence d'une réelle démocratie. Si l'Inde a hérité du versant parlementaire du British Raj (Empire britannique des Indes), le Pakistan, lui, semble s'inspirer du modèle vice-royal dès le règne – pourtant bref – du « père de la nation », Mohammed Ali Jinnah. Ce dernier justifiait son autoritarisme par la nécessité de construire l'État de toutes pièces – ou presque –, un problème que l'Inde ne connaît pas. La démocratie est aussi fragilisée par l'arithmétique délicate des groupes ethniques : les tensions entre communautés linguistiques sont en effet l'une des grandes questions auxquelles le Pakistan est confrontée depuis l'origine.

Muhammad Ali Jinnah, 1943

Photographie : Muhammad Ali Jinnah, 1943

Muhammad Ali Jinnah (1876-1948), président de la Ligue musulmane, s'adresse aux congressistes de la Ligue, à la convention de New Delhi (Indes, 1943). 

Crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

L'impossible démocratie

Né sous le signe de l'autoritarisme

Jinnah a d'emblée introduit une forte personnalisation du pouvoir dont le Pakistan ne parviendra jamais à se débarrasser. Ce grand avocat au style de vie très occidentalisé s'était imposé dès les années 1930 à la tête d'une Ligue musulmane qu'il avait progressivement converti au séparatisme. La création du Pakistan fut l'œuvre du Qaïd-i-Azam (le Grand Guide), qui, fait unique dans les annales des dominions britanniques, cumule dès l'indépendance les fonctions de gouverneur général et de président de l'Assemblée constituante.

La concentration des pouvoirs va de pair avec une forte centralisation de l'État. En juillet 1948, le Premier ministre Liaqat Ali Khan, nouvel homme fort du pouvoir après la disparition de Jinnah, se donne les moyens constitutionnels de démettre un gouvernement provincial et en use dès le 24 janvier 1949 pour se débarrasser du gouvernement du Pendjab. Chef de la Ligue musulmane à partir de 1950, il ne s'en méfie pas moins des hommes politiques, comme en témoigne le vote du Public and Representatives Officers (Disqualification) Act (P.R.O.D.A.), le 26 janvier 1950, qui permet au gouverneur général, aux gouverneurs des provinces et même aux simples citoyens de porter plainte contre un ministre ou un élu soupçonné de corruption, de népotisme, de favoritisme ou de mauvaise gestion. De nombreuses personnalités furent interdites de vie publique à la suite d'une telle procédure.

Qui plus est, le rapport des forces démographiques entre provinces est un handicap important pour l'établissement de la démocratie. Le projet de Constitution proposé par Liaqat Ali Khan en 1949 prévoit que les Bengalis, bien que majoritaires dans le pays, seront représentés à égalité avec les autres entités administratives du Pakistan-Occidental (Pendjab, province de la Frontière du Nord-Ouest – North West Frontier Province ou N.W.F.P. –, Baloutchistan, Sind et Karachi) au sein de la Chambre haute. Face aux protestations des Bengalis, Liaqat Ali Khan le retire en novembre 1950.

Le 16 octobre 1951, il est tué dans un attentat lors d'une réunion politique à Rawalpindi. Khwaja Nazimuddin devient alors Premier ministre et laisse le poste de gouverneur général à Ghulam Mohammad, un ancien haut fonctionnaire porte-parole des intérêts pendjabis et très méfiant envers les hommes politiques. En avril 1953, il démet Nazimuddin, trop pro-bengali à son goût, et impose le « One Unit Scheme » pour intégrer en une seule toutes les provinces du Pakistan-Occidental et faire en sorte que cette zone contrebalance le Pakistan-Oriental. Le Pakistan ne compte plus désormais que deux entités administratives.

En octobre 1954, Ghulam Mohammad empêche l'adoption d'une Constitution qui aurait établi un véritable régime parlementaire au Pakistan en déclarant l'état d'urgence. Il fait approuver en 1955 la désignation d'une deuxième Assemblée constituante. En août de la même année, il démissionne pour raisons de santé au profit d'Iskander Mirza, un autre bureaucrate, qui devient ainsi le premier président du Pakistan et promulgue la Constitution en 1956. En conflit avec la classe politique, il proclame la loi martiale le 7 octobre 1958 sous les pressions du général Muhammad Ayub Khan, le commandant en chef d'une armée qui se compose alors aux trois quarts de Pendjabis, les Pachtouns représentant quant à eux un cinquième des troupes.

En matière de politique étrangère, la continuité l'emporte sur le changement malgré le passage à un régime militaire. Si l'Inde a opté pour le non-alignement, le Pakistan se rappr [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 30 pages

Médias de l’article

Pakistan : carte physique

Pakistan : carte physique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Pakistan : drapeau

Pakistan : drapeau
Crédits : Encyclopædia Universalis France

drapeau

Chaîne béloutche : structure

Chaîne béloutche : structure
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Muhammad Ali Jinnah, 1943

Muhammad Ali Jinnah, 1943
Crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Afficher les 11 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-VII-Denis-Diderot
  • : professeur honoraire des Instituts universitaires de hautes études internationales et d'études du développement, Genève (Suisse)
  • : directeur de recherche au CNRS, Centre d'études et de recherches internationales-Sciences Po
  • : professeur titulaire de la faculté des sciences de l'université de Picardie

Classification

Autres références

«  PAKISTAN  » est également traité dans :

INDÉPENDANCE DE L'INDE ET DU PAKISTAN

  • Écrit par 
  • Sylvain VENAYRE
  •  • 210 mots
  •  • 2 médias

En juillet 1947, le Parlement britannique vote l'Indian Independance Bill, qui entre en vigueur le 15 août. Les anciennes Indes britanniques deviennent indépendantes et, conformément aux vœux de la Ligue musulmane de Muhammad Ali Jinnah, elles sont séparées en deux États distincts : l'Union indienne […] Lire la suite

PAKISTAN, chronologie contemporaine

  • Écrit par 
  • Universalis

Tous les événements politiques (élections, conflits, accords, …) et les faits économiques et sociaux qui ont marqué l’histoire contemporaine du pays jusqu’à aujourd’hui. […] Lire la suite

AFGHANISTAN

  • Écrit par 
  • Daniel BALLAND, 
  • Gilles DORRONSORO, 
  • Mir Mohammad Sediq FARHANG, 
  • Pierre GENTELLE, 
  • Sayed Qassem RESHTIA, 
  • Olivier ROY, 
  • Francine TISSOT
  • , Universalis
  •  • 34 335 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « Le retour de l'insurrection »  : […] Après leur défaite en 2001, les Talibans se regroupent au Pakistan et parviennent à développer une insurrection dont le développement rapide s'explique par la conjonction de différents facteurs. D’abord, l'incurie et la corruption du gouvernement afghan offrent une image de corruption et de passivité aux Afghans. Au niveau du district, ce dernier est largement absent, ce qui laisse souvent les po […] Lire la suite

ASIE (Géographie humaine et régionale) - Dynamiques régionales

  • Écrit par 
  • Manuelle FRANCK, 
  • Bernard HOURCADE, 
  • Georges MUTIN, 
  • Philippe PELLETIER, 
  • Jean-Luc RACINE
  •  • 24 814 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Asie du Sud  »  : […] En tant qu'ensemble régional, l'Asie du Sud comprend sept États qui correspondent à ce qu'on appelait autrefois le sous-continent indien. L'Inde en occupe le cœur géographique, et s'impose tant par sa taille (3,2 millions de km 2 ) que par sa population (1,7 milliard d'habitants en 2009). Elle en est aussi, à maints égards, la matrice de la civilisation, le berceau de l'hindouisme et celui du bou […] Lire la suite

AYOUB KHAN MOHAMMED (1907-1974)

  • Écrit par 
  • Patrice de BEER
  •  • 732 mots

Chef de l'État du Pakistan pendant onze ans, de 1958 à 1969, le maréchal Mohammed Ayoub Khan (Muhammad Ayyūb khān) est né à Rehana, village pathan de l'actuelle province pakistanaise de la frontière du Nord-Ouest. Traditionnellement, la population de cette région a donné de nombreux soldats à l'armée des Indes, puis au Pakistan ; Ayoub Khan est fils de militaires, et certains de ses ancêtres ont c […] Lire la suite

BANGLADESH

  • Écrit par 
  • Alice BAILLAT
  •  • 8 391 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « La colonisation britannique »  : […] Le Bengale fut conquis par les musulmans au xii e  siècle, et dominé par le sultanat de Delhi jusqu’à la bataille de Pānīpat en 1526, qui marque le début de l’Empire moghol. C’est une période de prospérité et de développement pour la région, qui voit progressivement s’accroître l’influence de la Compagnie anglaise des Indes orientales, créée en 1600. Simple compagnie commerciale, celle-ci se tran […] Lire la suite

BÉLOUTCHES ou BALOUTCHES

  • Écrit par 
  • Jean-Charles BLANC
  •  • 645 mots

On trouve des Béloutches (appelés aussi Baloutches) au Pakistan, en Afghanistan, en Iran, dans les républiques d'Asie centrale, en Inde et dans les émirats du golfe arabo-persique. C'est au Béloutchistan pakistanais et iranien que vivent les plus importantes communautés béloutches. La langue est le baloutchi. C'est une langue indo-aryenne qui est apparentée au groupe iranien de l'Est et dont les d […] Lire la suite

BÉLOUTCHISTAN ou BALOUTCHISTAN

  • Écrit par 
  • Jean CALMARD
  •  • 890 mots
  •  • 1 média

Vaste région montagneuse semi-désertique, le Béloutchistan (ou Baloutchistan ou Bālutchestān) est partagé entre l'Iran et le Pākistān et comprend, au moins sur le plan ethno-linguistique, une partie de l'Afghānistān méridional. Il est formé de chaînes, parallèles à la côte du golfe d'Oman, qui rendent difficile l'accès vers l'intérieur du pays et sa mise en valeur. Morcelées et tourmentées, les ch […] Lire la suite

BEN LADEN OUSSAMA (1957-2011)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre FILIU
  •  • 906 mots
  •  • 1 média

Oussama ben Laden est l'un des cinquante-quatre enfants officiellement reconnus par Mohammed ben Laden, puissant entrepreneur de travaux publics d' Arabie Saoudite, responsable entre autres des chantiers de rénovation des lieux saints de La Mecque, de Médine et – avant 1967 – de Jérusalem. La famille Ben Laden est originaire de la province yéménite de l'Hadramaout, que le patriarche Mohammed a qu […] Lire la suite

BHOLA (cyclone de)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre CHALON
  •  • 1 247 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Conséquences politiques »  : […] Face à cette catastrophe, la communauté internationale s’est largement mobilisée pour apporter une aide aux rescapés et participer à la reconstruction des régions sinistrées. De son côté, le gouvernement pakistanais, dominé par des Penjabis, occupants de la partie occidentale du Pakistan (le Penjab), est sévèrement critiqué pour sa gestion des opérations. Elle engendre de graves dissensions politi […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

2 novembre 2021 Pakistan. Libération massive d'islamistes.

Le Pakistan n’a plus d’ambassadeur à Paris depuis juillet 2020. […] Lire la suite

12-20 avril 2021 Pakistan. Interdiction du parti Tehreek-e-Labbaik Pakistan.

Le 12, le chef du parti extrémiste Tehreek-e-Labbaik Pakistan (TLP), Saad Hussain Rizvi, est arrêté. Le TLP, qui se consacre à la lutte contre le blasphème, mène une violente campagne antifrançaise depuis que l’assassinat du professeur Samuel Paty, en octobre 2020, a relancé, en France, la défense du droit à la caricature au nom de la liberté d’expression. […] Lire la suite

4 mars 2021 France. Relaxe de l'ancien Premier ministre Édouard Balladur dans l'affaire Karachi.

La Cour de justice de la République rend son jugement dans l’affaire Karachi relative au système de rétrocommissions mis en place en marge de marchés d’armement passés dans les années 1990 entre la France d’une part, et le Pakistan et l’Arabie Saoudite d’autre part. Soupçonné d’avoir bénéficié de ces rétrocommissions, qui lui auraient permis de financer sa campagne électorale de 1995, l’ancien Premier ministre Édouard Balladur est relaxé des accusations de « complicité et recel d’abus de biens ou du crédit de deux sociétés publiques ». […] Lire la suite

15 juin 2020 France. Jugement dans l'affaire de Karachi.

L’affaire concerne les rétrocommissions versées à l’occasion de contrats d’armement signés en 1994 avec le Pakistan et l’Arabie Saoudite. Les fonds détournés avaient financé la campagne électorale d’Édouard Balladur, alors Premier ministre, en 1995. Ce dernier, ainsi que son ministre de la Défense François Léotard, doivent être jugés devant la Cour de justice de la République. […] Lire la suite

13 janvier 2020 Pakistan. Annulation de la condamnation à mort de Pervez Moucharraf.

La Haute Cour de Lahore annule la condamnation à mort prononcée par contumace, en décembre 2019, contre Pervez Moucharraf pour haute trahison. La Cour estime que le tribunal spécial mis en place pour juger l’ancien président était inconstitutionnel. […] Lire la suite

Pour citer l’article

François DURAND-DASTÈS, Gilbert ÉTIENNE, Christophe JAFFRELOT, Guy MENNESSIER, « PAKISTAN », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/pakistan/