Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

NÉOLITHISATION Proche-Orient et Turquie orientale

L'étude de la néolithisation au Proche-Orient offre un intérêt particulier : remarquablement précoce, elle s'y déclenche et s'y poursuit sans aucune influence extérieure. D'autre part, tous les facteurs qui caractérisent un Néolithique accompli (villages construits, agriculture et élevage, céramique et pierre polie, cultes nouveaux) vont s'y trouver présents, mais non pas d'emblée et tous ensemble, comme c'est souvent le cas lorsque la révolution vient d'ailleurs. Leur réunion ne sera effective qu'au terme d'un processus étalé sur quatre millénaires, de 10000 à 6000 avant J.-C. (chronologie radiocarbone non calibrée). Durant cette période, ces facteurs vont surgir successivement et s'engendrer les uns les autres dans une sorte de « réaction en chaîne ». Leur ordre même d'apparition n'est pas sans intérêt pour estimer leur poids et leur importance respective. Bref, la néolithisation trouve au Proche-Orient son sens premier et fondamental d'une transformation totale des sociétés humaines soumise aux seules lois de sa dynamique interne ; elle est terminée, en tant que processus, sitôt que le Néolithique existe comme assemblage achevé de ses traits constitutifs.

Le cadre naturel

La zone que Braidwood a qualifiée de « nucléaire », celle où la néolithisation s'est mise en place et s'est cantonnée un certain temps, est limitée par l'arc montagneux que constitue au nord-est le Zagros, au nord le Taurus, à l'ouest la chaîne littorale qui relie l'Amanus au Sinaï. Les steppes semi-arides recouvrant les contreforts du Zagros, la haute Mésopotamie syrienne (Djézireh) et son prolongement en Turquie et à l'ouest de l'Euphrate, et enfin la dépression du Jourdain et le Néguev constituent le véritable épicentre de la néolithisation, à laquelle ne participeront, au moins dans un premier temps, ni la Syrie littorale, ni l'Anatolie, ni la basse Mésopotamie.

Cette zone steppique est partagée de nos jours entre les États d'Israël, de Jordanie, du Liban, de Syrie, d'Irak et d'Iran. Elle englobe aussi la Turquie du Sud-Est. Elle a bénéficié de conditions naturelles exceptionnellement favorables à la néolithisation, dont l'une est la présence de plantes sauvages, céréales (blé et orge) ou légumineuses (pois, lentilles) déjà consommables avant l'apparition de leurs versions domestiques, l'autre est celle des ongulés de steppe (bœufs, moutons et chèvres sauvages) dont les troupeaux parcouraient ce territoire. Plantes comestibles et ongulés constituaient non seulement des ressources alimentaires spontanées, mais aussi le réservoir naturel de la plupart des espèces végétales et animales qui seront domestiquées dans le monde méditerranéen.

Ces conditions favorables ont eu pour origine un phénomène climatique ; le réchauffement du climat à la fin du Pléistocène est attesté par le diagramme pollinique du lac de Zéribar en Iran : c'est entre 14000 et 11000 avant J.-C. que la steppe froide à Artemisia est progressivement remplacée par la savane à chênes et à pistachiers, indice d'une chaleur et d'une humidité accrues, tandis que les céréales sauvages se répandent sur les pentes montagneuses et les plateaux où règne désormais un climat assez semblable au nôtre. Un diagramme pollinique effectué dans la plaine du Ghab, sur l'Oronte, confirme ces indications pour la Syrie, alors que le réchauffement du plateau anatolien s'effectuerait, selon d'autres documents, avec un certain retard.

Ces changements naturels étaient propices à la néolithisation, mais ils ne furent pas déterminants. Son déclenchement se fait attendre environ un millénaire en Syrie-Palestine, et plus encore à mesure que l'on s'éloigne vers l'est, jusqu'aux bords de la Caspienne, par exemple, où un mode de vie quasi [...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : directeur de recherche au C.N.R.S.
  • : directeur de recherche au C.N.R.S., directeur de la mission de Cafer Höyük et de préhistoire anatolienne du ministère des affaires étrangères

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Aïn Mallaha : maison ronde natoufienne, Proche Orient

Aïn Mallaha : maison ronde natoufienne, Proche Orient

Pointes de Harif, d'El-Khiam et d'Hélouan, Syrie-Palestine

Pointes de Harif, d'El-Khiam et d'Hélouan, Syrie-Palestine

Pointes de Byblos et de Jéricho, Syrie-Palestine

Pointes de Byblos et de Jéricho, Syrie-Palestine

Autres références

  • ANATOLIENNE PRÉHISTOIRE

    • Écrit par Jacques CAUVIN, Marie-Claire CAUVIN
    • 2 350 mots
    • 3 médias
    La première phase de la néolithisation proche-orientale, celle qui fut marquée dans les pays du Levant par l'invention de l'agriculture au début du VIIIe millénaire, ne s'est pas étendue à l'Anatolie. Celle-ci reste alors à peu près vide : on pense qu'un réchauffement postglaciaire plus...
  • ARCHITECTURE MÉGALITHIQUE

    • Écrit par Jean-Paul DEMOULE
    • 207 mots
    • 1 média

    Au cours du Ve millénaire, la façade atlantique de l'Europe se couvre, depuis le Danemark jusqu’au Portugal, de monuments mégalithiques ou dolmens. Il s'agit de chambres funéraires construites en gros blocs de pierre, pesant souvent plusieurs tonnes, et recouvertes d'un tertre, ou tumulus,...

  • ÉGYPTE ANTIQUE (Histoire) - L'archéologie

    • Écrit par Jean LECLANT
    • 9 512 mots
    • 9 médias
    ...choisi le site de Saggai pour analyser de nouveaux témoignages des cultures qui ont produit et développé, du VIIe au IVe millénaire avant J.-C., la «  néolithisation » de cette région. Le matériel est caractéristique du Early Khartoum : des poteries à décor de type wavy line et un outillage de...
  • JERF EL AHMAR SITE ARCHÉOLOGIQUE DE, Syrie

    • Écrit par Danielle STORDEUR
    • 1 537 mots
    • 4 médias

    Les habitants du Proche-Orient ont accompli, entre 12 000 et 7500 avant J.-C., une importante « révolution » dont a bénéficié l'humanité. Ils se sédentarisent à partir de 12 000 avant J.-C. en construisant les premières maisons (rondes et partiellement enterrées) et les premiers hameaux. Grâce à...

  • Afficher les 14 références

Voir aussi