TOULOUSE SAINT-SERNIN DE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

C'est un des grands chefs-d'œuvre de l'architecture romane que la collégiale Saint-Sernin de Toulouse. L'ampleur du plan avec déambulatoire, qui se poursuit dans le transept, et les doubles collatéraux dans la nef, l'extraordinaire équilibre du chevet dont les courbes calmes créent un effet puissant, la tour qui, par son élan, donne un certain dynamisme à cette architecture paisible attestent la maîtrise de l'architecte. L'emploi simultané de la brique et de la pierre, puis de la brique seule lorsqu'on avance vers l'ouest, ajoute à l'édifice un caractère pittoresque qui n'est pas négligeable. Un jeu très harmonieux des volumes anime l'intérieur, auquel un nettoyage récent a rendu sa primitive beauté. Le vaisseau central, qui n'est éclairé que par des fenêtres des tribunes et des collatéraux, est plongé dans une obscurité impressionnante.

Les travaux de construction de Saint-Sernin étaient projetés ou avaient commencé dès 1070. Ils furent si activement menés que, lors du passage d'Urbain II en 1096, la plus grande partie du chevet était achevée et les tribunes du transept entreprises. À la mort de Raymond Gayrard, chanoine de la collégiale, en 1118, la nef s'élevait jusqu'aux fenêtres hautes. Puis les travaux se ralentirent d'une façon très nette : la voûte ne fut achevée qu'au xive siècle, et certains chapiteaux annoncent déjà la Renaissance.

À Saint-Sernin, la sculpture n'est pas moins importante que l'architecture. À l'intérieur des chapelles du déambulatoire, on assiste aux premiers balbutiements de la statuaire dans le décor d'entrelacs et de petits animaux. Puis un nouvel atelier exécute de très beaux chapiteaux dérivés de l'ordre corinthien où apparaît la figuration humaine. Le chef-d'œuvre de ce premier atelier est la porte des Comtes, montée sur le bras nord du transept avec des éléments de diverses origines. L'arrivée de Bernard Gilduin, qui signa la table d'autel consacrée en 1096 par Urbain II, allait entraîner un retour à l'Antiquité classique. L'artiste tend à dégager de la dalle, taillée en cuvette, les personna [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  TOULOUSE SAINT-SERNIN DE  » est également traité dans :

ABBATIALE ET CLOÎTRE DE MOISSAC - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Christophe MOREAU
  •  • 487 mots

507 Fondation légendaire de l'abbaye de Moissac par Clovis après une victoire décisive sur les Wisigoths à Vouillé. 628 Fondation historique de l'abbaye de Moissac par un moine bénédictin venu de l'abbaye de Saint-Wandrille, saint Ansbert. 1042 L'abbaye est ruinée par le comte de Lomagne. Le comte de Toulouse fera […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/abbatiale-et-cloitre-de-moissac-reperes-chronologiques/#i_38305

ROMAN ART

  • Écrit par 
  • Marcel DURLIAT
  •  • 20 510 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « La sculpture monumentale »  : […] À la fin du xi e  siècle, c'est-à-dire au moment où apparaît l'église romane pleinement constituée, la sculpture met au point ses programmes iconographiques, ses formes et ses principes de composition. Cette coïncidence chronologique n'est pas fortuite : elle exprime l'interdépendance entre l'architecture et la sculpture, qui tient aux caractères […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-roman/#i_38305

Pour citer l’article

Alain ERLANDE-BRANDENBURG, « TOULOUSE SAINT-SERNIN DE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/saint-sernin-de-toulouse/