ÉPÎTRE, littérature

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La définition courante, « lettre en vers », marque bien la distance qui s'est creusée entre le mot et ses dérivés, épistolaire et épistolier, liés habituellement à la lettre en prose. Les limites du genre n'en restent pas moins très flottantes. Le message confié à l'épître, qu'il soit fictif ou réel, peut aller de l'invitation à boire à la méditation abstruse. Les formes poétiques aptes à le recevoir varient dans une mesure presque équivalente. Chez le fondateur même de l'épître classique, Horace, bien des odes saluent nommément un destinataire. Marot classe une même pièce, selon les éditions, parmi les épîtres ou parmi les épigrammes. L'élégie prête à une confusion déjà notable chez Ovide. Laudun d'Aigaliers, en 1597, ne la distingue pas de l'épître ; Pope non plus. Enfin, la satire pose de même une question de frontière. Scarron risque le titre d'« épître chagrine, ou satire ». Boileau, qui a pourtant observé une distinction assez nette entre l'âpreté de ses satires et le ton « honnête homme » de ses épîtres, esquive le débat théorique en éliminant l'épître de son Art poétique.

 Lettre en vers, l'épître établit en un point variable un équilibre entre la familiarité de la lettre, tournée vers l'éphémère, et la dignité du langage poétique, qui vise par nature à l'éternel. Les théoriciens (J. Peletier du Mans, Du Bellay, Marmontel) proclament son authenticité poétique, qu'Horace mettait modestement en doute : car, comme la plupart des auteurs d'épîtres, il se montrait surtout soucieux d'attraper le naturel et la justesse. La vogue de l'épître commence en France avec les « grands rhétoriqueurs » et mène bientôt le genre à un sommet avec Marot. La société mondaine et lettrée des xviie et xviiie siècles en raffole, mais préfère au décasyllabe l'octosyllabe, puis l'alexandrin. Le contenu descend à la [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

  • : docteur ès lettres, professeur à l'université de Rennes-II-Haute-Bretagne

Classification


Autres références

«  ÉPÎTRE, littérature  » est également traité dans :

‘ABD AL-ḤAMĪD IBN YAḤYĀ (VIIIe s.)

  • Écrit par 
  • Gérard LECOMTE
  •  • 972 mots

Dans le chapitre « ‘Abd al-Ḥamīd et le genre de l'épître »  : […] Natif des bords de l'Euphrate, il n'est sans doute pas d'origine arabe, mais client d'une famille apparentée à la tribu du prophète Muḥammad. Il aurait débuté comme maître d'école itinérant avant d'entrer dans l'administration omeyyade. Il y conquiert une place de premier plan sous le dernier calife de cette dynastie, Marwān ibn Muḥammad (744-749). Lorsque les ‘Abbāsides balayent les Omeyyades, il […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/abd-al-hamid-ibn-yahya/#i_12074

L'ADOLESCENCE CLÉMENTINE, Clément Marot - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Yvonne BELLENGER
  •  • 918 mots

Dans le chapitre « Un recueil composite »  : […] L'Adolescence clémentine classe les poèmes par genres et s'ouvre sur les Opuscules, une suite de six pièces parmi lesquelles quatre traductions : La Première Églogue de Virgile, le Jugement de Minos inspiré d'un poème de Lucien, les Tristes Vers de Philippe Béroalde , d'inspiration reli […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-adolescence-clementine/#i_12074

BOILEAU NICOLAS (1636-1711)

  • Écrit par 
  • Pierre CLARAC
  •  • 1 836 mots

Dans le chapitre « Le théoricien du classicisme »  : […] L'influence du Grand Arnauld, rencontré chez le premier président Lamoignon, va entraîner Boileau dans une direction nouvelle. Il renonce pour vingt-cinq ans à la satire et se tourne vers les Épîtres morales. Il se détache de ses amis pyrrhoniens et de ses admirateurs de cabaret. Son épître III, assez faible littérairement, atteste cette évolution. Il prend part aux séances […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nicolas-boileau/#i_12074

HORACE (65-8 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Jacques PERRET
  •  • 3 197 mots

Dans le chapitre « La sagesse des « Épîtres » »  : […] Parallèlement à cet effort de création qui le rendrait immortel, il le savait bien ( Odes , III, xxx ) , Horace, jusqu'au terme de sa vie, s'est délassé dans des œuvres plus faciles qui continuent ces entretiens qu'avaient été les premières Satires. D'abord un second livre de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/horace/#i_12074

LITTÉRATURE ÉPISTOLAIRE

  • Écrit par 
  • Alain VIALA
  •  • 6 820 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Art épistolaire et débat d'idées »  : […] Le premier théoricien moderne de l'art épistolaire fut Érasme, avec son De conscribendis epistolis (1522). Face aux nomenclatures fixes des Formulaires médiévaux, il affirme que les lettres peuvent traiter toutes sortes de sujets et adapter leurs formes et formules en conséquence. Cependant, il maintient une rhétorique de la monovalence : un sujet, un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litterature-epistolaire/#i_12074

MAROT CLÉMENT (1496-1544)

  • Écrit par 
  • Pierre JOURDA
  •  • 1 498 mots

Dans le chapitre « Un rhétoriqueur plein d'esprit et de cœur »  : […] Formé à l'école des grands rhétoriqueurs, il sut vite s'affranchir de leurs règles, même s'il garda toute sa vie certaines de leurs habitudes, et d'abord une réelle admiration pour le Moyen Âge : il édita le Roman de la Rose et les poésies de Villon. Il traduisit la Première Bucolique , deux livres des Métamorphoses et le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/clement-marot/#i_12074

MELÉNDEZ VALDÉS JUAN (1754-1817)

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 558 mots

Considéré comme le plus important poète lyrique de l'école de Salamanque dans le dernier tiers du xviii e siècle, Juan Meléndez Valdés allie dans son œuvre les courants anacréontiques et pastoraux et les préoccupations de l'humanitarisme philosophique. On lui reconnaît aussi le mérite d'avoir réhabilité le genre du romance , […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/juan-melendez-valdes/#i_12074

SATIRE

  • Écrit par 
  • Roger ZUBER
  •  • 2 689 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Satire et naturel »  : […] Il suffit de peu de chose pour que les voies du comique (monologue, dialogue, autres procédés repris des Anciens et des Italiens) deviennent les voies du naturel. Comme les autres genres, la satire classique se propose d'« imiter les actions humaines ». Comme les autres genres, mais avec plus de simplicité : chez l'Arioste et chez Régnier, chez Furetière et chez Boileau, le vraisemblable se trouv […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/satire/#i_12074

Pour citer l’article

Jean MARMIER, « ÉPÎTRE, littérature », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/epitre-litterature/