STROPHE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Originellement liée à la tragédie grecque dont elle désigne un moment, la strophe est un ensemble de vers reliés entre eux selon un schéma rythmique préétabli et/ou selon un système de rimes. Elle est encadrée par des lignes de blancs ou des silences et comporte parfois une césure. Un poème est composé la plupart du temps de strophes à structure identique. Cependant, il est possible de varier les formes strophiques à l'intérieur du poème. C'était même la règle à l'origine, dans le théâtre grec où le chœur chantait la strophe, l'antistrophe et l'épode (ce dernier sur un rythme différent) en traversant la scène par trois mouvements (strophein signifie « tourner »).

Comme la perception de la strophe en tant qu'unité autonome exige (au moins dans la poésie française) le retour des rimes identiques, la plus petite strophe est le quatrain. La disposition des rimes est soit ABBA, soit ABAB (embrassées ou croisées), avec obligation de changer les rimes féminines en masculines et inversement dans la strophe suivante. La solidarité des vers à l'intérieur de la strophe peut être renforcée par l'alternance des vers courts et longs en accord ou non avec celle des rimes. Dans la strophe couée (de caudatus qui signifie « à queue »), les vers courts sont reliés par la même rime.

Dans les strophes plus longues (quintil, sixain, septain, huitain, neuvain, dizain, etc.), le poète met en place des repères de plus en plus nombreux. À mesure qu'elles deviennent plus complexes, les axes de symétrie passant par une « rime charnière » (Morier) ou entre deux vers — césure strophique — se conjuguent de plus en plus avec la structure sémantique de la strophe. Mais l'enjambement est possible et peut être très efficace.

Certains genres poétiques ont une formule régissant l'agencement des rimes, tel le sonnet : ABBA-ABBA-CCD-EED.

—  Véronique KLAUBER

Écrit par :

Classification


Autres références

«  STROPHE  » est également traité dans :

EUGÈNE ONÉGUINE, Alexandre Pouchkine - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Georges NIVAT
  •  • 1 265 mots

Dans le chapitre « « Une encyclopédie de la vie russe » »  : […] Eugène Onéguine parut en éditions partielles de 1825 à 1832, puis en édition complète en 1833. Il fut salué comme « l'encyclopédie de la vie russe » par le maître de la critique d'alors, Biélinski. Plus tard, le poète Apollon Grigoriev aura ce mot définitif : « Pouchkine est notre tout. » Par ce poème, Pouchkine est effectivement devenu le poète national de la Russie, et l'e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eugene-oneguine/#i_96164

MÉTRIQUE

  • Écrit par 
  • Benoît de CORNULIER
  •  • 6 941 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Superstructures métriques »  : […] Dans la poésie littéraire traditionnelle, les vers ne sont pas les seules unités métriques : ils sont généralement regroupés, d'une manière systématique, en unités de niveau supérieur, essentiellement au moyen de la rime, parfois aussi au moyen des variations métriques ou de la répétition verbale. Ainsi dans ce passage de Horror , de Hugo : La graphie impose d'emblée un regro […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/metrique/#i_96164

MOYEN ÂGE - La littérature en prose

  • Écrit par 
  • Nicola MORATO
  •  • 6 837 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La relation entre prose et vérité »  : […] Annales, chroniques, histoires sont autant de typologies distinctes qui admettent un degré différent d’élaboration littéraire, critique et intellectuelle. Au cours du xii e  siècle, il est possible de rencontrer une telle pluralité d’options en contexte anglo-normand dans les œuvres en vers de Gaimar, Wace, Fantosme, Benoît de Sainte-Maure. En pri […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moyen-age-la-litterature-en-prose/#i_96164

POÉSIE

  • Écrit par 
  • Michel COLLOT, 
  • Dominique VIART
  •  • 9 390 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Formes »  : […] Selon son étymologie latine ( versus ), le vers se définit par le fait de revenir à la ligne. Or ce retour comporte deux implications presque contradictoires mais pour la tradition complémentaires : une rupture dans la continuité du discours et la récurrence de traits analogues d'un vers à l'autre, qui détermine précisément la périodicité du passage à la ligne. La forme vers […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/poesie/#i_96164

SONNET

  • Écrit par 
  • Bernard CROQUETTE
  •  • 1 042 mots

Poème à forme fixe de quatorze vers répartis en quatre strophes, le sonnet tient dans la littérature européenne, et notamment française, une place extrêmement importante. On sait qu'« un sonnet sans défaut vaut seul un long poème » (Boileau), et qu'il suffit d'un sonnet pour rendre célèbre un écrivain (Arvers) ou pour ridiculiser un personnage de comédie (Oronte). Sans doute élaboré en Sicile au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sonnet/#i_96164

VERS

  • Écrit par 
  • Elsa MARPEAU
  •  • 1 746 mots

Dans le chapitre « Naissance de l'alexandrin »  : […] Utilisé pour la première fois dans le Pèlerinage de Charlemagne (fin xi e -début xii e  siècle), son nom apparaît seulement au xii e  siècle, dans une poésie épique, le Roman d'Alexandre . Ce vers de dou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vers/#i_96164

Pour citer l’article

Véronique KLAUBER, « STROPHE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/strophe/