ANATOLIENNE PRÉHISTOIRE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La région anatolienne, qu'occupe l'actuelle Turquie d'Asie, constitue une sorte de promontoire avancé de l'Asie occidentale que les historiens ont coutume de considérer comme un passage naturel entre ce continent et l'Europe. En effet, bien qu'il s'agisse d'un pays essentiellement montagneux, sa plus grande partie est constituée par un haut plateau de 1 000 à 1 200 mètres d'altitude, parsemé de lacs et de volcans mais de parcours aisé, tandis que les chaînes plus élevées qui le bordent au nord (chaîne Pontique) et au sud (Taurus) ne dressent aucun obstacle à une circulation d'est en ouest.

Pourtant, il s'en faut de beaucoup qu'aux temps préhistoriques ce rôle de pont entre deux continents ait été aussi intense qu'au temps des armées d'Alexandre, du moins dans l'état actuel des recherches. En revanche, l'Anatolie a présenté pour les civilisations antérieures au métal l'avantage naturel de ses matériaux de base pour leurs industries : non seulement, comme ailleurs, le silex, mais l'obsidienne de ses régions volcaniques utilisée dès le Paléolithique et diffusée dans tout le Proche-Orient après 10 000 avant notre ère. La présence, en outre, de gisements de cuivre natif dans le Taurus oriental a permis une utilisation du métal plus précoce qu'ailleurs.

Anatolie préhistorique jusqu'à 6000 avant J.-C.

Dessin : Anatolie préhistorique jusqu'à 6000 avant J.-C.

Anatolie préhistorique jusqu'à 6000 avant J.-C. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Des origines à la fin du Pléistocène

Les recherches préhistoriques en Anatolie sont relativement récentes. Ce n'est qu'à partir de 1950 que les pionniers turcs, Kökten et Bostancı, commencèrent à publier les premières analyses détaillées d'outillages paléolithiques. La décennie suivante fut marquée par les fouilles anglaises et canadiennes sur plusieurs grands sites néolithiques d'Anatolie centrale, notamment Çatal Hüyük, tandis que commençait, en 1964, la fouille américano-turque du village néolithique de Çayönü dans le Taurus oriental (Anti-Taurus). Enfin, les quinze dernières années ont connu une intensification des recherches en Turquie du Sud-Est à l'occasion des travaux de barrage sur le Tigre et l'Euphrate supérieurs et des campagnes internationales qui en ont résulté.

La présence en Israël et en Syrie de Paléolithique inférieur ancien, vieux d'un million d'années, a fait considérer l'« isthme du Levant » comme une voie de transit pour l'espèce humaine entre son berceau africain et l'Eurasie. Il faut dire cependant que cette piste se perd, pour l'instant, en Anatolie. La plus ancienne occupation identifiée à ce jour n'y est pas antérieure à 500 000 ans avant notre ère : la découverte, en 1987-1988 par une équipe française, d'Acheuléen moyen à Nizip en Turquie du Sud-Est montre que l'homme avait alors atteint les piémonts du Taurus oriental, mais rien de ce genre n'est encore connu plus au nord.

Par contre, à l'Acheuléen récent – entre 200 000 et 80 000 avant notre ère –, les trouvailles sont moins rares et mieux réparties. Les bifaces caractéristiques de cette phase ont été recueillis dans la région d'Ankara (notamment à Subuk), dans l'Anatolie orientale (région de Keban) et surtout au sud-est de l'Anatolie et dans les terrasses de l'Euphrate et de ses cours d'eau tributaires : ce sont les sites de Dülük, Oǧuzeli et Nizip (près de Gaziantep), celui de Bozova (près d'Urfa), enfin celui de Keysun (région d'Adyaman). Si on y ajoute quelques trouvailles éparses au nord-est de la Turquie, le long du Caucase, on peut conclure à une occupation assez homogène de l'Anatolie au Paléolithique inférieur récent.

Durant le Paléolithique moyen (de 80 000 à 40 000) et le Paléolithique supérieur (de 40 000 à 17 000), les gisements se raréfient de nouveau. C'est peut-être en partie pour des causes climatiques. Au cours de ces phases a lieu en effet la dernière glaciation qui devait rendre les conditions de vie sur le plateau anatolien particulièrement rudes. Une des seules exceptions concerne l'étroite plaine méditerranéenne de Lycie, au climat plus chaud, où les grottes de Karaïn, explorées dès 1955 et fouillées à nouveau depuis 1980, ont livré les indices de deux occupations successives, la première datant du Paléolithique moyen, la seconde du Paléolithique supérieur. Leurs industries sont elles-mêmes originales : on hésite à leur conserver les appellations culturelles empruntées à la préhistoire européenne (« moustérien », « aurignacien ») proposées par leur inventeur.

Enfin, c'est encore en Turquie du Sud-Est qu'une mission allemande a signalé en 1988 du Paléolithique moyen sur un site (Şchremuz) de l'Euphrate.

Au Paléolithique supérieur succèdent entre 17 000 et 8 000 avant J.-C. des civilisations de transition qualifiées, au Levant, par le terme générique d'« épipaléolithique ». Ces cultures, qui marquent aussi la fin du Pléistocène, se caractérisent par la persistance des stratégies alimentaires de chasse-pêche-cueillette et par une conception nouvelle de l'outillage : le microlithisme. Elles ne sont pratiquement pas représentées en Anatolie, à l'exception, là encore, de la côte lycienne avec les grottes de Beldibi et Belbası, dont les industries microlithiques ont des affinités, respectivement, avec les cultures dites kébarienne et natoufienne du Levant et du Taurus oriental, où le site de Hallan Çemi Tepesi comporte déjà, vers 8400 avant J.-C., des maisons rondes comme le Natoufien levantin, quoique dans un contexte culturel différent.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Médias de l’article

Anatolie préhistorique jusqu'à 6000 avant J.-C.

Anatolie préhistorique jusqu'à 6000 avant J.-C.
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Village néolithique de «Cayonu» (Anatolie du Sud-Est) : plans de maisons

Village néolithique de «Cayonu» (Anatolie du Sud-Est) : plans de maisons
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Çatal Hüyük : reconstitution d'un quartier de village

Çatal Hüyük : reconstitution d'un quartier de village
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

  • : directeur de recherche au C.N.R.S., directeur de la mission de Cafer Höyük et de préhistoire anatolienne du ministère des affaires étrangères
  • : directeur de recherche au C.N.R.S.

Classification

Autres références

«  ANATOLIENNE PRÉHISTOIRE  » est également traité dans :

ASSYRIE

  • Écrit par 
  • Guillaume CARDASCIA, 
  • Gilbert LAFFORGUE
  •  • 9 704 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La prédominance commerciale d'Assour (XXe-XVIIIe s.) »  : […] Assour, dont la terre est peu fertile, a renoncé à développer son agriculture et, dès le III e millénaire, s'est adonnée au commerce. Après la chute de la troisième dynastie d'Our (2002), elle tend à remplacer les villes sumériennes comme organisatrice des échanges avec la partie nord du Zagros, le Kurdistan et l'Anatolie, régions destinées à fournir des matières premières à la Mésopotamie, parv […] Lire la suite

ÉGÉEN MONDE

  • Écrit par 
  • Olivier PELON
  •  • 11 175 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « L'âge de la pierre »  : […] On a longtemps cru que le monde égéen n'avait été habité qu'à l'époque néolithique. Il se révèle maintenant que l'homme y a fait son apparition dès le Paléolithique, où une grande partie du continent paraît peuplée. De cet homme du paléolithique, on ne connaît qu'un crâne fossilisé trouvé dans une grotte de la Grèce septentrionale et des outils de silex ; les découvertes les plus nombreuses ont ét […] Lire la suite

EUROPE, préhistoire et protohistoire

  • Écrit par 
  • Gérard BAILLOUD, 
  • Jean GUILAINE, 
  • Michèle JULIEN, 
  • Bruno MAUREILLE, 
  • Michel ORLIAC, 
  • Alain TURQ
  • , Universalis
  •  • 21 355 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « L'agriculture »  : […] L'apparition des communautés agricoles en Europe relève d'un processus qui, amorcé d'abord dans sa partie sud−est, s'est progressivement étendu à la presque totalité du continent. On estime que les facteurs qui ont permis, dans le monde égéen, la constitution des premières sociétés paysannes trouvent leur origine en Anatolie. On ne peut toutefois imaginer un simple transfert de culture car vers […] Lire la suite

GÖBEKLI TEPE, site archéologique

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DEMOULE
  •  • 2 642 mots
  •  • 3 médias

Le site de Göbekli Tepe en Turquie, qui date d’environ 9000 avant notre ère, est l’une des grandes découvertes archéologiques de ces dernières décennies. Inscrit en 2018 sur la liste du Patrimoine mondial de l’UNESCO (World Heritage List), il comprend d'impressionnantes constructions circulaires mégalithiques parfois considérées comme « les premiers temples de l’humanité ». Connu depuis les année […] Lire la suite

GRÈCE ANTIQUE (Civilisation) - La religion grecque

  • Écrit par 
  • André-Jean FESTUGIÈRE, 
  • Pierre LÉVÊQUE
  •  • 20 054 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « La période néolithique et le Bronze ancien »  : […] La période néolithique (4500-2600) est d'une importance capitale pour la fixation de cette tradition. L'introduction des techniques de l'agriculture céréalière et de l'élevage en provenance d'Anatolie bouleverse en effet profondément les rapports de l'homme avec la nature. Les nouvelles conditions économiques ont des incidences dans le domaine religieux. L'activité du paysan est faite d'une longu […] Lire la suite

INDO-EUROPÉEN

  • Écrit par 
  • Guy JUCQUOIS
  •  • 7 981 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le tokharien et le hittite »  : […] Les grands travaux de base étaient déjà écrits lorsque, coup sur coup, à la fin du xix e  siècle et au début du xx e , furent découvertes, déchiffrées et interprétées deux nouvelles langues de cette famille linguistique : le tokharien et le hittite. Ces langues allaient renouveler les connaissances de la protolangue et éclairer sur une foule de détails restés jusqu'alors dans l'ombre. Le tokharien […] Lire la suite

JERF EL AHMAR SITE ARCHÉOLOGIQUE DE, Syrie

  • Écrit par 
  • Danielle STORDEUR
  •  • 1 528 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Objets de la vie courante et « pièges à idées » »  : […] Les objets de la vie quotidienne sont caractéristiques de la culture mureybétienne (définie à Mureybet, 60 km plus au sud, par Jacques Cauvin). Le site est riche en outillages de silex (pointes de flèches diverses, grattoirs, herminettes) et d'os (poinçons, aiguilles, manches). De petits récipients, comme de grands bassins, sont façonnés dans le calcaire local. Par contre, l'obsidienne est import […] Lire la suite

MÉGARON

  • Écrit par 
  • Alain MAHUZIER
  •  • 268 mots
  •  • 1 média

Grande salle rectangulaire à foyer central circulaire, le mégaron semble avoir été le premier type d'habitation chez les proto-hellènes (Mycéniens). Le toit, ouvert au-dessus du foyer, était soutenu par quatre colonnes ou par des piliers. Connu aussi bien à Dimini (Thessalie) et à Otzaki (culture de Sesklo) qu'en Asie antérieure (Jéricho, Byblos, Mersin), le mégaron existe, dès la fin du III e  mi […] Lire la suite

ORTHOSTATE

  • Écrit par 
  • Alain MAHUZIER
  •  • 467 mots
  •  • 1 média

Terme désignant l'assise qui forme la base d'un mur appareillé. Les blocs d'orthostate posés sur la tranche constituent une assise plus haute et plus massive que les assises supérieures formées de parpaings, de carreaux ou de boutisses. Les murs sont constitués de blocs de dimension et d'appareillage réguliers, assemblés sans mortier. L'assise d'orthostate est dressée de chant en une ou plusieurs […] Lire la suite

SCULPTURES ET FRESQUES DU NÉOLITHIQUE (Proche-Orient)

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DEMOULE
  •  • 187 mots

Vers — 9000, des communautés de chasseurs-cueilleurs nomades se sédentarisent dans le Proche-Orient méditerranéen, le long d'une bande littorale allant de l'Égypte au sud de la Turquie, puis domestiquent peu à peu les espèces végétales (orge, blé, lentilles) et animales (mouton, chèvre, porc, bœuf) locales. Cette « révolution néolithique », qui voit l'apparition de l'agriculture et de l'élevage, s […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Marie-Claire CAUVIN, Jacques CAUVIN, « ANATOLIENNE PRÉHISTOIRE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 30 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/prehistoire-anatolienne/