ORDRE PUBLIC

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le caractère d'ordre public

La mesure de police administrative, à but d'ordre public, ne se rencontre pas qu'en droit administratif, puisqu'on trouve dans le Code de procédure pénale, par exemple, la détention provisoire admise, notamment, « lorsque cette détention est nécessaire pour préserver l'ordre public du trouble causé par l'infraction » (art. 144), la publicité des débats écartée par le huis clos si elle doit être « dangereuse pour l'ordre ou les mœurs » (art. 306), la possibilité d'un pourvoi en cassation déclaré immédiatement recevable, par exception, « dans l'intérêt de l'ordre public » (art. 570) ou le renvoi d'une affaire, d'une juridiction à une autre, ordonné « pour cause de sûreté publique » (art. 665).

Il existe néanmoins une autre fonction de la notion d'ordre public, que le droit administratif n'ignore pas, et qui connaît dans les autres branches du droit un développement remarquable. Dans les domaines les plus variés, en effet, il existe des règles de droit dites d'ordre public, à l'application desquelles il est interdit de déroger, sous la menace de sanctions ou la garantie de facilités procédurales également caractéristiques.

L'interdiction de déroger

Le principe fondamental est posé par l'article 6 du Code civil, d'après lequel « on ne peut déroger, par des conventions particulières, aux lois qui intéressent l'ordre public et les bonnes mœurs » ; d'où il résulte, par exemple, que la cause d'une obligation est illicite « quand elle est contraire aux bonnes mœurs ou à l'ordre public » et que l'obligation, en ce cas, « ne peut avoir aucun effet » (art. 1131 et 1133).

Le domaine d'application de ce principe est très vaste. En effet, à côté d'un ordre public civil, concernant principalement l'intégrité corporelle, la liberté et la condition juridique des personnes, on a vu se développer un ordre public monétaire, un ordre public fiscal et un ordre public économique, qui prend une extension toujours plus grande.

En droit civil ou commercial, ou en droit du travail, l'ordre public se manifeste par l'interdiction de déroger par des actes juridiques à l'application de la règle d'ordre public. En droit international privé, au contraire, cette même règle est reconnue d'ordre public pour écarter le jeu des effets que devrait normalement produire en France non seulement l'expression d'une volonté privée, mais aussi bien l'application d'une loi étrangère ou un acte quelconque d'une autorité étrangère.

En droit administratif, la notion d'ordre public joue un rôle analogue, mais adapté, comme en droit international privé, aux régimes et aux situations en cause. Il y est admis qu'il est des règles s'imposant impérativement avec une force particulière. C'est ainsi qu'une disposition législative déclarant qu'une mesure administrative « ne pourra faire l'objet d'aucun recours » est comprise comme n'excluant pas, par elle-même, la possibilité d'un recours pour excès de pouvoir, fondé sur un principe d'ordre public. On peut dire que l'ordre public, en droit administratif, a pour effet de donner une force exceptionnelle à certains principes généraux du droit.

En droit pénal ou criminel, on doit dire que tout est d'ordre public, en ce sens que – sauf le cas où la définition de l'infraction comprend le non-consentement de la victime (cas du vol, du viol, etc.) – il n'est pas possible de consentir à l'accomplissement de l'infraction pénale, ni de renoncer préventivement à en poursuivre réparation. Tout ce que la loi pénale incrimine est d'ordre public, et la remarque est d'une grande importance.

Si la rigueur de ses sanctions caractérise en effet extérieurement d'une façon très sûre l'ordre public, celui-ci ne se laisse pas aisément définir en lui-même Les auteurs insistent à cet égard, d'une part, sur le caractère concret de l'application qu'il faut en faire en chaque cas et, d'autre part, sur sa variabilité, sur sa relativité, bref, sur la difficulté de savoir exactement, en chaque pays et à chaque époque, quelles règles juridiques sont ou ne sont pas d'ordre public. Mais la loi elle-même, si elle ne le précise pas toujours [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

  • : professeur à la faculté de droit et des sciences économiques de Paris

Classification

Autres références

«  ORDRE PUBLIC  » est également traité dans :

BASSE POLITIQUE, HAUTE POLICE (H. L'Heuillet) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 966 mots

Si la police, à la fois honnie et désirée, omniprésente dans le quotidien des cités modernes, a si peu été interrogée quant à son statut historique et philosophique, cela tient aux difficultés d'en dégager l'essence. Identifiée aux formes de l'État, son essence se dissout dans les questions liées aux institutions du politique ; vouée à la défense de l'ordre public, elle intéresse plus souvent les […] Lire la suite

CRIMINALITÉ

  • Écrit par 
  • Frédéric OCQUETEAU
  •  • 3 365 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les statistiques, un enjeu technique et politique »  : […] « Comme dans le cas du suicide, l'analyse des phénomènes criminels ne peut, contrairement à ce que paraissait croire Durkheim, être considérée comme relevant de la seule sociologie », concluaient Raymond Boudon et François Bourricaud en 1982, dans la première édition de leur Dictionnaire critique de la sociologie . Depuis le début des années 1980, la sociologie du crime en France, quantitativiste […] Lire la suite

DROIT - Théorie et philosophie

  • Écrit par 
  • Jean DABIN
  •  • 20 061 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les « standards » ou « directives » »  : […] Cependant il ne faut pas exagérer. La définition du droit n'est requise que jusqu'à un certain point : celui en deçà duquel la règle, décidément trop inconsistante, glisserait entre les doigts. Un droit défini de manière trop stricte est un droit incomplet, car il laisse de côté telles hypothèses, identiques au fond mais non formellement prévues ; souvent, en outre, il manque de souplesse, par abs […] Lire la suite

ÉTAT D'URGENCE

  • Écrit par 
  • Jean DELMAS
  •  • 587 mots

Institué, pour la France, par la loi du 3 avril 1955 et motivé alors par la situation en Algérie, l'état d'urgence est un régime exceptionnel qui, certains troubles intervenant, renforce les pouvoirs de l'autorité administrative. C'est un régime intermédiaire entre l'état de siège et la situation normale. L'état d'urgence peut être déclaré sur la totalité ou sur une partie du territoire métropolit […] Lire la suite

INCIVILITÉ

  • Écrit par 
  • Bernard VALADE
  •  • 4 278 mots

Dans le chapitre « Les incivilités : l'invention d'un thème »  : […] Les incivilités ont donné lieu, tout au long des années 1990, à une série de publications qui en font un des problèmes majeurs de la société contemporaine. Au premier rang de celles-ci figurent les études de Sébastien Roché. Le Sentiment d'insécurité (1993), Insécurité et libertés (1994), La Société incivile (1996) et surtout Sociologie politique de l'insécurité (1998) disposent les éléments d […] Lire la suite

MAIRE

  • Écrit par 
  • Jean-Claude MAITROT
  •  • 613 mots

Désigné en son sein, pour la durée de son mandat (six ans), par le conseil municipal aussitôt après son élection, le maire, qui est souvent présenté comme le «  premier magistrat de la commune », exerce des tâches variées qui reflètent le dédoublement de la fonction. Le maire agit tantôt au nom de l'État, tantôt au nom de la commune. En tant qu'agent de l'État, placé sous l'autorité hiérarchique d […] Lire la suite

MANIFESTATION

  • Écrit par 
  • Danielle TARTAKOWSKY
  •  • 3 712 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Un mode de régulation des crises »  : […] La France se distingue des deux cas de figure évoqués plus haut. L'usage intransitif du verbe « manifester » s'impose en 1868, son participe présent – manifestant – s'étant substantivé dès 1849 (Pierre Joseph Proudhon). Cette prise en compte de l'irruption des masses dans l'espace public anticipe, toutefois, sur l'effective autonomisation de ce mode d'expression politique. Les cortèges antérieurs […] Lire la suite

MARQUE, droit

  • Écrit par 
  • Francine WAGNER
  •  • 11 824 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La licéité du signe »  : […] Le principe de liberté d'appropriation d'un signe comme marque est limité par l'impossibilité de choisir un signe qui serait contraire à l'ordre public ou aux bonne mœurs, déceptif ou interdit par prétexte spécial. Bien que l'article L.711-3 du Code de la propriété intellectuelle interdise l'adoption d'un signe contraire à l'ordre public et aux bonnes mœurs comme marque ou élément de marque, cette […] Lire la suite

POLICE

  • Écrit par 
  • Jean-Paul ALGRE, 
  • Universalis
  •  • 8 229 mots
  •  • 2 médias

C'est au xvii e  siècle que le vocable « police » a reçu son acception moderne de service public chargé de la protection des personnes et des biens, du maintien des institutions et de la surveillance de l'opinion. La France fut l'un des premiers États européens à spécialiser des agents dans ce quadruple rôle, chaque régime politique privilégiant l'une ou l'autre de ces fonctions majeures : sauveg […] Lire la suite

POLICE SOUS L'ANCIEN RÉGIME

  • Écrit par 
  • Vincent MILLIOT
  •  • 4 124 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'exception parisienne »  : […] Paris ne se distingue a priori nullement des autres villes du royaume, tant la diversité des pouvoirs de police s'y retrouve. La juridiction royale du Châtelet, dont le poids ne cesse de s'affirmer depuis la fin du Moyen Âge, joue toutefois un rôle fondamental dans la construction d'une police qui s'émancipe progressivement de la tutelle judiciaire. D'abord à travers la valorisation des fonctions […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

28-31 mai 2022 France. Violences au Stade de France.

Le 28, de violents incidents éclatent entre les forces de l’ordre et le public aux abords du Stade de France, à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), avant le début de la finale de la Ligue des champions opposant les clubs de football de Liverpool et du Real Madrid. Le match, qui devait initialement se dérouler à Saint-Pétersbourg, avait été relocalisé à Paris par l’Union des associations européennes de football (UEFA) à la suite de l’invasion de l’Ukraine par la Russie en février. […] Lire la suite

5 avril 2022 Nigeria. Lourde condamnation d'un militant athée.

La Haute Cour de justice de l’État de Kano, dans le nord du pays, condamne le militant athée Mubarak Bala à vingt-quatre ans de prison pour dix-huit chefs d’accusation dont « blasphème » et « trouble à l’ordre public ». Ancien président de l’Association des humanistes du Nigeria, qui prône la primauté des droits humains sur les préceptes religieux, Mubarak Bala avait été arrêté en avril 2020 pour avoir posté sur le réseau social Facebook des messages critiquant l’islam et le prophète Mahomet. […] Lire la suite

9 janvier 2022 Algérie. Condamnation du porte-parole du Mouvement démocratique et social.

Le tribunal de Bab el-Oued, à Alger, condamne le porte-parole du Mouvement démocratique et social (MDS) Fethi Ghares, arrêté en juin 2021, à deux ans de prison pour « atteinte à la personne du président de la République, outrage à corps constitué, diffusion […] de publications pouvant porter atteinte à l’intérêt national, diffusion d’informations pouvant porter atteinte à l’unité nationale et diffusion d’informations pouvant porter atteinte à l’ordre public ». […] Lire la suite

12 août 2021 Algérie. Condamnation du journaliste Rabah Karèche.

Rabah Karèche, journaliste au quotidien Liberté, est condamné à un an de prison, dont huit mois ferme, notamment pour « diffusion volontaire de fausses informations susceptibles d’attenter à l’ordre public ». Il avait été arrêté et inculpé en avril après avoir publié un article sur un mouvement de protestation de Touaregs qui dénonçaient l’« expropriation de leurs terres ». […] Lire la suite

23-31 mai 2021 Biélorussie – Russie. Enlèvement de l'opposant Roman Protassevitch.

Accusé d’avoir organisé des « émeutes de masse » et des actions « portant gravement atteinte à l’ordre public » et incitant « à l’inimitié sociale », il avait été inscrit par les services de renseignement sur la liste des « terroristes » recherchés. Le 24, les dirigeants de l’Union européenne dénoncent un acte de « piraterie d’État ». Ils décident de fermer l’espace aérien et les aéroports européens aux avions biélorusses et demandent aux compagnies européennes d’éviter le survol de la Biélorussie. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Robert VOUIN, « ORDRE PUBLIC », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/ordre-public/