JOURDAIN

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Fleuve du Proche-Orient dans lequel, selon les Évangiles, Jésus-Christ fut baptisé par saint Jean-Baptiste. Le Jourdain est long de 360 kilomètres et jouit, grâce à son alimentation karstique et nivale, d'un débit assez régulier, environ 32 mètres cubes par seconde au confluent du Yarmouk. L'étymologie du nom évoque la « descente » et le nom arabe Cheria signifie l'« abreuvoir ».

Liban : carte administrative

Carte : Liban : carte administrative

Carte administrative du Liban. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

Formé par la réunion de quatre torrents collectant les eaux de l'Hermon (la branche de Banias et le Hasbani étant les plus importants), le Jourdain entre en Israël, traverse le lac marécageux, drainé, du Houlé (2 m d'altitude) provoqué par un barrage naturel de basalte ; puis il gagne par une gorge étroite le lac de Tibériade ou mer de Galilée (en hébreu, Kinneret) situé à 17 kilomètres en aval. Le lac de Tibériade, à 208 mètres au-dessous du niveau de la mer, profond de 42 à 48 mètres, est déjà salé. En aval du lac, le Jourdain reçoit le Yarmouk, presque aussi abondant, qui lui apporte les eaux collectées sur le versant occidental du djebel Druze. Du lac de Tibériade à la mer Morte, la distance à vol d'oiseau n'est que de 109 kilomètres, mais la longueur du fleuve est de 320 kilomètres. Il décrit en effet des méandres libres dans une plaine alluviale inondable, le Zor, incisé dans le Ghor, plancher du fossé faillé du Jourdain. Deux éperons rocheux divisent la vallée en deux bassins : le bassin de Beisan au nord et le bassin de Jéricho au sud. Il reçoit sur sa rive gauche l'apport de courts oueds descendus de l'escarpement de Transjordanie et drainant le massif de l'Ajloun (Wadī al-zārqa). Il se jette dans la mer Morte, située à 392 mètres au-dessous du niveau de la mer.

Coulant dans des régions arides, le Jourdain est resté longtemps inexploité ; mais ses eaux, convoitées, font l'objet de litiges majeurs entre Israël et les pays voisins, qui contrôlent toutes ses sources et ses affluents. Un premier plan d'aménagement fut élaboré vers 1930 par Hays et Lowdermilk ; le plan de partage Johnston (1950-1955) fut rejeté par les pays arabes. À partir de 1966, Israël a réalisé séparément un système d'irrigation à partir du Jourdain : les eaux, pompées dans le lac de Tibériade, sont élevées à la cote 256 mètres et dirigées par une série de canaux et de conduites vers le sud ; à partir de cet axe fondamental, des canaux vont irriguer la plaine côtière et surtout le nord du désert du Neguev, autour de Beersheba. De son côté, la Jordanie a construit sur le Yarmouk, peu avant son confluent avec le Jourdain, un barrage-réservoir qui permet l'irrigation du Ghor oriental à partir d'un canal de dérivation situé à 6 ou 7 kilomètres à l'est du Jourdain. Après la guerre de Six Jours (1967), l'occupation de la Cisjordanie et du plateau du Golan (qui sera annexé en 1981) permet à Israël de contrôler une partie du bassin du Jourdain et de ses sources, d'assurer sa sécurité en matière d'approvisionnement et d'accroître ses ressources hydrauliques, cela au détriment des habitants des territoires palestiniens, dont Israël devrait, en vertu des accords internationaux, assurer l’approvisionnement en eau. Le fleuve se trouve donc au centre d'un conflit — la question de l'eau au Proche-Orient — dont la solution ne peut passer que par l'établissement d'une paix durable dans la région.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, professeur à l'Institut de géographie du Proche et Moyen-Orient, Beyrouth

Classification

Autres références

«  JOURDAIN  » est également traité dans :

ASIE (Structure et milieu) - Géographie physique

  • Écrit par 
  • Pierre CARRIÈRE, 
  • Jean DELVERT, 
  • Xavier de PLANHOL
  •  • 34 837 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Hydrologie »  : […] La variété des régimes et des provinces hydrologiques est maximale dans les hautes terres du Nord. Aux régimes nivaux ou nivo-glaciaires de montagne des régions caspiennes et pontiques, aux régimes méditerranéens plus ou moins influencés par les neiges, mais essentiellement à hautes eaux d'hiver, du Taurus, du Zagros et de la frange montagneuse du Levant (Oronte), parfois abondamment soutenus par […] Lire la suite

ASIE (Géographie humaine et régionale) - Dynamiques régionales

  • Écrit par 
  • Manuelle FRANCK, 
  • Bernard HOURCADE, 
  • Georges MUTIN, 
  • Philippe PELLETIER, 
  • Jean-Luc RACINE
  •  • 24 814 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « La mobilisation des eaux et la question alimentaire »  : […] La quête de l'eau et sa maîtrise sont des impératifs absolus dans cette région où se juxtaposent à la fois des montagnes relativement arrosées grâce aux dépressions cycloniques d'hiver qui parviennent jusqu'en Méditerranée orientale et des déserts qui occupent plus de la moitié de l'espace. Les ressources hydrauliques annuelles renouvelables sont estimées à 520 km 3 , ce qui autorise une dotation […] Lire la suite

ÉGYPTE - L'Égypte républicaine

  • Écrit par 
  • Sandrine GAMBLIN, 
  • Robert SANTUCCI
  •  • 36 094 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Un environnement instable »  : […] Tandis que se poursuit, dans la vallée du Nil, la construction socialiste, la crise bat son plein dans l'Orient arabe. La R.A.U. a envoyé, en juin 1961, un contingent de troupes pour protéger, avec la Grande-Bretagne, l'Arabie Saoudite et la Jordanie, l'indépendance toute nouvelle du Koweit, territoire revendiqué par l' Irak. L'admission de l'émirat à la Ligue arabe, le 20 juillet 1961, entraîne l […] Lire la suite

ISRAËL

  • Écrit par 
  • Marcel BAZIN, 
  • Claude KLEIN, 
  • François LAFON, 
  • Lily PERLEMUTER, 
  • Ariel SCHWEITZER
  • , Universalis
  •  • 26 723 mots
  •  • 39 médias

Dans le chapitre « De la Méditerranée au désert »  : […] À l'angle sud-est de la Méditerranée, le pays occupe une position de transition entre les domaines bioclimatiques méditerranéen et tropical aride, avec un gradient d'aridification très régulier du nord vers le sud, doublé par une variation plus complexe du littoral vers l'intérieur, du fait de la configuration du relief en trois bandes parallèles, au moins dans la moitié nord : plaine littorale, […] Lire la suite

JORDANIE

  • Écrit par 
  • Philippe DROZ-VINCENT, 
  • Philippe RONDOT
  •  • 19 647 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « De part et d'autre du Jourdain »  : […] Suivant l'ancien tracé établi lors de l'institution des mandats français et britannique, le nord de la Jordanie est séparé de la Syrie par une partie du cours du Yarmouk. Les frontières qui la séparent, au nord-est et à l'est, de la Syrie et de l'Arabie Saoudite, ont été tracées entre 1920 et 1925. Grâce à un arrangement obtenu en 1965 avec Riyāḍ, la fenêtre jordanienne sur la mer Rouge, indispens […] Lire la suite

MORTE MER

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 1 598 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Climatologie et hydrologie »  : […] La mer Morte s'étend en plein désert. Les précipitations y sont rares et irrégulières. Les pluies atteignent en moyenne 65 millimètres par an dans la péninsule d'Al-Lisan, tandis qu'elles s'élèvent à peine à 50 millimètres dans le site industriel de Sedom (près de l'ancienne Sodome). En raison de la faible élévation du lac et de son emplacement abrité, les températures hivernales sont douces, en m […] Lire la suite

ZOR

  • Écrit par 
  • Jean-Marc PROST-TOURNIER
  •  • 343 mots

Utilisé par les nomades du Moyen-Orient, le mot arabe zor désigne la végétation broussailleuse qui couvre les terrasses inférieures des vallées des fleuves du désert, particulièrement celles du Jourdain et de l'Euphrate. Le Jourdain déroule ses méandres dans le zor, vallée alluviale inondable, humide, partiellement recouverte d'une végétation subtropicale ; le zor est lui-même incisé dans le gho […] Lire la suite

Les derniers événements

1er-2 juillet 2020 Israël – Autorité palestinienne. Volonté palestinienne d'« unité nationale » face au projet d'annexion israélien.

Le 1er, le Premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou n’engage pas, comme il avait prévu de le faire à cette date, le processus d’annexion des colonies juives de Cisjordanie et de la vallée du Jourdain, faute d’accord à ce sujet avec Washington. Le 2, les deux partis palestiniens rivaux, le Fatah de Mahmoud Abbas et le Hamas d’Ismaïl Haniyeh, s’engagent en faveur de l’« unité nationale » face au projet israélien d’annexion. […] Lire la suite

28 janvier 2020 États-Unis – Proche-Orient. Présentation du plan de paix américain pour le Proche-Orient.

Il accorde à l’État hébreu la souveraineté sur la vallée du Jourdain, que celui-ci contrôle depuis la guerre de 1967, ainsi que sur les colonies implantées en Cisjordanie depuis cette date. Il confirme le caractère « indivisible » de Jérusalem, reconnue comme capitale d’Israël par Washington en décembre 2017, et rejette la capitale de l’État palestinien, « Jérusalem-Est », au-delà du mur de séparation élevé par les Israéliens. […] Lire la suite

10-25 septembre 2019 Israël. Élections législatives.

Le 10, le Premier ministre Benyamin Nétanyahou promet, en cas de victoire aux élections législatives, d’annexer unilatéralement la vallée du Jourdain et la côte de la mer Morte, en Cisjordanie, dans le cadre de « l’opportunité historique » que représente le plan de paix américain au Proche-Orient – celui-ci doit être dévoilé après le scrutin. L’Américain Jason Greenblatt, principal artisan de ce plan de paix et conseiller spécial de Donald Trump, a présenté sa démission le 5. […] Lire la suite

1er-20 janvier 1997 Israël – Autorité palestinienne. Accord israélo-palestinien sur Hébron

Le 20, le gouvernement accorde à une colonie juive de la vallée du Jourdain l'autorisation de s'agrandir et à des entreprises israéliennes le droit d'exploiter une carrière de pierre près de Tulkarem, ville autonome du nord de la Cisjordanie.  […] Lire la suite

1er-24 décembre 1996 Israël – Autorité palestinienne. Polémique au sujet de la relance de la colonisation juive

Le 1er, le Premier ministre Benyamin Nétanyahou déclare que la vallée du Jourdain « restera inséparable d'Israël ». Il annonce le développement d'infrastructures dans la région comme le gouvernement a également prévu de le faire ailleurs dans le pays, avant même d'engager les discussions sur le statut définitif des territoires occupés. Le 9, les États du Conseil de coopération du Golfe, réunis en sommet à Doha (Qatar), menacent de remettre en cause le début de normalisation engagée avec Israël si le processus de paix ne se poursuit pas. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Marc PROST-TOURNIER, « JOURDAIN », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/jourdain/