HALLEY EDMUND (1656-1742)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Fils d'un riche marchand de savon londonien, Halley est très tôt attiré par l'astronomie. À vingt ans, il rencontre John Flamsteed, astronome royal, qui travaille à établir un catalogue des étoiles de l'hémisphère boréal. Halley décide d'en faire autant pour l'hémisphère austral et part à Sainte-Hélène, où il restera deux ans. À son retour, il publie le Catalogus stellarum australium (1679).

Edmund Halley

Edmund Halley

photographie

L'astronome anglais Edmund (ou Edmond) Halley (1656-1742). 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

En étudiant la trajectoire de la comète de 1682, il montre que son orbite est elliptique et, appliquant pour la première fois les lois de Newton sur le mouvement, prévoit avec succès sa réapparition pour 1758. La comète portera le nom de Halley.

De 1698 à 1700, Halley commande le Paramour Pink, navire de guerre à bord duquel il effectue de nombreuses mesures du magnétisme terrestre et de météorologie. En 1701, il publie une carte de ses observations magnétiques qui sera utilisée longtemps après sa mort.

En 1703, il est nommé professeur de géométrie à Oxford. Il se met alors à apprendre l'arabe pour pouvoir traduire et publier les œuvres d'Apollonios de Perga, De sectione rationis (1706) et Libri conicorum (1710), dont une partie n'était connue que dans cette langue.

En 1718, il met en évidence le mouvement propre des étoiles. En 1720, succédant à Flamsteed comme astronome royal, il réalise une étude sur les mouvements de la Lune.

—  Jean-Marc BRISSAUD

Écrit par :

Classification


Autres références

«  HALLEY EDMUND (1656-1742)  » est également traité dans :

HALLEY ÉTABLIT LA PÉRIODICITÉ DES COMÈTES

  • Écrit par 
  • James LEQUEUX
  •  • 337 mots
  •  • 1 média

Jusqu'à la fin du xviie siècle, on ne sait pratiquement rien des comètes, bien que Tycho Brahe ait démontré que ces objets n'appartiennent pas à l'atmosphère terrestre. On soupçonne cependant qu'elles peuvent venir de très loin, sur des orbites paraboliques. Newton, in […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/halley-etablit-la-periodicite-des-cometes/#i_36221

ASSURANCE - Histoire et droit de l'assurance

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre AUDINOT, 
  • Jacques GARNIER
  • , Universalis
  •  • 7 480 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le calcul actuariel, création européenne »  : […] Pour que cet aléa disparaisse, il fallut attendre que la découverte du calcul des probabilités et le progrès de l'observation statistique permettent une prévision rationnelle du risque. Mais ce n'est qu'au xvii e  siècle que Pascal, à la demande d'un joueur de cartes passionné, le chevalier de Méré, découvre les bases du calcul des probabilités e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/assurance-histoire-et-droit-de-l-assurance/#i_36221

EXPLORATION DU SYSTÈME SOLAIRE (notions de base)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 3 511 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « Une découverte clé »  : […] En 1687, dans les Philosophiae naturalis principia mathematica, Newton expose la théorie de la gravitation universelle, théorie qui eut un impact scientifique considérable, tout particulièrement en astronomie. Elle mit fin à la recherche du modèle du Monde qui animait l’astronomie depuis l’Antiquité, la force de gravitation permettant de décrire et d’expliquer le mouvement des planètes autour du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/exploration-du-systeme-solaire/#i_36221

EXPLORATIONS

  • Écrit par 
  • Jean-Louis MIÈGE
  •  • 13 774 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Maîtriser l'espace »  : […] La rencontre de Vasco de Gama et du plus grand pilote arabe, Ahmed ben Madjid, est celle de deux formes de savoir que la science occidentale, cartographique et nautique amalgame. Ainsi se nuancera d'« une arabophilie humaniste » l'islamophobie, moteur des premières explorations. En une vingtaine d'années (de 1490 à 1515), les bases de l'ancienne cosmographie sont entièrement bouleversées. L'Atlan […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/explorations/#i_36221

L'INVENTION DE LA TABLE DE MORTALITÉ (J. Dupâquier) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Bernard VALADE
  •  • 1 391 mots

L'histoire des sciences sociales est désormais à la mode ; la préhistoire des disciplines dont elles sont formées l'est également. Le dernier livre de Jacques Dupâquier, L'Invention de la table de mortalité (PUF, 1996), le montre bien. Mais il n'est pas seulement une bonne illustration de cette curiosité nouvelle : en traitant de la progressive constitution, entre 1662 et 17 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-invention-de-la-table-de-mortalite/#i_36221

MESURE DE LA DISTANCE TERRE-SOLEIL

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 731 mots
  •  • 1 média

La distance entre la Terre et le Soleil est une quantité tellement fondamentale qu’on la nomme « unité astronomique » (UA) et que nombre de mesures sont exprimées par rapport à cette distance. L’UA est précisément définie comme le demi grand-axe de l’ellipse que décrit la Terre autour du Soleil et est aujourd’hui estimée à 149 598 600 kilomètres. Sa mesure a longtemps été un défi à l’ingéniosité […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mesure-de-la-distance-terre-soleil/#i_36221

PHÉNOMÈNE (sciences)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 790 mots

Selon l'étymologie grecque ( phainomenon , « ce qui apparaît »), un phénomène est un événement qui se produit à un certain moment par opposition à ce qui est immuable. Pour les physiciens ioniens ( vi e  siècle av. J.-C.), la science des phénomènes consiste à établir des relations intelligibles, et souvent mathématiques, qui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/phenomene-sciences/#i_36221

VENTS

  • Écrit par 
  • Jean BESSEMOULIN, 
  • René CHABOUD, 
  • Jean-Pierre LABARTHE
  •  • 6 207 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre «  Les vents dominants à la surface de la planète »  : […] À l'échelle planétaire, des courants aériens permanents assurent une redistribution de la chaleur entre les pôles et l'équateur. Ce sont de grands vents réguliers, des « vents dominants ». En 1686, l'astronome anglais Edmund Halley publia la première carte météorologique expliquant la circulation des vents à l'échelle du globe. Sans en comprendre parfaitement tous les mécanismes, il décrivit avec […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vents/#i_36221

VÉNUS, planète

  • Écrit par 
  • Véronique ANSAN, 
  • Éric CHASSEFIÈRE, 
  • Philippe MASSON, 
  • Francis ROCARD
  •  • 12 644 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « Halley et les transits de Vénus »  : […] Le 7 novembre 1677, l'astronome britannique Edmund Halley, âgé seulement de vingt et un ans, observe depuis l'île Sainte-Hélène le passage de Mercure devant le Soleil. Cette observation, qui est possible tous les trois à dix ans, n'était donc pas exceptionnelle, mais Halley eut le talent d'en extraire toute la substance scientifique. Ce n'est pourtant que quatre décennies plus tard, en 1716, qu'i […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/venus-planete/#i_36221

Pour citer l’article

Jean-Marc BRISSAUD, « HALLEY EDMUND - (1656-1742) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/edmund-halley/