NÉANDERTALIENS ou NÉANDERTHALIENS ou HOMME DE NÉANDERTAL

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les Néandertaliens, connus depuis le milieu du xixe siècle, ont constitué une population d'hommes fossiles dont les premières caractéristiques sont apparues il y a plus de 400 000 ans en Europe. Après avoir occupé tout ce continent, une partie du Moyen-Orient, et de l'Asie, jusqu'aux frontières occidentales de la Chine, ils se sont éteints il y a environ 30 000 ans, probablement sous la poussée des hommes de morphologie moderne.

Ils constituent un cas particulier dans les populations fossiles que nous connaissons, pour plusieurs raisons. Ils furent les premiers fossiles humains différents de la morphologie moderne à être découverts ; de ce fait, ils ont joué un rôle essentiel dans la reconnaissance d'une évolution biologique de l'humanité comparable à celle des autres espèces, et donc dans l'histoire de la paléontologie. En outre, ayant disparu au profit des hommes modernes, sans avoir eu de descendance, ils ont souvent été considérés comme une sorte d'échec de l'évolution humaine. Rien n'a encore pu être prouvé à cet égard et les chercheurs s'interrogent, sans avoir encore trouvé de réponse, pour savoir si leur extinction a été le résultat d'une confrontation, ou d'une compétition, avec les hommes modernes. Les Néandertaliens ont longtemps passé pour avoir été inférieurs à ces derniers sur le plan du psychisme, et leurs caractères morphologiques ont été interprétés comme l'expression d'adaptations qui leur auraient été défavorables dans cette rivalité.

Les Néandertaliens sont un sujet charnière pour l'étude des hommes fossiles. Les recherches qui les concernent ont pour but de préciser leur morphologie et leur place dans l'histoire de la lignée humaine. Mais, en tentant d'éclaircir leurs rapports avec les populations de morphologie moderne, elles permettent aussi d'aborder des questions essentielles telles que les conséquences biomécaniques, et donc comportementales, des différences anatomiques, ou les notions d'espèce et de sous-espèce en paléoanthropologie.

Le développement de nouvelles méthodes d'étude, à partir de l'imagerie médicale ou de la génétique, ouvre de nouvelles perspectives à l'étude d'une population qui, malgré ses incontestables différences, a été très proche de la nôtre.

Les Néandertaliens : évolution des idées

Les premières découvertes de fossiles de Néandertaliens ont été faites à Engis, en Belgique, en 1830, puis à Gibraltar en 1848. Mais, sur le moment, elles passèrent totalement inaperçues. Ce n'est qu'en 1856 que les Néandertaliens firent leur entrée dans l'histoire avec la découverte d'un squelette dans une petite grotte du vallon de Neander (Neandertal), à proximité de la ville de Düsseldorf (Rhénanie-Westphalie). Des ouvriers, travaillant dans une carrière de calcaire, furent amenés à vider une cavité qui avait été recoupée par le front de taille de l'exploitation. Des déblais, ils sortirent des os humains qui furent recueillis par Johann Carl Fuhlrott. Celui-ci, professeur à Elberfeld, comprit qu'il était en présence d'une forme humaine différente de l'homme actuel et témoin d'une humanité disparue. Mais il n'y avait aucun document permettant de dater ces ossements et aucun outil en pierre ni aucun os animal n'avait été recueilli. L'interprétation ne reposait que sur la seule morphologie. Dans le contexte scientifique de l'époque – l'anthropologie n'était pas encore reconnue et l'ouvrage de Charles Darwin sur l'origine des espèces ne sera publié que l'année suivante – cette interprétation fut rejetée par la majorité des anatomistes, à l'exception de Hermann Schaaffhausen. Et toutes les interprétations, même les plus saugrenues, furent proposées pour tenter d'expliquer les caractères très particuliers du squelette de Neandertal. Pour certains, c'étaient les restes d'un membre d'une des tribus barbares qui vivaient aux marges de l'Empire romain. Pour d'autres, il s'agissait d'un cosaque déserteur de l'armée russe qui poursuivait la Grande Armée en 1813.

Crâne de l'homme de Gibraltar

Photographie : Crâne de l'homme de Gibraltar

Crâne fossile de l'homme de Gibraltar, Néandertalien, découvert à l'occasion de travaux de fortification et mentionné en 1848. Comme celles des environs de Liège, cette découverte allait d'abord passer inaperçue. 

Crédits : Museum d'Histoire naturelle, Londres/ SPL France

Afficher

C'est le biologiste britannique Thomas Huxley qui fit pencher la balance en montrant que la seule interprétation scientifique était celle proposée dès le début par Johann Carl Fuhlrott. Et en 1869, William King proposa de créer pour ce fossile une espèce : Homo neanderthalensis. Au x [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Médias de l’article

Crâne de l'homme de Gibraltar

Crâne de l'homme de Gibraltar
Crédits : Museum d'Histoire naturelle, Londres/ SPL France

photographie

Génome de Néandertal

Génome de Néandertal
Crédits : (M. Bessou, collection et copyrights UMR-PACEA équipe LAPP ; Geigl et al., Université de Paris Diderot

photographie

Prénéandertaliens et Néandertaliens : principaux gisements

Prénéandertaliens et Néandertaliens : principaux gisements
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Mâchoire de l'homme de Heidelberg

Mâchoire de l'homme de Heidelberg
Crédits : John Reader/ SPL France

photographie

Afficher les 4 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  NÉANDERTALIENS ou NÉANDERTHALIENS ou HOMME DE NÉANDERTAL  » est également traité dans :

DÉCOUVERTE DE L'HOMME DE NÉANDERTAL

  • Écrit par 
  • Herbert THOMAS
  •  • 224 mots

Découvert en 1856 dans une grotte de la vallée (tal) de Neander près de Düsseldorf (Rhénanie-du Nord-Westphalie), l'homme de Néandertal fut le premier homme fossile à être reconnu. Ses restes – une calotte crânienne et quelques os des membres – recueillis par un instituteur, Johann Carl Fuhlrott, et examinés par Hermann Schaaffhausen de l'univ […] Lire la suite

ARCHÉOLOGIE (Méthodes et techniques) - L'archéologie environnementale

  • Écrit par 
  • Stéphanie THIÉBAULT
  •  • 4 211 mots

Dans le chapitre « L'environnement des premiers hommes »  : […] Les chercheurs commencent à comprendre les différents mécanismes à l'origine des oscillations climatiques à court ou à long terme, et nos civilisations reposent aujourd'hui sur des modèles en déséquilibre. Ainsi, l'ère quaternaire se définit traditionnellement par l'apparition de l'homme. Sur le plan climatique, elle est caractérisée par la succession de périodes froides, dites glaciaires, et de […] Lire la suite

ARCY-SUR-CURE, site préhistorique

  • Écrit par 
  • Dominique BAFFIER
  •  • 1 239 mots

Le site d'Arcy-sur-Cure (Yonne), site majeur pour l'étude du Paléolithique moyen et supérieur de la France du Nord, se situe, au sud du Bassin parisien, entre Auxerre et Avallon. Il est constitué par un ensemble de cavernes creusées par la Cure dans un massif calcaire corallien émergé à la fin du Secondaire. Onze « grottes préhistoriques », dont la première fut explorée il y a 150 ans, conservent […] Lire la suite

ARTENAC (SAINT-MARY), site préhistorique

  • Écrit par 
  • Anne DELAGNES, 
  • Jean-François TOURNEPICHE
  •  • 915 mots
  •  • 1 média

Le site préhistorique d'Artenac est situé en Charente, dans le nord du Bassin aquitain, à une vingtaine de kilomètres au nord-est d'Angoulême. Après la destruction de la grotte sépulcrale éponyme qui a fait connaître l'Artenacien, culture du Néolithique final, la carrière d'exploitation du calcaire ouverte à flanc de coteau en 1972 a révélé le gisement actuel . C'est une cavité étroite et longue, […] Lire la suite

ATAPUERCA, site préhistorique

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques HUBLIN
  •  • 1 042 mots

Les gisements du complexe d'Atapuerca en Espagne ont acquis une renommée mondiale à la suite des découvertes qui y ont été faites à partir de 1980. Ces sites ont apporté des informations d'une importance exceptionnelle sur les premiers peuplements de l'Europe et sur l'origine des Néandertaliens. La sierra de Atapuerca est un massif calcaire qui s'élève à 1 080 m d'altitude au nord-est de Burgos. […] Lire la suite

BRUNIQUEL GROTTE DE, Tarn-et-Garonne

  • Écrit par 
  • Jacques JAUBERT, 
  • Sophie VERHEYDEN
  •  • 1 843 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Conséquences de la datation des structures de Bruniquel »  : […] Les conséquences de telles informations sont majeures. Elles confirment que les constructions sont bien à attribuer aux Néandertaliens comme supposé lors des premières campagnes de recherche, mais à une phase bien plus reculée de leur lignée, contemporaine de l’avant-dernière glaciation (stade isotopique 6). Elles prouvent ainsi que d’anciens représentants des Néandertaliens se sont affranchis de […] Lire la suite

LA CHAPELLE-AUX-SAINTS, site préhistorique

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre MOHEN
  •  • 311 mots

Le 8 août 1908, les trois frères Bouyssonie découvraient dans une petite grotte de Corrèze, connue depuis 1905, le squelette presque complet d'un Néandertalien. Les observations réalisées au cours des travaux de dégagement leur permettaient d'affirmer qu'il s'agissait d'une inhumation volontaire. Ils apportaient la preuve que les Néandertaliens, artisans du Moustérien, considérés alors comme une […] Lire la suite

CHÂTELPERRONIEN

  • Écrit par 
  • Bernard VANDERMEERSCH
  •  • 555 mots

Le Châtelperronien est une culture du début du Paléolithique supérieur, définie par Henri Breuil à partir de l'industrie de la grotte des Fées à Châtelperron (Allier). Elle est caractérisée par la présence d'une pointe allongée à dos abattu accompagnée d'outils sur lames mais aussi par la persistance de nombreux outils sur éclats moustériens. Elle comporte fréquemment des éléments de parures, comm […] Lire la suite

CHINOISE CIVILISATION - Les arts

  • Écrit par 
  • Corinne DEBAINE-FRANCFORT, 
  • Daisy LION-GOLDSCHMIDT, 
  • Michel NURIDSANY, 
  • Madeleine PAUL-DAVID, 
  • Michèle PIRAZZOLI-t'SERSTEVENS, 
  • Pierre RYCKMANS, 
  • Alain THOTE
  •  • 54 374 mots
  •  • 43 médias

Dans le chapitre « Le Paléolithique moyen »  : […] Les cultures de cette période associée à l'émergence de l' Homo sapiens neandertalensis à la fin du Pléistocène moyen et au début du Pléistocène supérieur, semblent s'être développées directement à partir d'une base paléolithique inférieure indigène, dont elles conservent de nombreux traits (outils sur éclats, pointes, galets aménagés, retouches unifaciales). Dans l'ensemble, cependant, les types […] Lire la suite

DÉCHIFFRAGE DU GÉNOME NÉANDERTALIEN

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 298 mots
  •  • 1 média

Longtemps, les chercheurs travaillant sur l'évolution récente de l'homme n'ont eu à leur disposition que des objets matériels qui se conservent relativement bien : squelettes, constructions, poteries, outils, restes alimentaires, ou encore peintures et gravures. L'accès au patrimoine génétique (le génome) des hommes préhistoriques paraissait impossible. Pourt ant, l'amélioration constante des tec […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Bernard VANDERMEERSCH, « NÉANDERTALIENS ou NÉANDERTHALIENS ou HOMME DE NÉANDERTAL », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/neandertaliens-neanderthaliens/