NGUNI ET SOTHO

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les Nguni et les Sotho appartiennent au groupe des Bantous méridionaux. Des migrations bantoues, ils constituent l'avancée qui atteignit le point sud le plus éloigné de leur centre d'origine, vraisemblablement situé aux confins du Nigeria et du Cameroun. Au milieu du xviiie siècle, lorsque des bandes de colons hollandais partis du cap de Bonne-Espérance rencontrèrent les premiers établissements bantous sur la Fish River, ceux-ci n'étaient situés qu'à quelque huit cents kilomètres du Cap. Contrairement à ce que prétendent généralement les Blancs de l'actuelle république d'Afrique du Sud, les Xosa et les Tembu – les plus méridionaux des sous-groupes nguni – n'étaient pas de récents arrivants dans la région qu'ils occupaient. Ils étaient là depuis deux siècles ou davantage, ainsi qu'en témoignent les emprunts linguistiques faits aux langues des habitants autochtones de la région, les Bochimans et Hottentots. Dans les langages nguni d'aujourd'hui, on retrouve encore les clappements (« clicks ») si caractéristiques des langues khoisanes.

Des agriculteurs-pasteurs bantous d'Afrique centrale

Migrations et déplacements

Venant du nord, les migrants bantous se déplacèrent au sud du Zambèze selon deux voies de pénétration séparées par la chaîne de Drakensberg : les Sotho utilisèrent une route intérieure tandis que les Nguni suivirent la côte. Selon l'habituel processus des peuples entiers en lente marche, les envahisseurs formaient des groupes rassemblant les descendants d'un même ancêtre, lignages ou clans. Lorsqu'un de ces groupes fondés sur la parenté trouvait une région convenant à ses activités, il s'y établissait. Quelques générations plus tard, s'étant multiplié et différencié des autres, il devenait une nouvelle société. Ainsi, à partir de la branche nguni, se constituèrent les nations des Swazi et des Zulu (que les anthropologues appellent les Nguni septentrionaux), des Pondo, Tembu et Xosa (Nguni méridionaux). La branche des Sotho se diversifia en Sotho proprement dits (au sud), Tswana (à l'ouest), Pedi (à l'est) et Venda (au nord-est).

En direction opposée aux migrations bantoues, la progression des colons européens vers le nord, et notamment le Grand Trek des Boers (1835-1840), eut de graves conséquences pour les peuples nguni et sotho : guerres, retrait des populations, nouveaux lieux d'établissement. Ainsi, des Nguni septentrionaux émigrèrent vers le nord et, s'établissant au Zimbabwe, formèrent en 1838 un État connu sous le nom de Ndebele (Matabele), qui incluait d'ailleurs des Shona, des Sotho et d'autres éléments étrangers. D'autres Nguni, fuyant la stricte discipline et la dure sévérité du roi zulu Chaka, remontèrent en bandes de pillards jusque dans la région située à l'est du lac Tanganyika et au sud du lac Victoria et finalement s'établirent parmi les Bantous centraux du sud de l'actuelle Tanzanie, du Malawi et de la Zambie. Les descendants de ces conquérants et des femmes locales qu'ils épousèrent sont connus sous le nom de Ngoni.

Bataille de Blauwkrantz

Photographie : Bataille de Blauwkrantz

Les Voortrekkers, pionniers boers néerlandais qui entreprennent le Grand Trek dans les années 1830, ont rencontré l'opposition farouche du royaume Zulu. Bataille de Blauwkrantz, 6 février 1838. Thomas Baines, huile sur toile. Africana Museum, Johannesburg. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

Afrique orientale au début du XIXe siècle

Dessin : Afrique orientale au début du XIXe siècle

Les peuples et les échanges commerciaux en Afrique orientale dans la première moitié du XIXe siècle. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Cultures originelles des Nguni et des Sotho

Pour la plupart des sociétés d'Afrique subsaharienne, l'ère traditionnelle se poursuit jusqu'à la conquête coloniale de la fin du xixe siècle sans qu'il soit nécessaire, ni même possible, de discerner plusieurs périodes dans son déroulement. Il n'en va pas de même pour les Bantous méridionaux. Les répercussions culturelles de leurs confrontations avec les Européens dès le xviiie siècle ont changé la configuration de leurs cultures originelles dans une mesure telle qu'il importe de considérer d'abord celles-ci.

Dans les savanes ouvertes à végétation relativement abondante, les Bantous méridionaux trouvèrent un milieu favorable à l'élevage et à l'agriculture. Comme pour les autres sociétés de la « civilisation de la lance », les activités pastorales, même tenues en plus haute estime que les travaux agricoles, ne produisaient pas la part [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Médias de l’article

Bataille de Blauwkrantz

Bataille de Blauwkrantz
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Afrique orientale au début du XIXe siècle

Afrique orientale au début du XIXe siècle
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Zoulous

Zoulous
Crédits : L. Romano/ De Agostini/ Getty Images

photographie

Boers au combat

Boers au combat
Crédits : Van Hoepen/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Afficher les 4 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  NGUNI ET SOTHO  » est également traité dans :

AFRIQUE DU SUD RÉPUBLIQUE D'

  • Écrit par 
  • Ivan CROUZEL, 
  • Dominique DARBON, 
  • Benoît DUPIN, 
  • Philippe GERVAIS-LAMBONY, 
  • Philippe-Joseph SALAZAR, 
  • Jean SÉVRY, 
  • Ernst VAN HEERDEN
  •  • 29 843 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « La population sud-africaine »  : […] Les 58,8 millions de Sud-Africains (en 2019) sont essentiellement concentrés à l'est et au sud du pays. Des foyers de peuplement se dégagent plus particulièrement : le Gauteng avec des densités urbaines fortes, la côte du KwaZulu-Natal avec de fortes densités à la fois urbaines et rurales (celles-ci se prolongent vers le sud dans le Cap-Est). Les autres foyers de peuplement sont secondaires et su […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jacques MAQUET, « NGUNI ET SOTHO », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/nguni-et-sotho/