MUSCLES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Pathologie du muscle strié

Il y a trois grandes catégories de maladies à symptomatologie musculaire : les affections musculaires primitives, les affections de la jonction myoneurale, les affections du neurome moteur.

Maladies primitives

Ces maladies relèvent uniquement d'altérations propres à la fibre musculaire striée, aussi les qualifie-t-on de « primitives », bien que leur cause demeure souvent inconnue. On en décrit deux groupes : les myopathies et les myosites.

Les myopathies

À vrai dire, le terme de myopathie prête quelque peu à équivoque. Pour les auteurs anglo-saxons, il est généralement pris dans son sens étymologique, c'est-à-dire qu'il recouvre toute la pathologie des muscles quelle qu'en soit l'étiologie. Les auteurs français, au contraire, lui donnent habituellement une signification trop restrictive, réservée aux seules affections qui se traduisent par une dégénérescence progressive des fibres musculaires, en dehors de toute atteinte nerveuse et de tout processus inflammatoire ou toxique. Pratiquement, on désigne ces affections dégénératives sous le nom de dystrophies musculaires progressives (D.M.P.) et on étend le terme de myopathies à des maladies d'expression différente mais voisines, les myotonies et les paralysies périodiques familiales. Ce sont des anomalies d'origine génétique.

Les dystrophies musculaires progressives

Le groupe des D.M.P. comprend un certain nombre d'affections caractérisées par une dégénérescence lente, progressive, inéluctable des fibres musculaires, qu'on découvre habituellement chez l'enfant, parfois dès le premier âge, ou chez l'adulte jeune.

Le signe initial qui attire l'attention est la diminution de la force musculaire, localisée aux muscles des racines des membres et des ceintures scapulaire et pelvienne. C'est une diminution de force isolée, qui ne s'accompagne d'aucun trouble sensitif, d'aucune douleur, en particulier d'aucune contracture du type « crampe ». Sa prédominance aux ceintures donne au sujet une attitude particulière dans les gestes courants : démarche dandinante, difficultés de passer de la position couchée à la position assise puis à la station debout, le malade devant pour se relever se mettre à quatre pattes, s'aider de ses membres supérieurs et « se hisser le long de lui-même » en un mouvement tout à fait caractéristique.

L'examen clinique met en évidence des modifications de volume des muscles, spécialement de ceux qui accusent un déficit : il s'agit habituellement d'atrophie, mais parfois d'une augmentation de volume intéressant certains muscles – ceux des mollets, des cuisses, des épaules –, qui est en réalité une pseudohypertrophie due à l'infiltration de la masse musculaire par du tissu fibreux ou de la graisse.

L'exploration neurologique confirme le caractère primitif et isolé de l'atteinte musculaire : les réflexes ostéotendineux ne sont pas modifiés, la sensibilité superficielle et profonde est conservée ; par contre, on constate souvent de façon précoce la disparition du réflexe idiomusculaire, c'est-à-dire la contraction localisée des faisceaux musculaires observée normalement à la percussion directe et vice du corps musculaire.

Devant un tel tableau clinique, il faut toujours recourir aux examens complémentaires qui permettent d'affirmer le diagnostic de myopathie. Ceux-ci comprennent :

– la radiographie, qui confirme l'amyotrophie et révèle l'aspect grêle des muscles ;

– l'électrodiagnostic et spécialement l'électromyographie, qui permet d'éliminer une affection dite neurogène par atteinte du système nerveux périphérique : la contraction volontaire fait apparaître une activité anormalement dense et de faible amplitude, qui correspond à la mobilisation du nombre maximal d'unités motrices pour un effort modéré, de façon à pallier l'insuffisance des fibres musculaires altérées ; la stimulation électrique par le nerf moteur donne des réponses polyphasiques et déchiquetées en « dents de scie », tout à fait caractéristiques des affections myogènes et qui traduisent la sommation défectueuse des phénomènes électriques élémentaires par atteinte inégale et dispersée des fibres musculaires ;

– l'analyse biologique, qui met en évidence l'augmentation parfois considérable dans le sang de certaines enzymes musculaires témoignant d'une perméabilité anormale des fib [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 20 pages

Médias de l’article

Localisation des différents tissus musculaires

Localisation des différents tissus musculaires
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Fléchisseur radial du carpe au microscope

Fléchisseur radial du carpe au microscope
Crédits : Visuals Unlimited/ Corbis

photographie

Musculature

Musculature
Crédits : Planeta Actimedia S.A.© Encyclopædia Universalis France pour la version française.

vidéo

Organisation du muscle strié

Organisation du muscle strié
Crédits : Encyclopædia Universalis France

diaporama

Afficher les 10 médias de l'article


Écrit par :

  • : licencié ès sciences, docteur en médecine, attaché des hôpitaux
  • : docteur en médecine, ancien interne des Hôpitaux de Paris, directeur de recherche de première classe à l'I.N.S.E.R.M., docteur ès sciences

Classification

Autres références

«  MUSCLES  » est également traité dans :

ABDOMEN

  • Écrit par 
  • Claude GILLOT
  •  • 6 346 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « La paroi abdominale »  : […] La paroi abdominale se caractérise par une charpente osseuse raréfiée et une excellente couverture musculaire. a ) Le squelette abdominal est essentiellement formé par la portion lombaire de la colonne vertébrale (fig. 2). En situation postérieure et médiane, elle représente le seul pont osseux tendu de la cage thoracique au bassin. Les cinq vertèbres lombaires, très larges, unies par des disque […] Lire la suite

ACTINE

  • Écrit par 
  • Gérard BISERTE, 
  • Daniel TETAERT
  •  • 690 mots

L'actine est une protéine « universelle » qui a été identifiée dans le cytoplasme de nombreuses cellules eucaryotes différentes, aussi bien animales que végétales (par exemple, l'actine identifiée dans le cytoplasme de l'algue verte Nitella ). L'actine a été également mise en évidence parmi les protéines qui constituent l'enveloppe de virus ( Myxovirus influenza ). L'actine est caractérisée comme […] Lire la suite

ADRÉNALINE

  • Écrit par 
  • Jacques HANOUNE
  •  • 3 562 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Physiologie »  : […] Le rôle respectif des différents types de récepteurs adrénergiques dans les effets tissulaires intégrés des catécholamines est parfois difficile à élucider. En effet, ces récepteurs transmettent le plus souvent des messages divergents et modulent de manière opposée l'activité de la cellule cible. Dans beaucoup de systèmes expérimentaux, le type d'effet observé dépend de la concentration en adréna […] Lire la suite

ANESTHÉSIE

  • Écrit par 
  • Francis BONNET, 
  • François CHAST
  •  • 4 116 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Anesthésiques généraux »  : […] Les anesthésiques généraux peuvent être administrés selon deux modes : par voie intraveineuse ou par inhalation. Hypnotiques et adjuvants . Les hypnotiques sont des agents anesthésiques dont la propriété principale est de provoquer une perte de conscience (ou sommeil profond). Parmi les hypnotiques administrés par voie intraveineuse, on peut citer les barbituriques d'action rapide (thiopental =  […] Lire la suite

APONÉVROTIQUE TISSU

  • Écrit par 
  • Didier LAVERGNE
  •  • 271 mots

Tissu conjonctif fibreux constitué de plusieurs plans de fibres collagènes. Celles-ci sont parallèles entre elles dans un plan donné, mais d'un plan à un autre l'orientation des fibres est entrecroisée. Ainsi se constitue une trame jouant un rôle mécanique d'enveloppe souple et élastique. Cette enveloppe existe notamment autour d'organes tels que les muscles, dont les dimensions peuvent changer sa […] Lire la suite

BIOPHYSIQUE

  • Écrit par 
  • Claude Michel GARY-BOBO
  •  • 6 408 mots

Dans le chapitre « Analyse et synthèse des structures cytologiques »  : […] Les ensembles supramoléculaires, qui vont de l'association de quelques éléments bien définis aux architectures déjà très complexes comme des fragments isolés d'organites cellulaires, ne sont plus seulement le siège de phénomènes relativement élémentaires sous-tendant une fonction isolée, comme une activité enzymatique. Ils intègrent un grand nombre de processus chimiques et physiques d'où émergent […] Lire la suite

CERVELET

  • Écrit par 
  • Jean MASSION
  •  • 7 746 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Voies efférentes »  : […] Les voies efférentes du cervelet sont susceptibles d'agir sur l'ensemble de la musculature. Par l'intermédiaire des noyaux vestibulaires médian et supérieur, le vermis cérébelleux contrôle les mouvements des yeux, tandis que l'action sur la musculature de la tête et du corps s'effectue par les noyaux vestibulaires latéral, fastigial, interposé et dentelé. D'une manière générale, l'action des noy […] Lire la suite

CIRCULATOIRES (SYSTÈMES) - Les systèmes circulatoires des animaux

  • Écrit par 
  • Jean-Paul TRUCHOT
  •  • 4 516 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Composants fonctionnels des systèmes circulatoires »  : […] Tous les appareils circulatoires sont composés d'un ensemble de tubes, les vaisseaux, se ramifiant plus ou moins dans les tissus. Ces vaisseaux sont divisés en trois catégories d'après des critères anatomiques et physiologiques : les artères par lesquelles le sang quitte le cœur, les veines qui ramènent le sang au cœur et les capillaires formant des réseaux très fins interposés entre les artères […] Lire la suite

CONDITIONNEMENT

  • Écrit par 
  • Marc RICHELLE
  •  • 5 027 mots

Dans le chapitre « Le conditionnement opérant des organes internes »  : […] L'importance du conditionnement opérant dans l'adaptation des organismes à leur milieu par l'intermédiaire des conduites motrices – choisies comme réponses dans la plupart des expériences – a donné à penser que ledit conditionnement concernait exclusivement la musculature squelettique, instrument privilégié de la vie de relation chez les vertébrés, la musculature lisse des viscères étant suscepti […] Lire la suite

COUTEAUX RENÉ (1909-1999)

  • Écrit par 
  • Jacques TAXI
  •  • 1 099 mots

Né à Saint-Amand-les-Eaux (Nord), René Couteaux mena de front ses études de médecine et de sciences naturelles aux facultés de Lille, puis de Paris (1928-1933). Ayant toujours eu pour objectif la recherche scientifique, il entra dès 1932 au laboratoire de biologie expérimentale de la Sorbonne, dirigé par E. Rabaud. Très vite, il décida de se consacrer à l'étude de la zone de connexion entre la te […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean RAIMBAULT, Bernard SWYNGHEDAUW, « MUSCLES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 juillet 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/muscles/