FAHRENHEIT DANIEL GABRIEL (1686-1736)

Daniel Gabriel Fahrenheit est un physicien allemand connu pour son invention du thermomètre à mercure moderne et pour la définition d’une échelle de température qui porte son nom et qui est encore utilisée aux États-Unis. Né le 24 mai 1686 à Dantzig (alors en Allemagne, maintenant Gdańsk en Pologne), il est issu d’une famille de commerçants. Après la mort de ses parents en 1701, victimes de l’ingestion de champignons vénéneux, Fahrenheit s’installe à Amsterdam (Pays-Bas) où il apprend l’art du commerce avant d’exercer la profession de marchand. Très intéressé par les progrès scientifiques et fasciné par les inventions qui leur sont liées, il devient souffleur de verre et fabrique de nouveaux types de baromètres, des altimètres, des hydromètres et des thermomètres. Reconnu comme un expert dans le domaine de l’expérimentation scientifique, il obtient en 1718 la charge d’un enseignement en chimie et est élu en 1724, lors d’un de ses fréquents séjours en Angleterre, membre (fellow) de la Royal Society. Il meurt le 16 septembre 1736 à La Haye.

En 1708, Fahrenheit avait rencontré Ole Roemer (ou Römer) [1644-1710], un astronome danois inventeur d’un thermomètre à alcool. Roemer avait proposé une échelle de température selon laquelle l’eau bout à 60 degrés et la glace fond à 7,5 degrés. Fahrenheit améliora le dispositif en remplaçant l’alcool par le mercure et en étalonnant l’échelle de température sur une amplitude de 180 degrés de façon qu’un mélange en quantités égales d’eau, de glace et de sel soit à l’équilibre thermique à 32 0F (F pour Fahrenheit) et que l’eau soit en ébullition à 212 0F. Il avait choisi ces chiffres pour que la température normale du corps humain soit de 100 0F, mais on l’a ajusté ensuite à 98,6 0F. Les instruments de Fahrenheit connurent vite un grand succès. On date de 1714 l’invention du premier thermomètre à mercure à échelle standardisée. Comme il tenait à garder secrète sa méthode de fabrication, il ne la publia qu’en 1724 dans le journal Philosophical Transactions of the Royal Society.

Grâce à ces thermomètres, Fahrenheit put étudier plus précisément les phénomènes de changements de phase de l’eau. Il découvrit ainsi que la température d’ébullition de l’eau dépend de la pression atmosphérique. Il inventa aussi une méthode permettant de refroidir l’eau sous sa température normale de solidification sans qu’elle devienne de la glace, selon le phénomène appelé surfusion.

—  Bernard PIRE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrit par :

  • : directeur de recherche au CNRS, centre de physique théorique de l'École polytechnique, Palaiseau

Classification


Autres références

«  FAHRENHEIT DANIEL GABRIEL (1686-1736)  » est également traité dans :

THERMODYNAMIQUE - Histoire

  • Écrit par 
  • Arthur BIREMBAUT
  •  • 8 831 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le thermomètre Fahrenheit »  : […] des physiciens du temps, si son auteur n'avait reçu la visite, en 1708, d'un jeune homme né à Dantzig, Daniel Gabriel Fahrenheit (1686-1736). Roemer montra sa méthode d'étalonnage des thermomètres usuels à son visiteur, qui en retint l'utilisation systématique du point de fusion de la glace et de la température du sang comme points fixes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/thermodynamique-histoire/#i_25130

Pour citer l’article

Bernard PIRE, « FAHRENHEIT DANIEL GABRIEL - (1686-1736) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 septembre 2017. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/daniel-gabriel-fahrenheit/