MONTPELLIER

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Montpellier, capitale de la région Languedoc-Roussillon jusqu’au 31 décembre 2015, comptait 272 300 habitants en 2012 (et 570 000 hab. dans l’aire urbaine, ce qui la situe au quatorzième rang national). Elle perd son statut de capitale régionale au profit de Toulouse, qui a été choisie comme chef-lieu de la nouvelle région Occitanie.

Occitanie : carte administrative

Carte : Occitanie : carte administrative

Carte administrative de la région Occitanie. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

Le chef-lieu de l'Hérault, provincial et ordinaire, rentier de ses vignes, riche de ses facultés de droit et de médecine, a laissé place à une métropole active entre Toulouse et Marseille. Celle-ci a connu une forte croissance démographique à partir des années 1960, mais la ville de Montpellier est celle qui a le moins progressé, car elle a maîtrisé sa croissance pour la diffuser dans les villes alentour et assurer une qualité de vie urbaine.

Une cité marchande

Montpellier, de naissance tardive, ne dispose pas de racines romaines et ne deviendra française qu'en 1349. Le nom apparaît en 985 dans une charte locale accordant un terroir agricole à Guilhem, fondateur de la cité. Sa croissance est rapide : un château, un marché, des églises, un prieuré et un village circulaire prennent place sur deux collines réunies par une enceinte protectrice. L'essor de la cité va de pair avec l'ascension de la famille des Guilhem, seigneurs de Montpellier, puis des rois d'Aragon, tous favorisant les métiers et l'échange. Par Aigues-Mortes et Marseille, les marchands de Montpellier sont présents en Méditerranée et dans les grandes foires. Ils prennent modèle sur les cités italiennes pour conquérir franchises et libertés et se protègent d'une Commune Clôture.

Au xiiie siècle, les règlements consulaires fondent une ville marchande, tolérante, ouverte aux étrangers, en particulier aux Juifs, qui forment une importante communauté. Elle compte jusqu'à 40 000 habitants et, depuis la bulle papale de Nicolas IV en 1289, ses écoles sont érigées en Université de droit, médecine et ès arts. On y enseigne aussi la théologie en plusieurs collèges, notamment dans le studium dominicain. Le déclin de l'université montpelliéraine, à partir de 1380, correspond au déplacement des centres de gravité universitaires vers les villes du Nord, vers l'Italie et l'Espagne, et à la disparition de la papauté avignonnaise. La médecine conserve sa réputation. Après avoir été l'initiatrice de l'anatomie, l'Université institue, au xvie siècle, la botanique (1593, Jardin des Plantes) et la chimie pharmaceutique au sein d'un Collège royal.

La place marchande méditerranéenne voit son rôle s'effriter alors que s'affirme la capitale administrative, siège des cours royales. Les élites urbaines se recrutent dès lors parmi les officiers de robe, les gens de justice et de médecine, même si les héritiers des grands marchands disposent encore de belles fortunes. L'investissement foncier suit leur progression dans cette « belle ville bien bâtie », selon Thomas Platter, étudiant vers 1595. C'est parmi les étudiants et les milieux intellectuels que les idées de la Réforme se propagent le plus vite, jusqu'aux premiers troubles de 1560-1561, quand les réformés assiègent la cathédrale. L'hostilité entre les deux communautés dynamiques et puissantes se traduit par de très nombreux affrontements. L'édit de Nantes pacifie quelque temps leurs rapports. Place de sûreté défendue par le duc de Rohan, Montpellier, qui contrôle les échanges régionaux entre l'Est réformé et l'Ouest papiste est au cœur d'enjeux importants, tant pour la royauté que pour les réformés. Le siège de 1622 se termine par une lettre de pardon royal qui offre la paix à une ville invaincue, avant d'en faire une place forte royale sous contrôle d'une citadelle, base du système de surveillance de la Cévenne huguenote.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Médias de l’article

Occitanie : carte administrative

Occitanie : carte administrative
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Montpellier : le château d'eau de la promenade du Peyrou

Montpellier : le château d'eau de la promenade du Peyrou
Crédits : Diego Lezama Orezzoli/ Corbis

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur agrégé des Universités, professeur à l'université de Montpellier-III-Paul-Valéry

Classification

Autres références

«  MONTPELLIER  » est également traité dans :

CAPÉTIENS (987-1498)

  • Écrit par 
  • Jacques LE GOFF
  •  • 8 058 mots

Dans le chapitre « L'extension du domaine royal »  : […] Cependant, les grands Capétiens avaient soutenu contre les rois d'Angleterre des luttes où ils remportèrent des succès décisifs qui accrurent considérablement le domaine royal malgré l'amputation répétée de certains grands fiefs donnés en apanage à des frères ou à des fils de roi. Entre 1203 et 1205, le roi d'Angleterre Jean sans Terre ayant été condamné par la cour de France à la perte de ses dom […] Lire la suite

LANGUEDOC-ROUSSILLON

  • Écrit par 
  • Laurence FABBRI, 
  • Jean-Paul VOLLE
  •  • 3 668 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Nouvelles industries »  : […] Tant en termes d’effectifs que du point de vue de la valeur ajoutée produite, le Languedoc-Roussillon compte peu dans l’industrie française. Tous les indicateurs le confirment : 65 000 salariés dans l'industrie en 2012 pour 956 000 emplois dans la région, seulement 10 p. 100 de la valeur ajoutée régionale, perte régulière d'activités et d'emplois depuis les années 1960, long nécrologe d'entreprise […] Lire la suite

MONTPELLIER UNIVERSITÉ DE

  • Écrit par 
  • Jacques VERGER
  •  • 703 mots

Au xii e siècle, c'est à Montpellier et à Salerne que siégeaient les principales écoles de médecine d'Occident. La grande et prospère cité languedocienne entretenait des contacts avec la médecine hébraïque, représentée dans de nombreuses communautés juives du Midi, et une ouverture vers la médecine arabe, notamment par l'Espagne musulmane. En 1181, le comte Guilhem VIII accorda à quiconque le dés […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

5-8 octobre 2021 France – Afrique. Rapport et sommet sur les relations Afrique-France.

Le 8 se tient à Montpellier (Hérault) le Nouveau Sommet Afrique-France qui regroupe quelque trois mille participants issus de la société civile africaine et des diasporas, sans chefs d’État étrangers ni autorité institutionnelle. À cette occasion, Emmanuel Macron débat avec onze jeunes. Il rejette l’éventualité de demander « pardon » mais appelle à un « travail de vérité » et rend hommage aux binationaux, qualifiant la diaspora de « chance » pour la France. […] Lire la suite

2 juillet 2021 France. Procès de l'évacuation violente de la faculté de droit de Montpellier.

Le tribunal correctionnel de Montpellier (Hérault) condamne pour « violences volontaires en réunion » et complicité les sept prévenus poursuivis pour leur responsabilité dans l’évacuation violente, par un commando d’une dizaine de personnes, des étudiants grévistes qui occupaient un amphithéâtre de la faculté de droit de la ville, en mars 2018. Le doyen de la faculté, Philippe Pétel, est condamné à dix-huit mois avec sursis et les autres prévenus, liés à l’extrême droite, à des peines de prison ferme : l’ancien professeur Jean-Luc Coronel de Boissezon et son épouse Patricia Margand, qui avaient fait appel au commando, à quatorze mois dont six ferme ; trois des membres du commando à six mois ferme et un quatrième, le fils du fondateur du groupe identitaire de la Ligue du Midi et déjà plusieurs fois condamné, à un an ferme. […] Lire la suite

6-28 octobre 2020 France. Annonce du reconfinement de la population.

Le 14, lors d’un entretien télévisé, Emmanuel Macron annonce l’instauration, à compter du 17, d’un couvre-feu entre 21 heures et 6 heures en Île-de-France et dans huit métropoles (Lille, Grenoble, Lyon, Aix-Marseille, Montpellier, Rouen, Toulouse et Saint-Étienne). Le chef de l’État reconnaît de « vraies difficultés » en matière de dépistage, ainsi que l’échec de l’application StopCovid qui devait permettre d’identifier les contacts des personnes positives à la Covid-19. […] Lire la suite

11-23 septembre 2020 France. Nouvelles mesures justifiées par la progression des contaminations par la Covid-19.

À Lille, Toulouse, Saint-Étienne, Rennes, Rouen, Grenoble, Montpellier, Paris et dans les départements de la petite couronne, classés en « zone d’alerte renforcée », les bars devront fermer à vingt-deux heures, les grandes manifestations seront limitées à mille personnes, les rassemblements dans l’espace public à dix personnes et les salles polyvalentes seront fermées aux activités festives et associatives. […] Lire la suite

3-29 août 2020 France. Renforcement des mesures de prévention de la Covid-19.

Le 11, le Premier ministre Jean Castex, en visite au centre hospitalier universitaire de Montpellier, appelle ses concitoyens à « se ressaisir » face à une situation sanitaire qui « évolue dans le mauvais sens depuis deux semaines environ ». Le 14, les départements de Paris et des Bouches-du-Rhône sont placés en « zone rouge » – ou zone de circulation active du virus. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Paul VOLLE, « MONTPELLIER », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/montpellier/