NOSFERATU LE VAMPIRE, film de Friedrich Wilhelm Murnau

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Fantastique et mise en scène

Le scénario reprend pour l'essentiel, hormis le nom des personnages et de la ville de Brême qui sont changés, le roman de Bram Stoker, Dracula (1897), qui fonde le genre des récits de vampires. L'enjeu était, pour un cinéaste familier de l'étrange, mais pas du fantastique, de réaliser un film d'horreur. Le sous-titre du film, Une symphonie de l'horreur, l'indique et les contemporains ne s'y trompèrent pas : « on sent dans ce film, précise le critique Béla Balázs, les souffles glacés de l'au-delà ». De nombreuses images du film restent, aujourd'hui encore, impressionnantes, particulièrement celles qui montrent l'ombre du vampire glisser sur sa proie. Ces images, servies par le physique exceptionnel de l'acteur qui l'incarne, bénéficient de violents contrastes épurés, et de cadrages saisissants.

Comme le fantastique en général, cette œuvre a souvent été interprétée comme une allégorie. On a pu voir, dans le voyage qui fait rencontrer dans un pays lointain le non-mort qui apporte la peste, la métaphore d'un passage de la conscience à l'inconscient (le film est contemporain de l'œuvre de Freud), ou le souvenir d'un mythe de la descente (aux enfers ou dans d'autres profondeurs chtoniennes). En tout cas, le sort du couple protagoniste ressemble bel et bien à une fable ; Hutter est un homme prosaïque et passablement aveugle, mais paradoxalement il est le seul à échapper à la peste et à rester finalement indemne malgré la morsure du vampire : c'est qu'il est sauvé par son mariage avec Ellen, femme éthérée et dotée d'une suprasensibilité de voyante.

Bien reçu à sa sortie, pour son atmosphère angoissante et la réussite de ses images, le film ne fut pas aussitôt reconnu comme singulier, au sein d'une production où abondaient les films noirs, fantastiques, gothiques, bref, expressionnistes. Il devint en revanche, lors de sa distribution en France, en 1928, l'objet d'une vive admiration de la part des surréalistes, sensibles à [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle, directeur d'études, École des hautes études en sciences sociales

Classification

Autres références

«  NOSFERATU LE VAMPIRE, Friedrich Wilhelm Murnau  » est également traité dans :

NOSFERATU LE VAMPIRE (F. W. Murnau), en bref

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 189 mots
  •  • 1 média

Si l'expressionnisme cinématographique est né en 1919 avec Le Cabinet du docteur Caligari, de Robert Wiene, il trouve une manière d'accomplissement avec Nosferatu. F. W. Murnau (1888-1931) le fait passer du simple « jeu » esthétique, à une dimension métaphysique, où […] Lire la suite

LEUTRAT JEAN-LOUIS (1941-2011)

  • Écrit par 
  • Gilles QUINSAT
  •  • 498 mots

Historien de la littérature et du cinéma. Né en 1941 à Vichy, professeur agrégé, Jean-Louis Leutrat enseigne d'abord à Grenoble, puis, devenu professeur des universités, à Paris-III-Sorbonne nouvelle. Il sera par la suite président de cette université de 1996 à 2001. Son œuvre se situe résolument au carrefour des différents domaines artistiques que sont la littérature, le cinéma et la peinture. E […] Lire la suite

MURNAU FRIEDRICH WILHELM

  • Écrit par 
  • Denis MARION
  •  • 1 507 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « De l'horreur à l'Éden »  : […] De son vrai nom Friedrich Wilhelm Plumpe, né à Bielefeld (Westphalie), mort à Hollywood par suite d'un accident d'auto, Murnau, en vingt-deux ans, dirige vingt-deux films, dont une dizaine seulement sont conservés et quatre sont considérés comme des classiques : Nosferatu (1921-1922) , Le Dernier des hommes (1924), L'Aurore (1927) et Tabou (1931). Nosferatu est un démarquage de Dracula , roman de […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jacques AUMONT, « NOSFERATU LE VAMPIRE, film de Friedrich Wilhelm Murnau », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 juin 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/nosferatu-le-vampire/