SHONA ou MASHONA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Vivant pour la plupart au nord et à l'est du Zimbabwe, mais aussi dans la région contiguë du Mozambique, les Shona ont probablement eu pour ancêtres les hommes qui négociaient l'or et l'ivoire, avec les marchands arabo-swahili de la côte, pour le compte du royaume de Zimbabwe, dont la capitale aurait été fondée vers le viiie siècle. Les Portugais mentionnent au xvie siècle l'existence de l'empire du Monomotapa, qui à l'époque éclata en plusieurs royaumes. Celui du Butua fut nettement prédominant et, sous le règne du roi Changamira (mort en 1696), il imposa sa volonté aux Portugais qui essayaient de contrôler les voies commerciales intérieures. Au début du xixe siècle, le pouvoir rozwi, qui gouverna le dernier État shona, fut disloqué par les invasions nguni, provoquées par les turbulences zoulou et swazi au Natal. Quand Mzilikazi, le chef des Ndebele, s'installa dans la région de Bulawayo, en 1840, il se trouva favorisé par l'éclatement politique des Shona et, comme son successeur, mena un grand nombre de raids contre ceux-ci, qui ne lui payaient pas de tribut.

Cela dura jusqu'à la conquête coloniale, qui commença avec l'arrivée de la colonne des « Pionniers » de Cecil Rhodes. Cette situation entraîna la grande révolte de 1896, qui prolongea celle des Ndebele, écrasés la même année. Le « médium » Kagabi, fidèle du culte du Mwari, avait annoncé à son peuple qu'il pouvait attaquer les Européens sans craindre les balles. Les combats durèrent jusqu'en 1898, et le dernier chef de l'insurrection fut vaincu en 1903. La répression fut terrible, et les principaux leaders religieux furent pendus. Par la suite, les Shona seront traités par l'administration coloniale de la même manière que les Ndebele, et ils joueront comme ceux-ci un rôle important dans les organisations nationalistes africaines du Zimbabwe.

L'histoire longu [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : anthropologue, maître de conférences à l'École des hautes études en sciences sociales

Classification


Autres références

«  SHONA ou MASHONA  » est également traité dans :

CHEFFERIE

  • Écrit par 
  • Henri LAVONDÈS, 
  • Jean-Claude PENRAD
  •  • 2 924 mots

Dans le chapitre « Les chefferies africaines »  : […] On ne peut parler de « chefferies » africaines sans admettre d'abord, d'une part, que cette expression recouvre des réalités sociopolitiques extrêmement diversifiées, et, d'autre part, que les formes du pouvoir politique qu'elles caractérisent sont rarement figées mais, au contraire, subissent des contraintes historiques, démographiques ou simplement écologiques qui font d'elles un centre privilég […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chefferie/#i_35751

NDEBELE, MATABELE ou AMANDEBELE

  • Écrit par 
  • Jean-Claude PENRAD
  •  • 739 mots

Peuple de formation récente, les Ndebele sont nés d'un conflit entre le roi zoulou Chaka (1787-1828, roi de 1816 à 1828) et l'un de ses izinduna (lieutenants), Mzilikazi (1790 env.-1868). Celui-ci, fils de Matshobana, chef du clan Kumalo (Khumalo) et de sa première épouse Nompethu, quitte le Natal en 1822 avec quelques centaines de personnes, en direction du nord-ouest. Il établit son kraal (cam […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ndebele-matabele-amandebele/#i_35751

Pour citer l’article

Jean-Claude PENRAD, « SHONA ou MASHONA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/shona-mashona/