Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

MUSCLES

Pathologie du muscle strié

Il y a trois grandes catégories de maladies à symptomatologie musculaire : les affections musculaires primitives, les affections de la jonction myoneurale, les affections du neurome moteur.

Maladies primitives

Ces maladies relèvent uniquement d'altérations propres à la fibre musculaire striée, aussi les qualifie-t-on de « primitives », bien que leur cause demeure souvent inconnue. On en décrit deux groupes : les myopathies et les myosites.

Les myopathies

À vrai dire, le terme de myopathie prête quelque peu à équivoque. Pour les auteurs anglo-saxons, il est généralement pris dans son sens étymologique, c'est-à-dire qu'il recouvre toute la pathologie des muscles quelle qu'en soit l'étiologie. Les auteurs français, au contraire, lui donnent habituellement une signification trop restrictive, réservée aux seules affections qui se traduisent par une dégénérescence progressive des fibres musculaires, en dehors de toute atteinte nerveuse et de tout processus inflammatoire ou toxique. Pratiquement, on désigne ces affections dégénératives sous le nom de dystrophies musculaires progressives (D.M.P.) et on étend le terme de myopathies à des maladies d'expression différente mais voisines, les myotonies et les paralysies périodiques familiales. Ce sont des anomalies d'origine génétique.

Les dystrophies musculaires progressives

Le groupe des D.M.P. comprend un certain nombre d'affections caractérisées par une dégénérescence lente, progressive, inéluctable des fibres musculaires, qu'on découvre habituellement chez l'enfant, parfois dès le premier âge, ou chez l'adulte jeune.

Le signe initial qui attire l'attention est la diminution de la force musculaire, localisée aux muscles des racines des membres et des ceintures scapulaire et pelvienne. C'est une diminution de force isolée, qui ne s'accompagne d'aucun trouble sensitif, d'aucune douleur, en particulier d'aucune contracture du type « crampe ». Sa prédominance aux ceintures donne au sujet une attitude particulière dans les gestes courants : démarche dandinante, difficultés de passer de la position couchée à la position assise puis à la station debout, le malade devant pour se relever se mettre à quatre pattes, s'aider de ses membres supérieurs et « se hisser le long de lui-même » en un mouvement tout à fait caractéristique.

L'examen clinique met en évidence des modifications de volume des muscles, spécialement de ceux qui accusent un déficit : il s'agit habituellement d'atrophie, mais parfois d'une augmentation de volume intéressant certains muscles – ceux des mollets, des cuisses, des épaules –, qui est en réalité une pseudohypertrophie due à l'infiltration de la masse musculaire par du tissu fibreux ou de la graisse.

L'exploration neurologique confirme le caractère primitif et isolé de l'atteinte musculaire : les réflexes ostéotendineux ne sont pas modifiés, la sensibilité superficielle et profonde est conservée ; par contre, on constate souvent de façon précoce la disparition du réflexe idiomusculaire, c'est-à-dire la contraction localisée des faisceaux musculaires observée normalement à la percussion directe et vice du corps musculaire.

Devant un tel tableau clinique, il faut toujours recourir aux examens complémentaires qui permettent d'affirmer le diagnostic de myopathie. Ceux-ci comprennent :

– la radiographie, qui confirme l' amyotrophie et révèle l'aspect grêle des muscles ;

– l'électrodiagnostic et spécialement l' électromyographie, qui permet d'éliminer une affection dite neurogène par atteinte du système nerveux périphérique : la contraction volontaire fait apparaître une activité anormalement dense et de faible amplitude, qui correspond à la mobilisation du nombre maximal d'unités motrices pour[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : licencié ès sciences, docteur en médecine, attaché des hôpitaux
  • : docteur en médecine, ancien interne des Hôpitaux de Paris, directeur de recherche de première classe à l'I.N.S.E.R.M., docteur ès sciences

Classification

Pour citer cet article

Jean RAIMBAULT et Bernard SWYNGHEDAUW. MUSCLES [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Localisation des différents tissus musculaires - crédits : Encyclopædia Universalis France

Localisation des différents tissus musculaires

Fléchisseur radial du carpe au microscope - crédits : Visuals Unlimited/ Corbis

Fléchisseur radial du carpe au microscope

Musculature - crédits : Planeta Actimedia S.A.© Encyclopædia Universalis France pour la version française.

Musculature

Autres références

  • ABDOMEN

    • Écrit par Claude GILLOT
    • 6 346 mots
    • 9 médias
    b) La paroi musculaire comprend : le diaphragme en haut, les muscles iliaques et lombaires en arrière, les muscles abdominaux en avant et latéralement (fig. 2 et 3).
  • ACTINE

    • Écrit par Gérard BISERTE, Daniel TETAERT
    • 691 mots

    L'actine est une protéine « universelle » qui a été identifiée dans le cytoplasme de nombreuses cellules eucaryotes différentes, aussi bien animales que végétales (par exemple, l'actine identifiée dans le cytoplasme de l'algue verte Nitella). L'actine a été également...

  • ADRÉNALINE

    • Écrit par Jacques HANOUNE
    • 3 565 mots
    • 2 médias
    ...classique observation, par Claude Bernard, en 1850, que la piqûre du plancher du quatrième ventricule entraînait une glycosurie transitoire. Dans le muscle squelettique, les catécholamines augmentent la glycogénolyse par un mécanisme purement β2-adrénergique. Comme le muscle ne contient pas de glucose-6-phosphatase...
  • ANESTHÉSIE

    • Écrit par Francis BONNET, François CHAST
    • 4 117 mots
    • 2 médias
    .... Ils constituent la troisième catégorie de produits utilisés au cours d'une anesthésie générale ; cependant, ce ne sont pas des agents anesthésiques. Ils provoquent une paralysie musculaire en bloquant la transmission synaptique neuromusculaire. L'emploi des curares (ou curarisation) a pour objectif...
  • Afficher les 54 références

Voir aussi