NAVIRESNavires de guerre

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Différents types

On peut distinguer les différents types de navires de guerre suivants : les porte-avions, dont l'armement est essentiellement constitué d'avions ; les bâtiments d'assaut, permettant un débarquement de forces par hélicoptères et moyens amphibies ; les frégates (déplacement supérieur à 3 000 t), ou les corvettes (déplacement inférieur à 3 000 t) destinées à assurer une mission particulière (protection antiaérienne, anti-sous-marine, antisurface) ; les patrouilleurs, dont les missions sont côtières ; les bâtiments antimines ; les bâtiments de soutien (pétroliers ravitailleurs, navire de soutien logistique, etc.).

La classification anglo-saxonne différencie, quant à elle, ces navires en fonction de leur tonnage :

– les cruisers avec un déplacement supérieur à 8 000 tonnes ;

– les destroyers avec un déplacement compris entre 8 000 et 4 000 tonnes ;

– les frigates avec un déplacement compris entre 4 000 et 1 000 tonnes.

Il est intéressant de décrire plus en détail trois types de navires : les porte-avions, les frégates et les patrouilleurs.

Les porte-avions

Le porte-avions est défini comme un « bâtiment de surface destiné essentiellement à porter des avions et construit de telle façon que ces avions puissent s'envoler de son bord et s'y reposer ».

Aujourd'hui, on distingue les porte-aéronefs, disposant d'hélicoptères et d'avions à décollage court, et les porte-avions qui utilisent des avions de combat ou de surveillance spécialisés.

Un porte-aéronefs pour avions à décollage court possède une piste souvent équipée d'un tremplin.

Un porte-avions classique est caractérisé par son pont d'envol. Celui-ci est divisé en trois zones : la piste de décollage, la piste d'appontage et le parking. Les avions modernes nécessitent l'utilisation de catapultes pour décoller et de brins d'arrêt pour apponter sur des pistes aux dimensions limitées. La piste d'appontage (inclinée sur bâbord) et la piste de décollage (dans l'axe du navire) sont écartées pour permettre le décollage et l'appontage des avions en continu sans risque de collisions. Les superstructures sont ramassées au maximum sur tribord et forment l'îlot.

En dehors du parking, situé devant l'îlot, les avions sont rangés dans le hangar sous le pont d'envol, grâce à des ascenseurs.

Trois types d'avions équipent les porte-avions modernes : les avions de guet aérien assurant la surveillance de la zone ; les avions de supériorité aérienne protégeant le porte-avions ; les avions d'assaut. La mise en œuvre de l'aviation exige une plate-forme très stable et une vitesse suffisante (supérieure à 25 nœuds) pour créer un vent de face permettant l'appontage dans la plupart des conditions météorologiques. La propulsion du bâtiment est assurée soit par des turbines à vapeur (chaudières à gazole ou nucléaires), soit par des turbines à gaz.

Rafale Marine

Photographie : Rafale Marine

Le Rafale Marine, fabriqué par Dassault-Aviation, est le premier avion construit de série pour l'aéronavale. Il s'agit d'un chasseur monoplace biréacteur de 15 mètres de longueur et 10 mètres d'envergure. Capable d'atteindre Mach 2, le Rafale peut voler jusqu'à l'altitude de 15 000 mètres... 

Crédits : F. Robineau/ Dassault/ Aviaplans

Afficher

Le porte-avions est équipé de radars puissants lui permettant d'assurer la veille aérienne. Il dispose d'importantes réserves de munitions pour les avions. Lorsqu'il se déplace, il est généralement accompagné d'autres navires (dont un sous-marin) qui assurent sa protection et sa logistique.

Le dernier-né des porte-avions français est le Charles-de-Gaulle, construit par la D.C.N.S., qui est en service depuis la fin de l'année 2000.

Porte-avions Charles-de-Gaulle, 2

Photographie : Porte-avions Charles-de-Gaulle, 2

Le porte-avions français «Charles-de-Gaulle», construit par D.C.N.S., en service depuis septembre 2000, est l'un des navires les plus sophistiqués d'Europe. Propulsé au moyen de deux réacteurs nucléaires, ce bâtiment peut déployer jusqu'à 40 aéronefs, dont le «Rafale» et l'avion de... 

Crédits : DCNS

Afficher

Les frégates

Les frégates sont des navires de combat de haute mer. Elles peuvent accompagner les porte-avions ou d'autres navires. Leur vitesse maximale dépend de leurs missions (vitesse supérieure à 25 nœuds pour accompagner un porte-avions). La propulsion est assurée par une combinaison de moteurs Diesel et parfois de turbines à gaz. Ces navires sont toujours équipés d'un ou plusieurs hélicoptères mis en œuvre sur la plate-forme arrière.

Frégate Forbin

Photographie : Frégate Forbin

Frégate «Forbin» développée dans le cadre du programme franco-italien Horizon. Équipant la marine française depuis 2008, elle a pour rôle d'escorter et de protéger un groupe aéronaval, et d'effectuer des missions de défense. 

Crédits : DCNS

Afficher

Suivant les missions qui leurs sont confiées, ces navires sont munis d'armements antiaériens, antinavires, anti-sous-marins et, parfois, antiterre.

L'établissement de la situation tactique se fait à partir de senseurs (moyens d'écoute et de visualisation) :

– radars de veille air et surface et systèmes de veille infrarouge ;

– sonars de coque ou remorqués, sonar trempé par hélicoptère.

L'armement antiaérien comprend des missiles à lancement vertical disposés dans des silos et associés à des radars 3D ou des télépointeurs.

L'armement antinavire est constitué de l'artillerie (canons de 76 mm ou de 100 mm) et de missiles antinavires mer-mer, lancés à partir du navire ou d'un hélicoptère.

L'armement anti-sous-marin est composé de torpilles lancées à partir du navire ou d'un hélicoptère.

L'armement antiterre es [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 19 pages

Médias de l’article

Cuirassé La Gloire

Cuirassé La Gloire
Crédits : J.R. Freeman/ Britisch Museum

photographie

Rafale Marine

Rafale Marine
Crédits : F. Robineau/ Dassault/ Aviaplans

photographie

Porte-avions Charles-de-Gaulle, 2

Porte-avions Charles-de-Gaulle, 2
Crédits : DCNS

photographie

Frégate Forbin

Frégate Forbin
Crédits : DCNS

photographie

Afficher les 10 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  NAVIRES  » est également traité dans :

NAVIRES - Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • Serge BINDEL
  •  • 1 092 mots

Est-il un objet sorti de la main de l'homme qui, plus que le navire, ait fait progresser la connaissance du monde où nous vivons, et le développement de son économie ? Sans remonter jusqu'à l'Arche de Noé qui aurait sauvé l'humanité du Déluge, Christophe Colomb aurait-il découvert l'Amérique s'il n'avait disposé de caravelles pouvant affronter les océans ? Et les navires d'aujourd'hui ne transport […] Lire la suite

NAVIRES - Architecture navale

  • Écrit par 
  • Michel BENICOURT, 
  • Raymond SERVIÈRES
  •  • 5 292 mots
  •  • 5 médias

L'architecture navale est l'art de concevoir des navires répondant à des programmes imposés. Les armateurs de navires marchands et les états-majors des marines de guerre fixent les programmes ; les architectes navals établissent les plans des navires susceptibles de permettre l'exécution de ces programmes dans les meilleures conditions possibles de coût et d' […] Lire la suite

NAVIRES - Hydrodynamique navale

  • Écrit par 
  • Serge BINDEL
  •  • 8 144 mots
  •  • 9 médias

L'hydrodynamique navale, qui traite des rapports du navire avec l'eau qui l'entoure, constitue sans nul doute l'une des disciplines fondamentales que doit maîtriser l'architecte naval au moment d'élaborer un nouveau projet. Ces rapports conditionnent en effet très directement non seulement les formes et les dimensions principales de la carène, mais aussi la puissance de l'appareil propulsif, cell […] Lire la suite

NAVIRES - Navires de commerce

  • Écrit par 
  • Serge BINDEL
  •  • 9 545 mots
  •  • 9 médias

Près de 90 p. 100 du commerce mondial s'effectue par voie de mer, ainsi que plus de 40 p. 100 du commerce intérieur de l'Union européenne, qui transporte chaque année sur ses navires 350 millions de passagers. C'est dire toute l'importance du transport maritime dans l'économie mondiale et, comme corollaire, l'importance des navires qui assurent ce transport […] Lire la suite

NAVIRES - Navires de plaisance

  • Écrit par 
  • Jean-Charles NAHON
  •  • 4 817 mots
  •  • 1 média

La mer a de tout temps attiré l'homme. Toutefois, pendant des millénaires, l'accès à ce milieu était limité par l'hostilité, les dangers et les mystères des océans. La navigation était alors restreinte à des usages commerciaux (pêche, transport) ou à l'expression de la puissance des nations. Jusqu'à une époque récente, seuls certains privilégiés ou passionnés se risquaient en mer pour leur plaisir […] Lire la suite

NAVIRES - Construction navale

  • Écrit par 
  • Boris FEDOROVSKY
  •  • 2 820 mots
  •  • 6 médias

Utilisé depuis des temps immémoriaux pour le transport des hommes et des marchandises, ou encore comme engin de combat, le navire a connu des évolutions lentes jusqu'à l'apparition de la machine à vapeur et de la construction mécanique, et ce n'est guère qu'au milieu du xix e  siècle que la construction navale est devenue progressivement une véritable industrie. L'activité de construction est, […] Lire la suite

BRICK

  • Écrit par 
  • Jacques MÉRAND
  •  • 72 mots

Apparu après 1750, le brick est un petit navire de guerre à voile, son importance étant désignée par le nombre de bouches à feu : brick de douze, de dix-huit canons... Gréé en voiles latines sur deux mâts, il peut devenir un voilier très fin, le brick-aviso, destiné aux missions rapides. Le brick de charge, également connu, sera remplacé vers la fin du xix e  siècle par le brick-goélette. […] Lire la suite

BRUNEL MARC ISAMBARD (1769-1849) et ISAMBARD KINGDOM (1806-1859)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 1 004 mots

Marc Isambard Brunel, le père, ingénieur français émigré, est né le 25 avril 1769 à Hacqueville (Eure) et mort le 12 décembre 1849 à Londres. Après avoir passé six années dans la marine, il rentre en France en 1793, en pleine période de la Terreur. Ses sympathies royalistes l'obligent rapidement à s'exiler aux États-Unis. Devenu ingénieur en chef de la ville de New York, il édifie de nombreux bât […] Lire la suite

CARBURANTS

  • Écrit par 
  • Daniel BALLERINI, 
  • Jean-Claude GUIBET, 
  • Xavier MONTAGNE
  •  • 10 528 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre «  Les carburants lourds »  : […] Encore appelés « carburants marine », les carburants lourds sont utilisés dans des moteurs Diesel servant à la propulsion des gros navires et développant des puissances comprises entre 2 000 et 50 000 kilowatts. Ils se répartissent en deux grandes catégories : les « distillats » et les « résidus ». Les premiers, plus nobles, sont réservés à l'alimentation des bateaux d'un tonnage moyen, tandis que […] Lire la suite

CHINOISE (CIVILISATION) - Sciences et techniques

  • Écrit par 
  • Jean-Claude MARTZLOFF
  •  • 6 597 mots

Dans le chapitre « Techniques »  : […] La science, qui a pour objet le savoir, et la technique, tournée vers les applications concrètes, s'appuient fréquemment l'une sur l'autre. Dans le monde chinois, ces deux domaines complémentaires ont toujours été remarquablement solidaires, mais ce pourrait être une erreur d'interpréter ce fait comme une donnée proprement chinoise. L'Occident et la Chine n'ont pas connu des modes de développement […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

1er-30 avril 2022 Ukraine – Russie. Mise au jour de massacres de civils dans la région de Kiev évacuée par les troupes russes.

Les Vingt-Sept décident à l’unanimité un embargo sur le charbon russe, l’interdiction des transactions avec quatre grandes banques russes, l’interdiction de l’accès au territoire de l’UE des navires et des camions russes et biélorusses, ainsi que l’arrêt de l’importation de Russie et de l’exportation vers la Russie d’une nouvelle série de produits. […] Lire la suite

2-28 février 2022 Ukraine – Russie. Intervention militaire russe en Ukraine.

Le 28 également, la Turquie annonce la fermeture des détroits du Bosphore et des Dardanelles aux navires de guerre, en application de la convention de Montreux de juillet 1936 qui lui permet de prendre une telle mesure en temps de guerre. Le 28 toujours, la Fédération internationale de football association (FIFA) et l’Union européenne des associations de football (UEFA) décident d’exclure la sélection nationale et les clubs russes de toutes les compétitions jusqu’à nouvel ordre. […] Lire la suite

18 novembre 2019 Russie – Ukraine. Restitution à Kiev des navires arraisonnés.

Les autorités russes restituent à l’Ukraine les trois navires de guerre arraisonnés par les services de sécurité du FSB, en novembre 2018, aux abords du détroit de Kertch. Les marins ukrainiens avaient été libérés en septembre. En décembre doit se tenir en France un sommet international sur le règlement du conflit dans l’est de l’Ukraine. […] Lire la suite

25 octobre - 7 novembre 2018 OTAN. Vastes manœuvres militaires en Europe.

Du 25 au 7 novembre, l’OTAN organise en Norvège les plus importantes manœuvres militaires depuis la fin de la guerre froide. L’exercice « Trident Juncture », qui mobilise cinquante mille soldats, dix mille véhicules, deux cent cinquante aéronefs et soixante-cinq navires de trente et un pays – dont la Suède et la Finlande, non membres de l’OTAN –, est destiné à figurer la défense d’un État membre agressé. […] Lire la suite

5-31 août 2015 France – Russie. Accord sur les navires de guerre Mistral.

L’accord autorise la France à revendre ces navires de guerre. Le 31, le projet de loi de ratification de l’accord mis en ligne sur le site de l’Assemblée nationale précise le montant du remboursement par la France des avances versées par la Russie, qui s’élève à 950 millions d’euros, dont près de 57 millions doivent rester à la charge de l’État.  […] Lire la suite

Pour citer l’article

Régis BEAUGRAND, André BERNARDINI, Jean LE TALLEC, Marc MENEZ, Jean TOUFFAIT, « NAVIRES - Navires de guerre », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/navires-navires-de-guerre/