NÎMES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

À l'extrémité orientale du couloir languedocien, Nîmes, chef-lieu du Gard, garde la porte rhodanienne et assure la transition avec les villes provençales d'Arles et d'Avignon. Au milieu du xxe siècle, Nîmes a activement participé aux grands aménagements régionaux : la Compagnie du Bas-Rhône-Languedoc y installe son siège social, la chambre de commerce et d'industrie lance la station de Port-Camargue.

Occitanie : carte administrative

Carte : Occitanie : carte administrative

Carte administrative de la région Occitanie. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

La ville a conquis les garrigues dont les lignes de crête marquent l'horizon au nord. La « terre des pauvres », rocailleuse et difficile d'accès, terre des masets, cabanons rudimentaires, un brin fantaisistes, du petit peuple de l'agriculture et des ouvriers de l'industrie textile, a laissé place à un espace résidentiel pour citadins fortunés. Depuis le début des années 1960, à l'ouest, les immeubles de la zone à urbaniser en priorité (Z.U.P.) se dressent au-dessus de la plaine du Vistre. Celle-ci recueille l'eau des cadereaux (ruisseaux descendant des garrigues), les grandes infrastructures modernes (chemin de fer, route et autoroute), les ensembles résidentiels, l'habitat pavillonnaire et les grands équipements urbains, ce qui explique, en partie, la gravité des inondations de 1988.

Capitale des Volques Arécomiques liée aux colonies grecques et phéniciennes, Nîmes est née près de la source sacrée de la Fontaine (Nemausus pour les Romains). Important relais de Rome sur la Via Domitia, l'antique Nemausus est tête de pont vers la Narbonnaise, vers les territoires des Allobroges par la vallée du Rhône et ceux des Arvernes à travers les contreforts cévenols. Cité impériale de droit latin, elle frappe monnaie et jouit des faveurs d'Auguste qui la dote, vers 15 avant J.-C., d'une vaste enceinte de 7 kilomètres de longueur, dont les portes d'Auguste et de France sont bien conservées. La Maison carrée, dédiée au culte impérial, participe aux embellissements de la ville. L'amphithéâtre des Arènes, réalisé vers la fin du ier siècle, est un des mieux conservé du monde romain. Le Castellum, unique en son genre, répartit dans la ville les eaux acheminées depuis la source de l'Eure près d'Uzès par un système de canaux, tunnels et ponts dont l'aqueduc du pont du Gard reste le chef-d'œuvre. Au pied de la tour Magne, longtemps énigmatique (tour défensive protohistorique dominant le sanctuaire de Nemausus, enveloppée d'une tour romaine octogonale), l'Augusteum des jardins de la Fontaine constitue un ensemble cultuel de première importance. Les vestiges de l'urbanisme impérial ne sont, nulle part ailleurs en France, aussi bien conservés et aussi expressifs du rayonnement d'une cité. Preuve de la romanisation des habitants, l'empereur Antonin (iie s.) est d'origine nîmoise.

Archéologie préventive : Nîmes

Photographie : Archéologie préventive : Nîmes

Fouille préventive d'un quartier romain du Ier siècle avant notre ère, à proximité de la Maison carrée à Nîmes, menée à la faveur des travaux d'aménagement de la place, au moment de la construction de Carré d'art, bâtiment conçu par l'architecte britannique Norman Foster et... 

Crédits : M. Célié, Musée d'art et d'histoire de Nîmes/ INRAP

Afficher

Les arènes de Nîmes

Photographie : Les arènes de Nîmes

Les arènes de Nîmes (France) : amphithéâtre romain (75-95 env.) pouvant accueillir 23 000 spectateurs. 

Crédits : DeAgostini/ Getty Images

Afficher

Le pont du Gard

Photographie : Le pont du Gard

Le pont du Gard, ouvrage romain construit au Ier siècle après Jésus-Christ, permet à l'aqueduc de Nîmes de franchir la rivière Gardon 48 mètres au-dessus de son lit. 

Crédits : BasieB/ Getty Images

Afficher

À partir du milieu du iie siècle, les invasions successives provoquent un repli de la ville sur son amphithéâtre fortifié, défendu par les « chevaliers des arènes » et siège du pouvoir vicomtal, et dans le quartier de la cathédrale lui aussi fortifié. Établi en 1198, le consulat se fixera dans la Maison carrée, appelée Capitole, et gérera la ville jusqu'à la Révolution. Les vicomtes de Nîmes, dépendant du comte de Toulouse, établissent leur pouvoir jusqu'à l'Albigeois, avant de céder au roi de France en 1226. Le pouvoir royal se fixe en ville, les couvents s'installent hors les murs.

Très tôt acquise aux idées de la Réforme, Nîmes devient une place forte protestante. Son histoire est ponctuée de violences, massacres, soulèvements et destructions, du milieu du xvie siècle à la paix d'Alès, en 1629. La révocation de l'édit de Nantes en 1685 et la guerre des camisards compromettent la reprise économique. Au début du xviiie siècle, la bourgeoisie protestante, éloignée des charges civiles et militaires, s'ouvre à la finance, au commerce international et à l'investissement manufacturier dans le textile, faisant travailler la laine et la soie dans la Cévenne rurale. Durant tout le siècle, nobles et bourgeois conduisent de grands travaux, régis par un règlement d'urbanisme établi en 1734 et un plan d'embellissement de 1785 : démolition des remparts, déblaiement des arènes, ouverture d'avenues, de promenades. Le cours Neuf, tracé par l'ingénieur Mareschal, [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Médias de l’article

Occitanie : carte administrative

Occitanie : carte administrative
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Archéologie préventive : Nîmes

Archéologie préventive : Nîmes
Crédits : M. Célié, Musée d'art et d'histoire de Nîmes/ INRAP

photographie

Les arènes de Nîmes

Les arènes de Nîmes
Crédits : DeAgostini/ Getty Images

photographie

Le pont du Gard

Le pont du Gard
Crédits : BasieB/ Getty Images

photographie

Afficher les 4 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur agrégé des Universités, professeur à l'université de Montpellier-III-Paul-Valéry

Classification

Autres références

«  NÎMES  » est également traité dans :

HYDROLOGIE URBAINE

  • Écrit par 
  • Michel DESBORDES
  •  • 2 603 mots
  •  • 2 médias

3 octobre 1988 : les écrans de télévision montrent Nîmes ravagée par les eaux. Une ville meurtrie, des dégâts considérables à la suite d'un violent orage. Des images que l'on dirait venir d'une autre région du monde. Le moment de stupeur passé, on invoque le caractère « exceptionnel » des précipitations. On parle de « catastrophe naturelle ». En réalité, si l'orage qui s'est abattu sur Nîmes et sa […] Lire la suite

LANGUEDOC, histoire

  • Écrit par 
  • Jean SENTOU
  •  • 2 175 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La colonisation romaine »  : […] La conquête du Languedoc par les Romains eut lieu vers 123-121 avant J.-C. Ce ne fut en réalité qu'une promenade militaire entre le Rhône, les Pyrénées et la Garonne, jusqu'à Toulouse où le consul Cneius Domitius Ahenobarbus installa une garnison. Si l'archéologie permet de déceler certaines destructions, comme à Ensérune, celles-ci peuvent aussi bien s'expliquer par une résistance aux Romains que […] Lire la suite

LANGUEDOC-ROUSSILLON

  • Écrit par 
  • Laurence FABBRI, 
  • Jean-Paul VOLLE
  •  • 3 668 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Nouvelles industries »  : […] Tant en termes d’effectifs que du point de vue de la valeur ajoutée produite, le Languedoc-Roussillon compte peu dans l’industrie française. Tous les indicateurs le confirment : 65 000 salariés dans l'industrie en 2012 pour 956 000 emplois dans la région, seulement 10 p. 100 de la valeur ajoutée régionale, perte régulière d'activités et d'emplois depuis les années 1960, long nécrologe d'entreprise […] Lire la suite

ROME ET EMPIRE ROMAIN - L'art romain

  • Écrit par 
  • Gilbert-Charles PICARD
  •  • 14 648 mots
  •  • 35 médias

Dans le chapitre « L'essor de l'architecture romaine »  : […] C'est vers le milieu du ii e  siècle avant J.-C. que l'architecture romaine acquiert les moyens qui vont lui permettre de s'affirmer comme fondamentalement différente de l'architecture grecque. Ces moyens sont d'abord d'ordre technique. Désormais, le matériau de base sera le blocage, composé d'un ciment très dur dans lequel sont noyés des moellons irréguliers. Comme cet appareil n'est pas agréabl […] Lire la suite

Les derniers événements

9-20 mars 2008 France. Poussée de la gauche aux élections locales

La droite conserve Aix-en-Provence, Boulogne-Billancourt, Le Havre, Marseille, Nancy, Nice, Nîmes, Orléans et Perpignan; elle enlève Mulhouse à la gauche. L'échec de François Bayrou à Pau illustre la défaite du Modem. Le Parti communiste perd deux de ses bastions en Seine-Saint-Denis, Aubervilliers et Montreuil, cette dernière municipalité étant emportée par les Verts. […] Lire la suite

9-28 août 2001 France. Destruction de cultures d'essais d'O.G.M

Le 22, des militants de la Confédération paysanne détruisent 1 000 mètres carrés de cultures de maïs génétiquement modifié, à Beaucaire (Gard) et déposent devant la préfecture, à Nîmes, les plants arrachés. Les producteurs français d'O.G.M. dénoncent ce type d'actions qui, selon eux, entravent leur droit à la recherche et risquent de profiter aux concurrents américains. […] Lire la suite

11-27 mars 2001 France. Des élections municipales aux résultats mitigés

La droite obtient un gain net de 40 villes de plus de 15 000 habitants (318 sur 583); la gauche passe de 301 villes de même importance à 259, perdant notamment Strasbourg, Orléans, Rouen, Blois, Quimper, Nîmes, Châteauroux, Lisieux, Épinay-sur-Seine, Colombes, Argenteuil, Drancy...; l'extrême droite ne contrôle plus que trois villes, perdant Toulon. […] Lire la suite

5-28 octobre 1996 France. Regain de tension entre le gouvernement et les nationalistes corses après l'attentat contre la mairie de Bordeaux

-Canal historique revendique deux attentats commis la veille contre le palais de justice et le centre des impôts de Nîmes (Gard). Le 17 également, le ministère de la Justice annonce que la section antiterroriste du parquet de Paris a été saisie, la veille, de l'ouverture d'une information judiciaire au sujet du rassemblement de quelque six cents militants nationalistes cagoulés et armés, dans le maquis, à Tralonca en janvier, à la veille du déplacement dans l'île du ministre de l'Intérieur Jean-Louis Debré. […] Lire la suite

24 mai 1995 France. Condamnation du sénateur (P.S.) Claude Pradille

Le tribunal correctionnel de Nîmes condamne à cinq ans de prison – la peine maximale –, 300 000 francs d'amende et cinq ans d'inéligibilité le sénateur (P.S.) du Gard Claude Pradille, également vice-président du conseil général. Mis en examen en septembre 1994 puis de nouveau en janvier à la suite d'un rapport de la chambre régionale des comptes du Languedoc-Roussillon sur la gestion de l'office départemental de H. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Paul VOLLE, « NÎMES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/nimes/