ACTINE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'actine est une protéine « universelle » qui a été identifiée dans le cytoplasme de nombreuses cellules eucaryotes différentes, aussi bien animales que végétales (par exemple, l'actine identifiée dans le cytoplasme de l'algue verte Nitella). L'actine a été également mise en évidence parmi les protéines qui constituent l'enveloppe de virus (Myxovirus influenza).

L'actine est caractérisée comme étant un filament de 5 à 7 nanomètres d'épaisseur constitué par polymérisation de plusieurs monomères de G-actine. Le monomère de G-actine est une chaîne unipeptidique de 374 résidus d'acides aminés et dont le poids moléculaire est de 43 000 daltons environ. Les monomères de G-actine sont de petites particules subsphériques ayant la capacité de se disposer de façon à former une torsade à double brin : la F-actine. Une caractéristique importante des molécules de G-actine est de ne pas être sphérique de façon symétrique, si bien qu'il est possible de distinguer une partie antérieure et une partie postérieure. Lorsque les molécules d'actine s'assemblent en filament de F-actine, il est possible de reconnaître une polarité au filament. L'élongation du filament s'effectue toujours dans le même sens : la partie antérieure d'un monomère de G-actine s'assemble à la partie postérieure d'un autre monomère en respectant un certain angle et donnant cet aspect torsadé au filament.

L'actine participe à de nombreuses interactions moléculaires, mais celles-ci paraissent être fonctionnelles et importantes principalement dans la cellule musculaire. Les principales interactions de l'actine musculaire sarcomérique sont sa liaison aux cations divalents (Ca2+ ou Mg2+), sa liaison aux nucléotides (ATP ou ADP), son interaction avec le complexe tropomyosine et les facteurs troponines, et surtout son interaction avec la myosine. Avec la tête globulaire de la myosine, elle forme ces ponts entre filament épais et filament fin qui sont essentiels pour la production de la force lors de la contraction musculaire. Cette dernière propriété est d'ailleurs un moyen de cara [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages



Écrit par :

  • : chargé de recherche à l'I.N.S.E.R.M.
  • : professeur à l'université de Lille, directeur de l'Institut de recherches sur le cancer de Lille

Classification


Autres références

«  ACTINE  » est également traité dans :

AUDITION - Acoustique physiologique

  • Écrit par 
  • Pierre BONFILS, 
  • Yves GALIFRET, 
  • Didier LAVERGNE
  •  • 14 763 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « L'adaptation »  : […] Si l'on mesure le courant entrant dans une cellule ciliée du saccule de Grenouille, on constate qu'il n'est pas nul au repos : dans cette situation quelques canaux restent ouverts. Le fermeture complète peut être obtenue en dépolarisant la cellule. Si l'on incline les stéréocils (dans le sens positif), le courant entrant augmente brusquement mais, l'inclinaison étant maintenue, le courant diminue […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/audition-acoustique-physiologique/#i_30047

BIOPHYSIQUE

  • Écrit par 
  • Claude Michel GARY-BOBO
  •  • 6 408 mots

Dans le chapitre « Analyse et synthèse des structures cytologiques »  : […] Les ensembles supramoléculaires, qui vont de l'association de quelques éléments bien définis aux architectures déjà très complexes comme des fragments isolés d'organites cellulaires, ne sont plus seulement le siège de phénomènes relativement élémentaires sous-tendant une fonction isolée, comme une activité enzymatique. Ils intègrent un grand nombre de processus chimiques et physiques d'où émergent […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/biophysique/#i_30047

CELLULE - L'organisation

  • Écrit par 
  • Pierre FAVARD
  •  • 11 007 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Cytosquelette »  : […] Les structures fibreuses du cytosquelette intracellulaire sont des polymères protéiques : polymères de protéines globulaires pour les microtubules et les filaments d' actine, polymères de protéines fibreuses pour les filaments intermédiaires (fig. 6b) . Les microtubules sont constitués de 11 rangées de tubulines disposées comme les génératrices d'un cylindre, les filaments d'actine sont formés de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cellule-l-organisation/#i_30047

CELLULE - Les mouvements

  • Écrit par 
  • Michel BORNENS, 
  • Matthieu PIEL
  •  • 6 558 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La migration sur une surface »  : […] C'est le mouvement dit amiboïde parce que les amibes unicellulaires se déplacent en rampant sur des supports solides. De même, lorsque certaines cellules migrent dans le corps d'un animal, durant le développement de l'embryon ou dans l'organisme adulte, elles le font en glissant ou en rampant sur la surface des autres cellules ou sur la matrice extracellulaire. Le contact avec un support est néce […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cellule-les-mouvements/#i_30047

HISTOLOGIE

  • Écrit par 
  • Élodie BOUCHERON, 
  • Dominique CHRIQUI, 
  • Anne GUIVARC'H, 
  • Jacques POIRIER
  •  • 5 320 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Exemples en histologie animale »  : […] Nous nous limiterons à donner quelques exemples pour montrer en quoi l'histologie moléculaire a bouleversé les façons de voir de l'histologie traditionnelle. Désormais, il n'est plus question que d'identifier et de localiser in situ dans toutes les cellules et tissus, normaux ou pathologiques, les molécules du cytosquelette (actine, tubulines, cytokératines, etc.), les molécules d'adhérence (cadhé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/histologie/#i_30047

HUXLEY HUGH (1924-2013)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 399 mots

Le biologiste moléculaire anglais Hugh Huxley proposa en 1954 une théorie expliquant le mécanisme de la contraction musculaire. Hugh Esmor Huxley naît le 25 février 1924, à Birkenhead (Cheshire). Il commence des études de physique à l’université de Cambridge en 1941, mais doit rejoindre les forces armées en 1943. Il travaille alors sur la mise au point d’équipements radar pour la Royal Air Force […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hugh-huxley/#i_30047

HYPERTENSION

  • Écrit par 
  • Xavier JEUNEMAITRE, 
  • Jacques JULIEN, 
  • Jean-Baptiste MICHEL
  •  • 6 793 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Régulation du tonus vasculaire »  : […] La régulation de la vasomotricité artérielle dépend essentiellement du taux de calcium libre dans la cellule musculaire lisse : plus il y a de calcium libre, plus l'activité phosphorylante sur la chaîne légère de la myosine (cf. muscles ) et l'activité de pontage de la chaîne lourde de la myosine avec l'actine sont importantes. Or le taux de calcium libre intracellulaire […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hypertension/#i_30047

MUSCLES

  • Écrit par 
  • Jean RAIMBAULT, 
  • Bernard SWYNGHEDAUW
  •  • 12 918 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Le couplage excitation électrique-contraction »  : […] La contraction du sarcomère se déclenche à la suite d'un signal constitué par une variation de la concentration intracellulaire en calcium ([Ca] i ). Cette variation va renseigner le sarcomère sur la nature de l'impulsion reçue au niveau de la membrane de la cellule musculaire. La manière dont le [Ca] i va augmenter dans cette cellule sous l'effet d'un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/muscles/#i_30047

MYOCARDE ou MUSCLE CARDIAQUE

  • Écrit par 
  • Édouard CORABOEUF, 
  • Didier GARNIER, 
  • Bernard SWYNGHEDAUW
  •  • 6 192 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Histologie et ultrastructure »  : […] Le myocarde est un muscle rouge dont les cellules, en microscopie optique, paraissent striées transversalement car elles renferment des myofibrilles à zones sombres et claires. Les cellules myocardiques sont généralement de faible diamètre (10 micromètres environ), allongées (de 50 à 200 micromètres), et présentent des bifurcations à l'extrémité digitée desquelles un accolement a lieu avec les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/myocarde/#i_30047

SZENT-GYÖRGYI ALBERT (1893-1986)

  • Écrit par 
  • Michel PRIVAT DE GARILHE
  •  • 667 mots

Savant d'origine hongroise, Albert Szent-Györgyi, travaillant à l'université de Cambridge (1927-1929) et à la Mayo Foundation, à Rochester, Minnesota (1928), trouva et isola, à partir du suc de plantes et d'extraits des glandes surrénales, un agent réducteur organique, de formule C 6 H 8 O 6 , qu'il appela acide hexuronique. Quatre années plus tard, professeur de chimie médicale à l'université de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/albert-szent-gyorgyi/#i_30047

MITOSE

  • Écrit par 
  • Nina FAVARD
  •  • 6 509 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Mécanismes de la cytodiérèse »  : […] Mitose et cytodiérèse sont des événements distincts mais coordonnés dans le temps et dans l'espace . Mitose et cytodiérèse aboutissent ensemble à la formation de deux cellules filles de nouvelle génération issues de la division d'une cellule parentale. Les mécanismes de ces deux événements sont cependant bien distincts et nécessitent, comme on l'a vu plus haut, l'élaboration […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mitose/#i_30047

Pour citer l’article

Daniel TETAERT, Gérard BISERTE, « ACTINE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/actine/