NGUNI ET SOTHO

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Bataille de Blauwkrantz

Bataille de Blauwkrantz
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Afrique orientale au début du XIXe siècle

Afrique orientale au début du XIXe siècle
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Zoulous

Zoulous
Crédits : Istituto Geografico De Agostini

photographie

Boers au combat

Boers au combat
Crédits : Van Hoepen/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie


Face aux Boers, création de royaumes (XVIIIe-XIXe s.)

Des États centralisés

Les sociétés établies par les immigrants bantous en Afrique du Sud-Est étaient dotées d'un réseau politique très élémentaire, ou même étaient dépourvues d'un mécanisme de coercition. L'autorité des chefs, là où ils existaient, se fondaient sur la persuasion ou l'ascendant personnel plus que sur la contrainte. Les fonctions habituellement remplies par les gouvernements (décisions concernant l'ensemble du groupe, solutions des conflits, défense contre les menaces extérieures, etc.) étaient fort bien assurées par les réseaux fondés sur la parenté. Le patriarche et les anciens, soutenus par l'opinion collective du groupe, suffisaient au maintien de la paix et de la coopération.

Face aux menaces extérieures que l'avance des colons hollandais représentait pour les paysans bantous établis au nord de la Fish River (et plus tard de l'Orange, du Vaal, du Limpopo), les frêles organisations fondées sur la parenté ne constituaient pas une défense adaptée. Les guerriers-pasteurs, qui jusqu'alors ne rencontraient que la timide résistance des chasseurs bochimans ou les expéditions de faible envergure d'autres pasteurs essayant de s'emparer des troupeaux, se trouvèrent confrontés à partir de la fin du xviiie siècle (dès 1770) à des bandes de colons boers, bien armés et déterminés à établir leurs fermes sur de bonnes terres, loin de la colonie du Cap où s'exerçait l'autorité britannique (officiellement à partir de 1815) dont la politique était trop favorable, estimaient-ils, aux intérêts des Hottentots et des Bantous voisins.

En réponse à cette nouvelle situation, les tribus de pasteurs-agriculteurs bantous se regroupèrent et créèrent des organisations militaires plus efficaces et plus résistantes. Ces entreprises suscitèrent évidemment de nombreuses luttes parmi les chefs ambitieux qui rêvaient d'unification. Ainsi se formèrent les royaumes militaires des Zulu, des Ndebele, des Swazi, des Sotho.

L'hégémonie zulu et le roi Chaka

La communauté nguni des Zulu (ce mot signifie « les hommes du ciel ») était installée [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  NGUNI ET SOTHO  » est également traité dans :

AFRIQUE DU SUD RÉPUBLIQUE D'

  • Écrit par 
  • Ivan CROUZEL, 
  • Dominique DARBON, 
  • Philippe GERVAIS-LAMBONY, 
  • Philippe-Joseph SALAZAR, 
  • Jean SÉVRY, 
  • Ernst VAN HEERDEN
  •  • 28 369 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « La population sud-africaine »  : […] Les 53 millions de Sud-Africains (en 2014) sont essentiellement concentrés à l'est et au sud du pays. Des foyers de peuplement se dégagent plus particulièrement : le Gauteng avec des densités urbaines fortes, la côte du KwaZulu-Natal avec de fortes densités à la fois urbaines et rurales (celles-ci se prolongent vers le sud dans le Cap-Est). Les autres foyers de peuplement sont secondaires et surt […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/republique-d-afrique-du-sud/#i_32456

Voir aussi

BASUTOLAND Afrique du Sud    BLOOD RIVER    CHAKA    MSWATI    SOBHUZA Ier    ZOULOUS ou ZULU

Pour citer l’article

Jacques MAQUET, « NGUNI ET SOTHO », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/nguni-et-sotho/