ONCOGENÈSE ou CANCÉROGENÈSE ou CARCINOGENÈSE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'étude des mécanismes de l'oncogenèse (du mot grec oncos, qui veut dire « tumeur »), c'est-à-dire de la conversion d'une cellule normale en cellule tumorale, a fait des progrès considérables depuis le début des années 1970. Même s'il reste impossible d'identifier tous les événements dont la cellule est le siège et qui ont un rôle causal dans l'apparition des tumeurs, l'utilisation des méthodes de la biologie et de la génétique moléculaires, appliquées en particulier à l'analyse de l'interaction entre les virus cancérogènes et leurs cellules hôtes, a permis de démontrer l'existence chez ces virus de gènes dits « oncogènes » dont l'activité détermine l'apparition de tumeurs chez des animaux d'expérience. Ce résultat, acquis dans la première moitié des années 1970, a conduit en 1976 à la découverte de gènes cellulaires proto-oncogènes qui peuvent être convertis en gènes oncogènes soit par leur capture par des virus de la famille des rétrovirus, soit par des mutations survenues sans intervention virale dans le génome cellulaire. Ces découvertes ont profondément modifié notre compréhension des phénomènes tumoraux et ont permis pour la première fois de proposer une hypothèse générale de l'oncogenèse.

Aspects normaux et pathologiques de la prolifération cellulaire dans un organisme vivant.

L'embryogenèse et le développement nécessitent une régulation précise de la multiplication des cellules, en même temps que l'acquisition transitoire par certaines d'entre elles de capacités migratoires qui sont nécessaires à la construction des ébauches d'organes. Dans l'organisme adulte, certaines cellules (par exemple les neurones du système nerveux central) ont perdu la capacité de proliférer, alors que d'autres conservent pendant toute la vie adulte l'aptitude à se multiplier pour assurer un renouvellement régulier de cellules différenciées à durée de vie limitée. C'est ainsi que, chez l'homme, la moelle osseuse renferm [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 12 pages



Médias de l’article

Virus du sarcome de Rous

Virus du sarcome de Rous
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Rétrovirus : cycle réplicatif

Rétrovirus : cycle réplicatif
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Proto-oncogènes cellulaires

Proto-oncogènes cellulaires
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Protéines produits de gènes proto-oncogènes

Protéines produits de gènes proto-oncogènes
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Afficher les 5 médias de l'article





Écrit par :

  • : directeur de recherche au C.N.R.S., directeur du laboratoire d'oncologie moléculaire, Institut Gustave-Roussy

Classification


Autres références

«  ONCOGENÈSE ou CANCÉROGENÈSE ou CARCINOGENÈSE  » est également traité dans :

CANCÉRISATION : RÔLE DES ONCOGÈNES

  • Écrit par 
  • Nicolas CHEVASSUS-au-LOUIS
  •  • 224 mots

Pourquoi une cellule cancéreuse se divise-t-elle indéfiniment pour former une tumeur ? Dès 1976, on avait identifié chez le poulet un gène dont la mutation déclenche une forme de cancer appelée sarcome de Rous. Le rôle de ce gène dans le fonctionnement cellulaire restait cependant mystérieux. À partir de 1980, les équipes des Américains Geoffrey Cooper et Rober […] Lire la suite

ADÉNOVIRUS

  • Écrit par 
  • François DENIS
  •  • 2 397 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Classification et propriétés biologiques »  : […] La famille des Adenoviridae est subdivisée en quatre genres, deux décrits depuis plusieurs années, les Aviadenovirus (18 espèces hôtes) et les Mastadenovirus (90 espèces hôtes) infectant les mammifères, dont les humains, et deux autres genres individualisés plus récemment, les Atadenovirus et les Siadenovirus . En combinant des critères morphologiques (longueur des fibres), biologiques (hémagg […] Lire la suite

ADN (acide désoxyribonucléique) ou DNA (deoxyribonucleic acid)

  • Écrit par 
  • Michel DUGUET, 
  • David MONCHAUD, 
  • Michel MORANGE
  • , Universalis
  •  • 10 066 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Les quadruplexes, cibles thérapeutiques ?  »  : […] Il apparaît ainsi clairement que les quadruplexes d’ADN et d’ARN jouent des rôles importants dans la vie de la cellule, en participant aux processus clés de la prolifération des cellules. Dès lors, les dérégulations dans lesquelles sont impliqués les quadruplexes ont été scrutées du point de vue des anomalies prolifératives menant notamment au développement des cancers. Même s’il est aujourd’hui […] Lire la suite

BALTIMORE DAVID (1938- )

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 676 mots

Virologue américain, Prix Nobel de physiologie ou médecine en 1975 (conjointement à Howard M. Temin et Renato Dulbecco) pour l'exploration des interactions entre les virus oncogènes et le matériel génétique des cellules. Les travaux de ces trois chercheurs ont contribué à la compréhension du rôle des virus dans le développement du cancer. En travaillant indépendamment, David Baltimore et Howard T […] Lire la suite

BARSKI GEORGES (1909-1985)

  • Écrit par 
  • Jean BELEHRADEK
  •  • 655 mots

Georges Barski est né en 1909 à Varsovie en Pologne. C'est là qu'il a fait ses études secondaires et universitaires, et obtenu le doctorat ès sciences. Au cours de la guerre, il a vécu de nombreux drames et perdu sa famille. En 1945, attiré par la science française, il décide de s'établir à Paris pour effectuer des études supérieures de spécialisation à l'Institut Pasteur. Rapidement remarqué pour […] Lire la suite

CANCER - Cancer et santé publique

  • Écrit par 
  • Maurice TUBIANA
  •  • 14 709 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Les enquêtes étiologiques »  : […] Au début du xx e  siècle, on avait observé de nombreux cas de cancer de la vessie chez les ouvriers d'usines chimiques fabriquant certains colorants, ainsi que des leucémies et des cancers de la peau chez les pionniers de la radiologie. C'était la preuve que, chez l'homme comme chez l'animal, des agents chimiques ou physiques peuvent provoquer des cancers, mais ces observations restaient anecdoti […] Lire la suite

CANCER - Cancers et virus

  • Écrit par 
  • Sophie ALAIN, 
  • François DENIS, 
  • Sylvie ROGEZ
  •  • 5 646 mots
  •  • 6 médias

Le rôle joué par certains virus dans la genèse de cancers humains et l'existence de virus oncogènes (du grec onkos , grosseur, tumeur) est certainement encore sous-estimé. Cela tient au fait que les virus oncogènes appartiennent à des familles diverses (peut-être pas encore toutes recensées) et que les mécanismes par lesquels ils interviennent dans la formation des tumeurs sont très complexes. […] Lire la suite

CANCER ET ENVIRONNEMENT

  • Écrit par 
  • Dominique BELPOMME
  •  • 1 544 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Position du problème »  : […] De façon certaine ou supposée, différents facteurs de notre mode de vie sont à l'origine de cancers (tabl. 1 ). Le tabagisme est indiscutablement l'un de ces facteurs, car la fumée de tabac ou les goudrons résiduels contiennent des substances cancérigènes mutagènes, tels les hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP). En France, où l'on enregistre 280 000 nouveaux cas de cancers par an, ces ma […] Lire la suite

CANCER - Immunothérapie

  • Écrit par 
  • Emmanuel DONNADIEU
  •  • 5 113 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Une tumeur solide est une sorte d’organe »  : […] On s’intéressera ici surtout aux carcinomes, tumeurs solides développées à partir d'un tissu épithélial (peau, muqueuse) qui sont les plus fréquentes chez l’homme . Ces tumeurs sont composées non seulement de cellules épithéliales en prolifération, mais aussi d’un microenvironnement complexe qui favorise la croissance et la dissémination tumorale. Pendant des décennies, on a cru que la formation d […] Lire la suite

CELLULE - Les mouvements

  • Écrit par 
  • Michel BORNENS, 
  • Matthieu PIEL
  •  • 6 558 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Physiopathologie du mouvement cellulaire dans les organismes multicellulaires »  : […] Les mécanismes moléculaires du mouvement cellulaire ont été élaborés et sélectionnés pendant la longue évolution des eucaryotes à l'état unicellulaire, soit pendant près de 2,5 milliards d'années. Lorsque les eucaryotes multicellulaires sont apparus, il y a seulement 700 millions d'années, ces mécanismes ont été exploités pour constituer des organismes tels que le corps humain, qui contient plus […] Lire la suite

DÉTOXICATION

  • Écrit par 
  • Jean-Paul LEROUX
  •  • 2 766 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Formes multiples et polymorphisme »  : […] Se trouvant confrontés à des structures chimiques très variables et toujours nouvelles, les enzymes de détoxication peuvent théoriquement faire face à cette situation de deux manières extrêmes : soit une seule enzyme ne reconnaît que le caractère hydrophobe des substrats sans aucune spécificité de structure ; soit au contraire il existe un nombre considérable de formes moléculaires multiples d'une […] Lire la suite

DULBECCO RENATO (1914-2012)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 407 mots

Virologue italien, Prix Nobel de physiologie ou médecine en 1975 (conjointement à ses élèves Howard M. Temin et David Baltimore) pour la découverte des interactions entre les virus oncogènes et le matériel génétique des cellules. Renato Dulbecco est né le 22 février 1914 à Catanzaro en Italie. Il obtient sa maîtrise en 1936, à l'université de Turin, et demeure plusieurs années membre de cette facu […] Lire la suite

FIBIGER JOHANNES ANDREAS GRIB (1867-1928)

  • Écrit par 
  • Samya OTHMAN
  •  • 247 mots

Médecin danois, né à Silkeborg en 1867, mort à Copenhague en 1928, Fibiger porte vite son intérêt sur les maladies infectieuses. Il travaille quelque temps avec Koch et Behring, et soutient en 1895 une thèse de doctorat sur la « Bactériologie de la diphtérie » à l'université de Copenhague. Nommé professeur puis directeur de l'institut d'anatomie pathologique de l'université de Copenhague (1900), i […] Lire la suite

FOIE

  • Écrit par 
  • Jean ANDRE, 
  • Jacques CAROLI, 
  • Yves HECHT
  •  • 15 671 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Les tumeurs hépatiques »  : […] La pratique de l' échographie hépatique sur une grande échelle amène à la découverte fréquente d'anomalies morphologiques hépatiques. Il s'agit souvent de kystes biliaires , parfois multiples et quelquefois très volumineux. Ces kystes se rencontrent chez près de 5 p. 100 des individus normaux, et n'ont aucune conséquence pathologique. Parfois, surtout chez des sujets ayant fait un séjour prolongé […] Lire la suite

GÉNOMIQUE - La transgenèse

  • Écrit par 
  • Pascale BRIAND
  •  • 7 278 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Modèles d'oncogenèse »  : […] L'utilisation de divers promoteurs et séquences régulatrices pour gouverner l'expression d'oncogènes ou de proto-oncogènes permet d'obtenir des animaux transgéniques qui expriment tel ou tel oncogène dans un tissu donné. Ces constructions chimériques permettent de tester l'effet de l'expression d'un oncogène donné dans divers types cellulaires et de divers oncogènes dans un même tissu. De plus, pa […] Lire la suite

GÉNOMIQUE - Génomique et cancérologie

  • Écrit par 
  • Daniel LOUVARD, 
  • François SIGAUX
  •  • 4 773 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre «  La carte d'identité des tumeurs et les tumorothèques »  : […] La transformation tumorale est liée à l'accumulation d'altérations génétiques et épigénétiques dont la plupart sont acquises par les cellules tumorales et transmises pardivision cellulaire. Ces altérations confèrent aux cellules des fonctions telles que l'immortalisation, la prolifération autonome et l'inhibition des programmes de mort cellulaire qui, associées aux capacités d'angiogenèse, d'inva […] Lire la suite

HÉRÉDITÉ

  • Écrit par 
  • Charles BABINET, 
  • Luisa DANDOLO, 
  • Jean GAYON, 
  • Simone GILGENKRANTZ
  •  • 11 220 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Pathologies humaines et empreinte »  : […] Les expériences de B. Cattanach chez la souris avaient montré l'importance de l'empreinte dans le développement embryonnaire. D'une manière plus générale, le mauvais fonctionnement de l'empreinte peut entraîner des pathologies graves qui se retrouvent chez l'homme. Ainsi le syndrome de Beckwith-Wiedemann, associé au locus 11p15 , est un exemple de syndrome génétique lié à une dérégulation de l'emp […] Lire la suite

LEUCÉMIES

  • Écrit par 
  • Michel LEPORRIER
  •  • 5 011 mots

Dans le chapitre « Comment une cellule devient-elle leucémique (ou, plus précisément, maligne) ? »  : […] Les cellules de l'organisme – neurones exceptés – ont un cycle de vie relativement court, de quelques jours à plusieurs semaines ou mois selon le type de cellule. Pour les cellules du sang, les globules rouges vivent 120 jours, les plaquettes 10 jours, les polynucléaires neutrophiles 2 à 5 jours, les lymphocytes quelques jours à plusieurs mois. La stabilité du nombre de ces cellules dans le sang e […] Lire la suite

MALADIES MOLÉCULAIRES

  • Écrit par 
  • Jean-Claude DREYFUS, 
  • Fanny SCHAPIRA
  •  • 6 771 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les méthodes d'étude des anomalies »  : […] Ces méthodes sont nombreuses et visent à reconnaître l'enzymopathie puis à en analyser les caractères. Le premier temps est celui d'identification : il reconnaît le déficit par un dosage de l'enzyme soit dans les tissus, soit dans le sérum, plus facile d'accès, mais qui souvent ne reflète qu'imparfaitement l'activité tissulaire. S'il existe une activité résiduelle, on en analysera les caractères c […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Roger MONIER, « ONCOGENÈSE ou CANCÉROGENÈSE ou CARCINOGENÈSE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 août 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/oncogenese-cancerogenese-carcinogenese/