ODE, genre littéraire

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'ode est une forme. Pour une fois, l'étymologie correspond à la réalité de sens (ôdè, chant) et nous renvoie naturellement aux anciennes manifestations de la poésie en Occident, c'est-à-dire au lyrisme grec. Le lyrisme, on le sait, est un chant fait de couplets, accompagné de musique. L'une de ses traditions le plus précisément saisissables est la lyrique pindarique : l'ode y désigne un poème formé sur un groupe tripartite (triade), composé d'une strophe, d'une antistrophe (chacune sur le même mètre) et d'une épode (sur un système particulier). Les triades se suivent, et l'ensemble constitue l'ode. En principe, le chœur interprétant l'ode primitive se déplaçait en fonction des trois stades de la triade. Une autre caractéristique de l'ode chez Pindare est sa thématique : il s'agit d'un lyrisme choral d'apparat, c'est-à-dire de chants solennels en l'honneur de grands personnages (en l'occurrence, des vainqueurs aux jeux panhelléniques). C'est ce type d'ode qui a été transposé en poésie française par Ronsard, dans le premier livre de ses Odes : mais il n'y a plus de musique, le système est purement métrique et consiste en un retour de trois strophes, les deux premières de même structure, le tout sur des thèmes grandioses ou mythiques. Dans son Art poétique, Vauquelin de La Fresnaye parlera de tour, retour et repos pour évoquer cette forme. Il n'est pas impossible, enfin, de trouver un ultime avatar, très simplifié, de cette ode dans certains groupements, purement thématico-discursifs, des versets dans les Cinq Grandes Odes de Claudel.

Il existe une autre tradition de l'ode, qui date d'un siècle avant Pindare, avec Alcée et Sapho, et du temps même de Pindare, avec Anacréon : poème chanté à propos des sujets les plus divers, expression toujours passionnée, chez les premiers, ou légère, chez le dernier, de sentiments personnels sur l'am [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : agrégé de lettres, docteur de troisième cycle, docteur ès lettres, professeur des Universités, université de Paris-IV-Sorbonne, directeur de l'Institut de langue française

Classification


Autres références

«  ODE, genre littéraire  » est également traité dans :

ANACRÉON DE TÉOS (560-478 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Dominique RICHARD
  •  • 220 mots

Chassé de sa ville natale, Téos, en Ionie (Asie Mineure), par les invasions perses, Anacréon se réfugie à Samos, à la cour du tyran Polycrate, puis il est accueilli par Hipparque, tyran d'Athènes, qui l'aurait envoyé chercher par une galère à cinquante rameurs. Toutefois, il serait revenu mourir, fort âgé, dans sa patrie. Les poètes alexandrins connaissaient de lui cinq livres de poésies, comprena […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anacreon-de-teos/#i_6138

CÉLÉBRATION, genre littéraire

  • Écrit par 
  • Véronique KLAUBER
  •  • 857 mots

Acte rhétorique par lequel on établit la supériorité de quelqu'un ou de quelque chose. Réelle ou imaginaire, cette supériorité est exprimée dans des termes propres à propager le sentiment d'élévation. Parmi les trois genres du discours répertoriés par Aristote, la célébration (avec le blâme) appartient au genre épidictique (ou démonstratif), codifié déjà par Gorgias de Leont […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/celebration-genre-litteraire/#i_6138

ÉPÎTRE, littérature

  • Écrit par 
  • Jean MARMIER
  •  • 478 mots

La définition courante, « lettre en vers », marque bien la distance qui s'est creusée entre le mot et ses dérivés, épistolaire et épistolier, liés habituellement à la lettre en prose. Les limites du genre n'en restent pas moins très flottantes. Le message confié à l'épître, qu'il soit fictif ou réel, peut aller de l'invitation à boire à la méditation abstruse. Les formes poétiques aptes à le recev […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/epitre-litterature/#i_6138

HÖLDERLIN FRIEDRICH (1770-1843)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre LEFEBVRE
  •  • 4 965 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « “La Mort d'Empédocle”, “Odes”, “Hymnes”, “Élégies” »  : […] Il est vraisemblable que cette “histoire” influença indirectement le développement de son unique projet dramatique “propre”, La Mort d'Empédocle  : tragédie politique de l'homme qui refuse le trône que lui offrent ses concitoyens, mais aussi tragédie de l'homme fasciné par l'engloutissement dans la mort et le retour à l'élémentaire. Hölderlin y travailla pendant son premier […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/friedrich-holderlin/#i_6138

HORACE (65-8 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Jacques PERRET
  •  • 3 197 mots

Dans le chapitre « Le lyrisme comme style de vie »  : […] De catastrophes en convulsions, l'antique république romaine s'acheminait cependant à une métamorphose. Chacun comprit que l'essentiel était acquis le jour où le jeune Octave remporta sur les forces d'Antoine et de Cléopâtre une victoire décisive (bataille d'Actium, 2 septembre 31). Il est peu d'événements historiques qui, dans la littérature, dans la sensibilité commune, aient défini aussi nettem […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/horace/#i_6138

KEATS JOHN (1795-1821)

  • Écrit par 
  • Henri PEYRE
  •  • 3 571 mots

Dans le chapitre « Les odes et derniers sonnets »  : […] Sans doute les œuvres épiques et narratives de Keats souffrent-elles de la désaffection que les modernes ressentent pour les longs poèmes, forcément inégaux. De beaucoup la partie la plus lue et la plus admirée de l'œuvre de Keats est la série de grandes odes qu'il composa en 1818-1819. Rien en effet ne les égale en Angleterre ou même en France et en Allemagne, en dehors de quelques odes de Shell […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/john-keats/#i_6138

LEBRUN PONCE DENIS ÉCOUCHARD- (1729-1807)

  • Écrit par 
  • Denise BRAHIMI
  •  • 537 mots

Parfois nommé Écouchard-Lebrun, il est aussi désigné par son surnom de Lebrun-Pindare, qu'il dut en son temps à la renommée de ses Odes . On peut se reporter, pour des renseignements assez complets sur sa vie et ses œuvres, aux articles que Sainte-Beuve lui consacre dans les Portraits littéraires (tome I) et dans les Causeries du lundi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lebrun-ecouchard/#i_6138

LYRISME

  • Écrit par 
  • Jamel Eddine BENCHEIKH, 
  • Jean-Pierre DIÉNY, 
  • Jean-Michel MAULPOIX, 
  • Vincent MONTEIL, 
  • René SIEFFERT
  •  • 10 721 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Du cri au chant, du son au sens »  : […] Paul Valéry définissait le lyrisme comme « le développement d'une exclamation ». En effet, si le lyrisme peut être bref, enfermé dans la sentence gnomique, ou cadré dans la forme stricte du sonnet, il implique le plus souvent un certain volume de parole qui fait transiter le cri vers le chant. La poésie lyrique ne se contente pas de nommer, elle chante. Elle fraie son chemin vers le sens en suiva […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lyrisme/#i_6138

MALHERBE FRANÇOIS DE (1555-1628)

  • Écrit par 
  • Antoine ADAM
  •  • 1 604 mots

Dans le chapitre « Le « poète du Louvre » »  : […] La vie de Malherbe explique la différence que l'on décèle entre les quelques poésies qu'il compose avant 1605 et tout ce qui est postérieur à cette date. En fait, l'œuvre véritable de Malherbe, celle qui le caractérise et a marqué l'histoire de notre poésie, ce sont les pièces de vers qu'il a composées comme poète de cour, ou, comme on disait plus précisément, comme « poète du Louvre ». Ce sont, d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francois-de-malherbe/#i_6138

ODES, Horace - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Marie-Gabrielle SLAMA
  •  • 627 mots
  •  • 1 média

Contemporain de Virgile, dont il fut l'ami, Horace (65-8 av. J.-C.) est un des plus célèbres poètes latins. Si ses Épodes et ses Satires ne sont plus guère connues aujourd'hui – on leur préfère généralement les Épigrammes de Martial pour l'inventivité langagière, les Satires de Juvénal pour la violence de l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/odes-horace/#i_6138

ODES, John Keats - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Marc PORÉE
  •  • 858 mots

Les grandes Odes de Keats sont au nombre de six, et furent composées en sept mois, de mars à septembre 1819. Délaissant le modèle inauguré par le poète grec Pindare (518-446 av. J.-C.), John Keats (1795-1821) fait de l'ode un genre plus analytique et expérimental. Se retrouvent ainsi dans certaines strophes de ses odes des fragments de sonnet, genre qu'il affectionnait entr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/odes-john-keats/#i_6138

OLYMPIQUES, Pindare - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean-François PÉPIN
  •  • 833 mots

Les Olympiques font partie des Épinicies de Pindare (518/517-446 av. J.-C.), ensemble d'odes destinées à célébrer les vainqueurs des compétitions athlétiques. La grande majorité de l'œuvre du poète grec, né à Thèbes, nous est inconnue ; ne nous sont parvenus que quatre livres des Épinicies , composés de quatorze […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/olympiques/#i_6138

PINDARE (517 av. J.-C./518-apr. 446 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Jacqueline DUCHEMIN
  •  • 3 135 mots

Dans le chapitre « La forme lyrique »  : […] La plupart des Odes triomphales sont composées de triades comprenant un groupe strophe-antistrophe exactement symétriques et suivies d'une épode unique au rythme voisin. Une ode de longueur moyenne comporte cinq ou six groupes ; certaines n'en ont qu'un ; la IV e  Pythique , elle, en a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pindare/#i_6138

PINDARIQUE ODE

  • Écrit par 
  • Barbara CASSIN
  •  • 330 mots

Nous sont parvenus quatre des dix-sept livres de poèmes pindariques recensés par Aristophane de Byzance : les Olympiques , les Pythiques , les Isthmiques , et les Néméennes , toutes « épinicies », ou odes triomphales, mais nous manquent presque toujours les indications du lyrisme choral ; parfois on ne sait éta […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ode-pindarique/#i_6138

Pour citer l’article

Georges MOLINIÉ, « ODE, genre littéraire », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ode-genre-litteraire/