CÉLÉBRATION, genre littéraire

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Acte rhétorique par lequel on établit la supériorité de quelqu'un ou de quelque chose. Réelle ou imaginaire, cette supériorité est exprimée dans des termes propres à propager le sentiment d'élévation. Parmi les trois genres du discours répertoriés par Aristote, la célébration (avec le blâme) appartient au genre épidictique (ou démonstratif), codifié déjà par Gorgias de Leontium qui en détermine les règles et ouvre la voie à la stylistique. En effet, moins utilitaire que les genres délibératif et judiciaire, l'épidictique a un enjeu esthétique considérable, qu'il soit un simple exercice oratoire ou qu'il soit à la base même de toute pratique poétique productrice de texte « beau ».

L'apparition de la littérature encomiastique est liée aux réjouissances privées ou publiques aussi bien qu'à la mort d'un personnage illustre. Elle se rapporte donc à l'actualité. Même la célébration de la nature, sujet éminemment intemporel, s'inscrit dans le présent, tel que celui-ci est vécu par le poète. L'emploi des superlatifs, des expressions hyperboliques, l'embellissement de la réalité appartiennent aux procédés caractéristiques du genre. Il n'existe aucun sujet qui ne puisse être célébré. Le caractère gratuit, purement verbal de certaines louanges, les éloges satiriques d'objets peu dignes n'ont pas suffi à jeter le discrédit sur l'ensemble de la littérature laudative.

Le grand nombre et la diversité des genres littéraires attachés à la fonction de la célébration montrent, depuis l'Antiquité, l'importance de la mémoire perpétuée par les poètes, dont ils sont d'ailleurs très conscients : « privée de l'hymne qui la loue, la valeur reste couverte d'une obscurité profonde » (Pindare, Septième Néméenne) ; cette affirmation passe déjà pour un lieu commun chez Pindare qui produisit, sur commande, tant d'épinicies. Si l'invention du genre de l'ode triomphale est attribuée à Simonide de Céos, au temps de Pindare sa thématique est déjà fixée : il fallait traiter du vainqueur des jeux sportifs (comme les jeux Olympiques) en chantant sa patrie, les dieux et les légendes mythologiques qui s'y rapportent, sans oublier l'enseignement moral de celles-ci, car l'éloge devait servir de stimulant. Ainsi le patriotisme des Athéniens fut-il stimulé par l'oraison funèbre prononcée par Périclès (cf. l'Histoire de la guerre du Péloponnèse de Thucydide), tandis qu'un autre élève de Gorgias, Isocrate, souligne dans son panégyrique la supériorité des Grecs par rapport aux Barbares.

D'autres genres encomiastiques existaient cependant : le dithyrambe célébrait originairement Dionysos, l'épithalame était écrit pour le mariage et l'épitaphe comportait souvent la louange du mort, chantée aussi dans le péan et, en partie, dans le thrène. Ces derniers furent évoqués par Homère. Ce sont les rhéteurs grecs qui transmirent aux Romains l'art d'honorer (et de flatter) les hommes politiques ; l'éloquence d'apparat fut aussi enseignée par ceux-ci : des rhéteurs chrétiens comme saint Jean Chrysostome ont fréquenté l'école de Libanios, auteur du célèbre Éloge de l'empereur Julien.

Ernst Robert Curtius souligne l'importance capitale de l'influence du genre épidictique sur la poésie médiévale ; tout peut y être loué : « La plupart des thèmes lyriques que le poète développe à partir d'un élément autobiographique sont rangés par la théorie antique dans la liste des topoi épidictiques » (La Littérature européenne et le Moyen Âge latin). La vivacité du genre est d'autant plus remarquable qu'il est en butte aux attaques des tenants de l'ascétisme chrétien. Mais la Bible fournit maints exemples de la célébration de Dieu ; le Cantique des cantiques peut être considéré comme un épithalame ; la littérature des vies de saints est aussi largement encomiastique ; pané [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  CÉLÉBRATION, genre littéraire  » est également traité dans :

OLYMPIQUES, Pindare - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean-François PÉPIN
  •  • 833 mots

Dans le chapitre « Glorifier les vertus divines »  : […] Chaque Olympique met parallèlement en scène le héros vainqueur d'une ou plusieurs épreuves des jeux, et un ou plusieurs mythes destinés à lui donner son sens véritable. En effet, Pindare n'entend pas se limiter à narrer une succession d'exploits. Il souhaite leur rendre leur véritable dimension, celle de l'exaltation des vertus morales des dieux et des héros, les plus dignes d'être imitées par le […] Lire la suite

PINDARE (517 av. J.-C./518-apr. 446 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Jacqueline DUCHEMIN
  •  • 3 135 mots

Dans le chapitre « Religion et mythologie »  : […] Chaque Épinicie ('Επιν́ικιον, ou Ode triomphale ), et probablement chaque poème ou à peu près, comporte un, voire des mythes insérés dans sa trame. Le poète y célèbre les dieux et y narre les exploits des héros, de ceux dont la vaillance et les vertus sont proposées en modèle au vainqueur du jour, à l'athlète qui vient de s'illustrer, comme à tous ceux qui écoutent chanter sa gloire. On sait que […] Lire la suite

Pour citer l’article

Véronique KLAUBER, « CÉLÉBRATION, genre littéraire », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/celebration-genre-litteraire/