JINNAH MUḤAMMAD ‘ALĪ (1876-1948)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Homme politique et fondateur de l'État pakistanais, Jinnah était aussi connu sous le nom de Ḳā'id-i-A‘ẓam (le Grand Guide). Son éducation traditionnelle et imprégnée de la foi musulmane (dans le cadre de la secte des khōja, d'obédience shī‘ite) est complétée par un passage dans une école anglaise de Karachi. En 1892, il s'embarque pour l'Angleterre où, quatre ans plus tard, il obtient ses diplômes de droit. Il est alors admirateur du Premier ministre anglais W. E. Gladstone, membre du Parti libéral. Inscrit au barreau de Bombay l'année suivante (1897), il passe quelques années difficiles pendant lesquelles il mûrit sa passion pour la politique, tout en envisageant avec inquiétude l'avenir de la communauté musulmane vivant en Inde. Admirateur de D. Nayrōjī, le premier Indien élu à la Chambre des communes, il en devient le secrétaire particulier et, en tant que tel, assiste ce dernier, devenu en 1906 président du Congrès. Ce premier contact avec la politique le pousse à une participation plus active : il est élu représentant des musulmans de Bombay au premier Conseil législatif impérial. En outre, il participe à l'élaboration d'un acte législatif pour régler la question des waḳfs musulmans (fondation pieuse et biens de main-morte) en Inde. Il rencontre alors le nationaliste Gopal Krishna Gokhale et subit son influence. Afin d'obtenir des garanties concrètes et constitutionnelles, pour les droits de la minorité musulmane, il adhère à la Ligue musulmane et, en 1916, prend une part importante à la rédaction du « pacte de Lucknow » qui, signé par la Ligue et le Congrès, établit un plan de réformes favorables aux musulmans. Jinnah respecte toujours la légalité et les principes constitutionnels. Par un concours de circonstances et de démissions, il quitte en 1920 le devant de la scène politique, tout en poursuivant son action en faveur de ses coreligionnaires ; il part en 1930 vivre à Londres. Après la proclamation de l'India Act et la promulgation de nouvelles clauses constitutionnelles, il retourne en Inde en 1935. Il se jette à nouveau dans la bataille et se sert de la Ligue musulmane pour répandre les idées du nationalisme musulman. Craignant que le Congrès ne prenne seul le relais de l'autorité britannique, Jinnah, président de la Ligue, conteste la prééminence et l'omnipotence du Congrès : la « nation » musulmane représentée par la Ligue doit pouvoir intervenir lors de tout changement constitutionnel, et une société à majorité hindoue ne peut appliquer de véritable justice à l'égard d'une minorité musulmane. L'ampleur de cette communauté, plusieurs dizaines de millions d'individus, autorise Jinnah à s'installer sur des positions rigides qui deviendront intransigeantes pendant la Seconde Guerre mondiale. Jinnah fait valoir qu'il est possible et indispensable de créer un État autonome pour les musulmans de l'Inde ; ce programme politique est adopté par la Ligue en mars 1940 à Lahore ; il avait déjà été esquissé dix ans plus tôt par le père spirituel du futur Pakistan, créateur du nom de l'État lui-même, Muḥammad Ikbāl. Aux élections de 1946, la Ligue musulmane remporte la plupart des sièges dans les provinces qui formeront le Pakistan (Pendjab, Sind, Bengale, etc.). Les pourparlers engagés en vue de la création d'un État autonome aboutissent en juin 1947, et le Pakistan naît dans la nuit du 14 au 15 août 1947. Jinnah est président de l'Assemblée constituante et gouverneur général ; il doit faire face à une flambée de violences et de tueries : les passions et les haines sont déchaînées. C'est dans ce climat qu'il établit l'appareil gouvernemental. Mais la mort, un an plus tard, l'empêche de parachever son œuvre. Sa référence à l'islam fut constante, mais jamais dans un sens théocratique (les références au Coran et au Prophète étaient rares). Jinnah manifestait en outre un souci constant de préserver son héritage culturel.

Muhammad Ali Jinnah, 1943

Photographie : Muhammad Ali Jinnah, 1943

Muhammad Ali Jinnah (1876-1948), président de la Ligue musulmane, s'adresse aux congressistes de la Ligue, à la convention de New Delhi (Indes, 1943). 

Crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Indépendance de l'Inde et du Pakistan, 1947

Vidéo : Indépendance de l'Inde et du Pakistan, 1947

Le 15 août 1947, les Indes britanniques cessent d'exister. L'Indian Independance Bill, votée par le Parlement britannique, entre alors en vigueur. Le dernier vice-roi des Indes, lord Mountbatten, reste gouverneur général pendant l'instauration des nouveaux pouvoirs. La loi prévoit la... 

Crédits : The Image Bank

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Médias de l’article

Muhammad Ali Jinnah, 1943

Muhammad Ali Jinnah, 1943
Crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Indépendance de l'Inde et du Pakistan, 1947

Indépendance de l'Inde et du Pakistan, 1947
Crédits : The Image Bank

vidéo

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  JINNAH MUHAMMAD 'ALI (1876-1948)  » est également traité dans :

INDE (Le territoire et les hommes) - Histoire

  • Écrit par 
  • Christophe JAFFRELOT, 
  • Jacques POUCHEPADASS
  • , Universalis
  •  • 22 901 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « L'émancipation »  : […] Le mouvement nationaliste, malgré la fondation du Congrès national indien en 1885, n'a guère de poids sur le plan national avant le début du xx e  siècle. Il n'est d'abord qu'un groupe de pression d'intellectuels anglophones de haute caste, dans les rivalités de notables qui se déroulent dans les villes et bourgades de provinces pour la conquête du pouvoir local. Les choses commencent à changer ve […] Lire la suite

INDE BRITANNIQUE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Olivier COMPAGNON
  •  • 587 mots

Juin 1757 L'officier anglais Robert Clive écrase à Plassey une armée indigène et, en prenant le contrôle du Bengale, permet le renforcement de la présence anglaise en Inde. 1784 L'India Act renforce le pouvoir de la Couronne britannique sur l'East India Company. 1848-1856 Le gouverneur général des Indes, lord Dalhousie, engage une politique de modernisation économique et impose l'anglais comme […] Lire la suite

INDÉPENDANCE DE L'INDE ET DU PAKISTAN

  • Écrit par 
  • Sylvain VENAYRE
  •  • 210 mots
  •  • 2 médias

En juillet 1947, le Parlement britannique vote l'Indian Independance Bill, qui entre en vigueur le 15 août. Les anciennes Indes britanniques deviennent indépendantes et, conformément aux vœux de la Ligue musulmane de Muhammad Ali Jinnah, elles sont séparées en deux États distincts : l'Union indienne du Mahatma Gandhi et de Jawaharlal Nehru , peuplée majoritairement d'hindous, et le Pakistan de Jin […] Lire la suite

ISLAM (Histoire) - Le monde musulman contemporain

  • Écrit par 
  • Françoise AUBIN, 
  • Olivier CARRÉ, 
  • Nathalie CLAYER, 
  • Andrée FEILLARD, 
  • Marc GABORIEAU, 
  • Altan GOKALP, 
  • Denys LOMBARD, 
  • Robert MANTRAN, 
  • Alexandre POPOVIC, 
  • Catherine POUJOL, 
  • Jean-Louis TRIAUD
  • , Universalis
  •  • 31 435 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Le séparatisme : réaction contre les hindous »  : […] S'estimant menacés d'absorption par les hindous qui dominaient le parti du Congrès créé en 1885 et les assemblées locales, les musulmans, sous l'impulsion de Sayyid Aḥmad Khān, s'organisèrent pour défendre leurs intérêts. Ils créèrent en 1906 la Ligue musulmane et obtinrent la réservation de sièges dans les assemblées. Ce processus devait conduire à la partition du sous-continent. Il fut mis en s […] Lire la suite

PAKISTAN

  • Écrit par 
  • François DURAND-DASTÈS, 
  • Gilbert ÉTIENNE, 
  • Christophe JAFFRELOT, 
  • Guy MENNESSIER
  • , Universalis
  •  • 19 653 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre «  Histoire et vie politique »  : […] Depuis l'indépendance de 1947, le Pakistan a connu trois Constitutions et trois coups d'État militaires. En outre, l'exercice du pouvoir par les civils, entre deux interventions de l'armée, ne garantit pas l'existence d'une réelle démocratie. Si l'Inde a hérité du versant parlementaire du British Raj (Empire britannique des Indes), le Pakistan, lui, semble s'inspirer du modèle vice-royal dès le rè […] Lire la suite

Pour citer l’article

Philippe OUANNÈS, « JINNAH MUḤAMMAD ‘ALĪ - (1876-1948) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/muhammad-ali-jinnah/