NÉANDERTALIENS ou NÉANDERTHALIENS ou HOMME DE NÉANDERTAL

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une extinction inexpliquée

Les Néandertaliens disparurent, du Proche-Orient comme de l'Europe, après 40 000 ans. C'est en Europe que ce phénomène a pu être le mieux analysé. À partir de 40 000 ans leur nombre diminua et les derniers Néandertaliens connus proviennent des gisements d'Arcy-sur-Cure, dans l'Yonne, de Saint-Césaire, en Charente-Maritime et de Zafarraya dans le sud de l'Espagne. Ils sont datés de 35 000 ans. La présence, dans le sud-ouest de l'Europe, de gisements encore plus tardifs ayant livré des industries moustériennes caractéristiques des Néandertaliens permet de penser que leur disparition définitive est encore un peu plus tardive, probablement autour de 30 000 ans. Cette disparition s'est produite à l'Aurignacien, moment où arrivèrent en Europe les premières populations de morphologie moderne dotées d'une industrie lithique plus performante, et peut-être d'une organisation sociale plus structurée. Soumis à une compétition, en particulier pour la recherche de leur subsistance, il est possible que les Néandertaliens se soient trouvés en situation d'infériorité et qu'ils aient dû céder progressivement la place, jusqu'à disparaître définitivement.

Prénéandertaliens et Néandertaliens : principaux gisements

Prénéandertaliens et Néandertaliens : principaux gisements

Dessin

Aire de répartition et principaux gisements des Prénéandertaliens et des Néandertaliens. La date entre parenthèses est la date de la découverte. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Ce schéma est certainement celui qui s'accorde le mieux avec les faits connus actuellement, mais il reste très hypothétique sur bien des points. En fait, nous ne connaissons pas les artisans qui ont fabriqué les premières industries aurignaciennes, nous n'avons pas de restes humains qui nous permettent d'affirmer que toutes ces industries ont été, depuis leurs débuts, l'œuvre d'hommes modernes. Nous ne pouvons que le supposer parce que les fossiles aurignaciens actuellement connus, même s'ils sont plus tardifs, sont bien de morphologie moderne. Nous ne savons pas, non plus, où l'Aurignacien est apparu, ni s'il a une origine unique. Dans le schéma que nous avons proposé, il est envisagé que cette culture paléolithique est née au Proche-Orient ou dans le sud-ouest de l'Asie et qu'elle a été apportée en Europe par les populations modernes. Mais les préhistoriens son [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages



Médias de l’article

Génome de Néandertal

Génome de Néandertal
Crédits : (M. Bessou, collection et copyrights UMR-PACEA équipe LAPP ; Geigl et al., Université de Paris Diderot

photographie

Prénéandertaliens et Néandertaliens : principaux gisements

Prénéandertaliens et Néandertaliens : principaux gisements
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte





Écrit par :

Classification


Autres références

«  NÉANDERTALIENS ou NÉANDERTHALIENS ou HOMME DE NÉANDERTAL  » est également traité dans :

DÉCOUVERTE DE L'HOMME DE NÉANDERTAL

  • Écrit par 
  • Herbert THOMAS
  •  • 224 mots

Découvert en 1856 dans une grotte de la vallée (tal) de Neander près de Düsseldorf (Rhénanie-du Nord-Westphalie), l'homme de Néandertal fut le premier homme fossile à être reconnu. Ses restes – une calotte crânienne et quelques os des membres – recueillis par un instituteur, Johann Carl Fuhlrott, et examinés par Hermann Schaaffhausen de l'univ […] Lire la suite

ARCHÉOLOGIE (Méthodes et techniques) - L'archéologie environnementale

  • Écrit par 
  • Stéphanie THIÉBAULT
  •  • 4 211 mots

Dans le chapitre « L'environnement des premiers hommes »  : […] Les chercheurs commencent à comprendre les différents mécanismes à l'origine des oscillations climatiques à court ou à long terme, et nos civilisations reposent aujourd'hui sur des modèles en déséquilibre. Ainsi, l'ère quaternaire se définit traditionnellement par l'apparition de l'homme. Sur le plan climatique, elle est caractérisée par la succession de périodes froides, dites glaciaires, et de […] Lire la suite

ARCY-SUR-CURE, site préhistorique

  • Écrit par 
  • Dominique BAFFIER
  •  • 1 239 mots

Le site d'Arcy-sur-Cure (Yonne), site majeur pour l'étude du Paléolithique moyen et supérieur de la France du Nord, se situe, au sud du Bassin parisien, entre Auxerre et Avallon. Il est constitué par un ensemble de cavernes creusées par la Cure dans un massif calcaire corallien émergé à la fin du Secondaire. Onze « grottes préhistoriques », dont la première fut explorée il y a 150 ans, conservent […] Lire la suite

ARTENAC (SAINT-MARY), site préhistorique

  • Écrit par 
  • Anne DELAGNES, 
  • Jean-François TOURNEPICHE
  •  • 915 mots
  •  • 1 média

Le site préhistorique d'Artenac est situé en Charente, dans le nord du Bassin aquitain, à une vingtaine de kilomètres au nord-est d'Angoulême. Après la destruction de la grotte sépulcrale éponyme qui a fait connaître l'Artenacien, culture du Néolithique final, la carrière d'exploitation du calcaire ouverte à flanc de coteau en 1972 a révélé le gisement actuel . C'est une cavité étroite et longue, […] Lire la suite

ATAPUERCA, site préhistorique

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques HUBLIN
  •  • 1 042 mots

Les gisements du complexe d'Atapuerca en Espagne ont acquis une renommée mondiale à la suite des découvertes qui y ont été faites à partir de 1980. Ces sites ont apporté des informations d'une importance exceptionnelle sur les premiers peuplements de l'Europe et sur l'origine des Néandertaliens. La sierra de Atapuerca est un massif calcaire qui s'élève à 1 080 m d'altitude au nord-est de Burgos. […] Lire la suite

BRUNIQUEL GROTTE DE, Tarn-et-Garonne

  • Écrit par 
  • Jacques JAUBERT, 
  • Sophie VERHEYDEN
  •  • 1 842 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Conséquences de la datation des structures de Bruniquel »  : […] Les conséquences de telles informations sont majeures. Elles confirment que les constructions sont bien à attribuer aux Néandertaliens comme supposé lors des premières campagnes de recherche, mais à une phase bien plus reculée de leur lignée, contemporaine de l’avant-dernière glaciation (stade isotopique 6). Elles prouvent ainsi que d’anciens représentants des Néandertaliens se sont affranchis de […] Lire la suite

LA CHAPELLE-AUX-SAINTS, site préhistorique

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre MOHEN
  •  • 311 mots

Le 8 août 1908, les trois frères Bouyssonie découvraient dans une petite grotte de Corrèze, connue depuis 1905, le squelette presque complet d'un Néandertalien. Les observations réalisées au cours des travaux de dégagement leur permettaient d'affirmer qu'il s'agissait d'une inhumation volontaire. Ils apportaient la preuve que les Néandertaliens, artisans du Moustérien, considérés alors comme une […] Lire la suite

CHÂTELPERRONIEN

  • Écrit par 
  • Bernard VANDERMEERSCH
  •  • 555 mots

Le Châtelperronien est une culture du début du Paléolithique supérieur, définie par Henri Breuil à partir de l'industrie de la grotte des Fées à Châtelperron (Allier). Elle est caractérisée par la présence d'une pointe allongée à dos abattu accompagnée d'outils sur lames mais aussi par la persistance de nombreux outils sur éclats moustériens. Elle comporte fréquemment des éléments de parures, comm […] Lire la suite

CHINOISE CIVILISATION - Les arts

  • Écrit par 
  • Corinne DEBAINE-FRANCFORT, 
  • Daisy LION-GOLDSCHMIDT, 
  • Michel NURIDSANY, 
  • Madeleine PAUL-DAVID, 
  • Michèle PIRAZZOLI-t'SERSTEVENS, 
  • Pierre RYCKMANS, 
  • Alain THOTE
  •  • 54 356 mots
  •  • 41 médias

Dans le chapitre « Le Paléolithique moyen »  : […] Les cultures de cette période associée à l'émergence de l' Homo sapiens neandertalensis à la fin du Pléistocène moyen et au début du Pléistocène supérieur, semblent s'être développées directement à partir d'une base paléolithique inférieure indigène, dont elles conservent de nombreux traits (outils sur éclats, pointes, galets aménagés, retouches unifaciales). Dans l'ensemble, cependant, les types […] Lire la suite

DÉCHIFFRAGE DU GÉNOME NÉANDERTALIEN

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 298 mots
  •  • 1 média

Longtemps, les chercheurs travaillant sur l'évolution récente de l'homme n'ont eu à leur disposition que des objets matériels qui se conservent relativement bien : squelettes, constructions, poteries, outils, restes alimentaires, ou encore peintures et gravures. L'accès au patrimoine génétique (le génome) des hommes préhistoriques paraissait impossible. Pourt ant, l'amélioration constante des tec […] Lire la suite

DENISOVA HOMMES DE ou DÉNISOVIENS

  • Écrit par 
  • Bruno MAUREILLE
  •  • 3 818 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La paléoanthropologie et l'ADN »  : […] Jusqu'au milieu des années 1990, les éléments permettant d'étudier l'évolution biologique et culturelle de l'homme étaient presque exclusivement des vestiges matériels (restes humains et fauniques, objets lithiques, traces diverses, ruines...) mis au jour lors des fouilles. Depuis lors, deux nouveaux champs disciplinaires sont nés : la paléogénétique, qui étudie des régions spécifiques du génome […] Lire la suite

DE TOUMAÏ À SAPIENS, LA RUÉE VERS L'HOMME (exposition)

  • Écrit par 
  • Dominique GOMMERY
  •  • 1 479 mots
  •  • 1 média

À l'occasion du bicentenaire de la naissance du naturaliste anglais Charles Robert Darwin (1809-1882) et des 150 ans de sa publication de l' Origine des espèces (1859) mais aussi des 200 ans de la Philosophie zoologique (1809) du Français Jean-Baptiste de Monet de Lamarck (1744-1829), la Cité des sciences et de l'industrie a présenté, du 12 février au 18 octobre 2009, en partenariat avec le Musé […] Lire la suite

DJEBEL IRHOUD SITE ARCHÉOLOGIQUE DE

  • Écrit par 
  • Bernard VANDERMEERSCH
  •  • 1 628 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Historique de la découverte des fossiles sur le site de Djebel Irhoud »  : […] Le gisement du Djebel Irhoud est une ancienne grotte dont le plafond s’est effondré sur le remplissage archéologique. Le premier fossile humain, un crâne presque complet, a été mis au jour fortuitement en 1960 par des ouvriers de la carrière de barytine. L’année suivante, Émile Ennouchi, professeur à l’université marocaine de Rabat, à qui on avait confié ce fossile, dégagea, lors d’une fouille ra […] Lire la suite

EUROPE, préhistoire et protohistoire

  • Écrit par 
  • Gérard BAILLOUD, 
  • Jean GUILAINE, 
  • Michèle JULIEN, 
  • Bruno MAUREILLE, 
  • Michel ORLIAC, 
  • Alain TURQ
  • , Universalis
  •  • 21 345 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « L'individualisation de la lignée néandertalienne »  : […] Vers 450 000 ans, s'individualisent les premiers représentants d'une lignée qui peuplera l'Europe pendant presque un demi-million d'années. En effet, sur les vestiges osseux de cette période , on peut observer des traits qui annoncent ceux que l'on définira à partir des spécimens plus récents et plus nombreux : les Néandertaliens. Les chercheurs discutent alors de la pertinence d'une lignée néan […] Lire la suite

FIGURATION, paléolithique et néolithique

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DEMOULE
  •  • 4 558 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Le goût des formes  »  : […] Cette curiosité esthétique s’accompagna cependant d’actions directes sur la matière, esthétiques en même temps qu’utilitaires. Les premiers outils connus sont désormais datés de près de trois millions et demi d’années. Ils ont été trouvés à Lomekwi (Kenya). À cette époque, les seules espèces humaines étaient les différentes formes d’australopithèques, tels ceux qui ramassèrent le galet de Makapan […] Lire la suite

GÉNOME NÉANDERTALIEN

  • Écrit par 
  • Eva-Maria GEIGL, 
  • Thierry GRANGE, 
  • Bruno MAUREILLE
  •  • 3 256 mots
  •  • 2 médias

Paléoanthropologues et biologistes de l'évolution humaine ont assisté en 2010 au déchiffrage d'une partie du génome néandertalien. Cette lignée humaine, qui a peuplé l'Asie de l'Ouest et l'Europe pendant 400 000 ans, a disparu il y a environ 30 000 ans. Elle est considérée comme la plus proche de la lignée de l'Homme moderne, seul survivant de toutes les espèces humaines ayant existé. Mais on est […] Lire la suite

GROTTES PRÉHISTORIQUES DATATION DES

  • Écrit par 
  • Denis VIALOU
  •  • 2 994 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Vieillissement de l'art pariétal. Néandertal impliqué »  : […] Des microcharbons de bois prélevés sur un frottis de torche sur paroi, rencontré à une dizaine de centimètres d'une représentation pariétale, ont fourni en 2012 des datations au carbone 14 (dans un laboratoire à Miami, États-Unis) très anciennes : de 42 300 à 43 500 ans. Les préhistoriens qui étudient cette grotte paléolithique du sud de l'Espagne, à Nerja, établissent volontiers une relation chro […] Lire la suite

HOMINIDÉS

  • Écrit par 
  • Brigitte SENUT
  •  • 9 525 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre «  Hommes de Néandertal et Hommes modernes »  : […] En fait, l'Europe représente la seule région géographique où il est possible de mettre en évidence le remplacement d'une population humaine par une autre. En Europe occidentale, les Homo sapiens primitifs ont évolué, depuis 400 000 ans environ, vers les Hommes de Néandertal dont la répartition est clairement liée à l'extension de la calotte glaciaire. Ces derniers seront remplacés, petit à petit […] Lire la suite

MOUSTIER SITE PRÉHISTORIQUE DU, Dordogne

  • Écrit par 
  • Bruno MAUREILLE
  •  • 1 789 mots
  •  • 1 média

Pour les périodes anciennes de la préhistoire, la mise au jour d'un squelette humain bien conservé est un événement très rare. Le nouveau-né néandertalien du Moustier a été trouvé en mai 1914 par Denis Peyrony dans un abri-sous-roche situé sur le territoire de la commune de Peyzac-le-Moustier en Dordogne. Selon le fouilleur, ce fossile avait été volontairement inhumé dans une couche vieille de p […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Bernard VANDERMEERSCH, « NÉANDERTALIENS ou NÉANDERTHALIENS ou HOMME DE NÉANDERTAL », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 juillet 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/neandertaliens-neanderthaliens/