ADÉNOVIRUS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Ces virus, découverts en 1953 par W. P. Rowe, avaient été initialement isolés à partir de tissus adénoïdiens (amygdales), d'où le nom d'adénovirus. Même si les adénovirus constituent des modèles d'étude de transformation cellulaire et de cancérisation chez les rongeurs, ils ne peuvent à ce jour être incriminés pour aucun cancer chez l'homme. Mais ces virus occupent une place importante en pathologie car ils sont associés à de nombreuses infections humaines, que nous passerons en revue. Par ailleurs, ils sont utilisés, depuis quelques années, dans les essais de thérapie génique, en qualité de vecteurs de gènes utiles pour obtenir un effet thérapeutique.

Structure

Les adénovirus sont des virus non enveloppés, à symétrie icosaédrique, d'un diamètre d'environ 80 nm (fig. 1).

Leur génome est constitué d'acide désoxyribonucléique (ADN), double brin, linéaire, non segmenté, comportant de 33 à 45 kilobases et subdivisé en une centaine d'unités de transcription.

On distingue au sein du génome des régions codant des protéines précoces dites E (Early) et des protéines tardives dites L (Late). Les gènes codant les polypeptides structuraux sont situés dans une même unité de transcription.

La particule virale renferme un complexe nucléoprotéique interne où l'ADN est lié à des protéines basiques. Le tout est entouré d'une capside (du latin capsa, « boîte ») de symétrie icosaédrique et de nature protéique formée de 252 sous-unités appelées capsomères. Ceux-ci sont de deux types :

– Les hexons, au nombre de 240, de symétrie hexamérique situés sur les faces et les arêtes de l'icosaèdre, portent plusieurs sortes d'antigènes (antigènes de genre et de type).

– Les pentons, au nombre de 12, avec un arrangement pentamérique, sont situés au niveau des sommets et portent des antigènes communs aux membres d'une même famille. La base des pentons est toxique pour les cellules touchées par l'infection virale, d'où l'effet cytopathologique (ECP).

Sortant des pentons, on observe des fibres d'hémagglutinine (HA) de longueur variab [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

  • : docteur en médecine, docteur d'État ès sciences, professeur des Universités en bactériologie, virologie, hygiène

Classification


Autres références

«  ADÉNOVIRUS  » est également traité dans :

ŒIL HUMAIN

  • Écrit par 
  • Jean-Antoine BERNARD, 
  • Guy OFFRET
  •  • 11 131 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Maladies de la conjonctive »  : […] Les maladies de la conjonctive sont très fréquentes. Il s'agit surtout des conjonctivites , qui sont dues à l'infection, aux phénomènes allergiques ou à une irritation physique ou chimique. Les symptômes d'une conjonctivite sont la congestion (l'œil est rouge), le larmoiement (avec parfois photophobie), les sécrétions plus ou moins purulentes, avec yeux collés le matin, enfin […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oeil-humain/#i_6873

THÉRAPEUTIQUE - Thérapie génique

  • Écrit par 
  • Olivier DANOS
  •  • 3 975 mots

Dans le chapitre «  Vecteurs adénoviraux »  : […] Les vecteurs adénoviraux ont fortement retenu l'attention pour le développement de thérapies géniques, étant donné leur efficacité et leur mode de préparation simple et adaptable à l'échelle industrielle. Cependant, les études chez l'animal et les essais cliniques réalisés ont révélé des limitations et un sérieux problème de toxicité qui ont conduit à reconsidérer la technologie. Les adénovirus so […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/therapeutique-therapie-genique/#i_6873

VIROLOGIE

  • Écrit par 
  • Sophie ALAIN, 
  • Michel BARME, 
  • François DENIS, 
  • Léon HIRTH
  •  • 10 443 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « ADN bicaténaire »  : […] Il existe une grande variété de virus à ADN bicaténaires, aussi bien chez les animaux que chez les bactéries. Il n'en existe par contre qu'un seul groupe dans le cas des végétaux. Chez les procaryotes , les virus à ADN à deux brins sont essentiellement représentés par les bactériophages à queue. On désigne sous ce nom la partie tubulaire de la particule […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/virologie/#i_6873

VIRUS

  • Écrit par 
  • Vincent BARGOIN
  •  • 8 306 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Virus et médecine »  : […] Contre les virus, la médecine est encore largement prophylactique. Elle est en mesure de décrire les modes de contamination pour éviter les actes contaminants et, dans un certain nombre de cas, de prévenir l'infection par des vaccins administrés préventivement ou sitôt reconnue la possibilité d'une contamination. Les médicaments antiviraux sont spécifiques mais peu nombreux. C'est contre une malad […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/virus/#i_6873

Voir aussi

Pour citer l’article

François DENIS, « ADÉNOVIRUS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/adenovirus/