MRP (Mouvement républicain populaire)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

On considère généralement que le courant démocrate-chrétien dont le Mouvement républicain populaire (M.R.P.) est issu a des racines politiques qui remontent à Lacordaire, à l'encyclique Rerum novarum du pape Léon XIII (1891) et au Sillon de Marc Sangnier. Plus précisément, Francisque Gay a fondé en 1920 un petit Parti démocrate populaire qui, s'il n'a guère eu de succès sur le plan parlementaire, a cependant bénéficié d'une certaine audience dans l'entre-deux-guerres, grâce en particulier à son quotidien L'Aube, auquel collaboraient notamment Georges Bidault et Maurice Schumann. Le M.R.P. proprement dit est né à Paris dans la clandestinité, le 16 janvier 1944, à l'instigation de Francisque Gay, de Gaston Tessier, de Georges Bidault et de Pierre-Henri Teitgen. En octobre 1944, tandis que Marc Sangnier est proclamé président d'honneur, Maurice Schumann est élu président. Les autres présidents seront successivement Georges Bidault (1948-1952), Pierre-Henri Teitgen (1952-1956), Pierre Pflimlin (1956-1959), André Colin (1959-1963), Jean Lecanuet (1963-1965), puis, avec le titre de secrétaire général, Joseph Fontanet (1965-1967).

Trois composantes principales constituent ce rassemblement qu'est le M.R.P. : militants politiques venus du Parti démocrate populaire, syndicalistes chrétiens et responsables des mouvements spécialisés d'Action catholique fédérés dans l'Association catholique de la jeunesse française. Bien qu'il recrute presque exclusivement dans l'aile marchante du catholicisme et qu'il procède d'une volonté déclarée de mettre fin au [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : président de la Fondation nationale des sciences politiques
  • : docteur ès sciences politiques, maître de conférences à l'Institut d'études politiques de Paris

Classification

Autres références

«  MRP (Mouvement républicain populaire)  » est également traité dans :

ABBÉ PIERRE HENRI GROUÈS dit L' (1912-2007)

  • Écrit par 
  • Jean-Claude PETIT
  •  • 1 087 mots

L'abbé Pierre, de son vrai nom Henri Grouès, voit le jour à Lyon le 5 août 1912. Il est le cinquième d'une famille de huit enfants qu'il qualifie lui-même de bourgeoise. Cette famille nombreuse lui vaudra d'avoir cent vingt-trois neveux et nièces, tous âges, tous degrés et toutes conditions confondus, qui lui demanderont de répondre à leurs questions à l'occasion du cinquantième anniversaire de s […] Lire la suite

BIDAULT GEORGES (1899-1983)

  • Écrit par 
  • Christian SAUVAGE
  •  • 915 mots
  •  • 3 médias

Homme politique français de la iv e République. Formé chez les jésuites. Georges Bidault fait des études à la faculté des lettres de Paris, qui déboucheront sur l'agrégation d'histoire. Il s'engage dans l'Association catholique de la jeunesse française. Proche du « Sillon » de Marc Sangnier, ce jeune enseignant goûte à la politique au Parti démocrate populaire. À partir de 1934, Georges Bida […] Lire la suite

BORNE ÉTIENNE (1907-1993)

  • Écrit par 
  • Pierre LETAMENDIA
  •  • 978 mots

Né à Manduel (Gard) d'un père répétiteur au collège de Béziers, Étienne Borne entre en 1926 à l'École normale supérieure, où il connaît Raymond Aron, Jean-Paul Sartre et Simone Weil, et fréquente le groupe “tala” de la rue d'Ulm. Il obtient en 1930 l'agrégation de philosophie, fait la connaissance du père Teilhard de Chardin ; marié en 1933, il sera père de cinq enfants. Tout en poursuivant une ca […] Lire la suite

BROUILLET RENÉ (1909-1992)

  • Écrit par 
  • Charles-Louis FOULON
  •  • 929 mots

Né à Cleppé (Loire), le 9 mai 1909, René Brouillet, fils d'instituteur, est élève de l'École normale supérieure et de l'École libre des sciences politiques avant de devenir, à vingt-sept ans, secrétaire général du Centre polytechnicien d'études économiques (« X-crise »). Auditeur à la Cour des comptes en 1937, il est nommé chef adjoint du cabinet du président du Sénat en 1939-1940. Pendant la Seco […] Lire la suite

CINQUIÈME RÉPUBLIQUE - La période gaullienne (1958-1969)

  • Écrit par 
  • Pierre BRÉCHON
  •  • 8 841 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « L'élection présidentielle de 1965 »  : […] Après la victoire gaulliste de 1962, il n'est guère possible d'envisager de renverser le gouvernement par la voie parlementaire ; les oppositions doivent donc surtout préparer la future échéance présidentielle, prévue pour décembre 1965. Et il est évidemment à peu près impossible de se faire élire en revendiquant le modèle de président que la France a connu avant 1958 ; il faut présenter un progra […] Lire la suite

COLIN ANDRÉ (1910-1978)

  • Écrit par 
  • Christian SAUVAGE
  •  • 761 mots

André Colin était né à Brest en 1910, et c'est là qu'il s'est éteint après une longue carrière politique partagée entre les responsabilités nationales et les responsabilités régionales. Député du Finistère de 1946 à 1958, sénateur depuis 1959, conseiller général d'Ouessant depuis 1951, président du conseil général du Finistère depuis 1964, succédant à René Pleven à la présidence du conseil régiona […] Lire la suite

COSTE-FLORET PAUL (1911-1979)

  • Écrit par 
  • Christian SAUVAGE
  •  • 961 mots

Né le 9 avril 1911 à Montpellier (Hérault) où il s'est éteint soixante-huit ans plus tard, Paul Coste-Floret a consacré sa vie au droit, à la politique et à la démocratie chrétienne. Avec fougue. Fils d'avocat, Paul Coste-Floret s'est engagé tout naturellement dans des études juridiques – doctorat, agrégation –, mais la guerre qui a marqué sa jeunesse n'allait pas tarder à déranger une carrière ap […] Lire la suite

DÉMOCRATIE CHRÉTIENNE

  • Écrit par 
  • Pierre LETAMENDIA
  • , Universalis
  •  • 6 252 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'Europe d'après guerre »  : […] Le retour de la démocratie en Autriche, en Allemagne et en Italie, la libération du reste de l'Europe et l'action de nombreux chrétiens contre le nazisme vont donner de nouvelles perspectives au catholicisme politique, qui dans de nombreux pays est de surcroît conforté par l'introduction du suffrage féminin. Les tendances catholiques autoritaires sont privées de légitimité par l'issue du conflit. […] Lire la suite

FONTANET JOSEPH (1921-1980)

  • Écrit par 
  • Christian SAUVAGE
  •  • 1 119 mots

Né le 9 février 1921 à Frontenex (Savoie), Joseph Fontanet a été marqué par ses montagnes et par sa foi. Un appel permanent à se surpasser et à se maîtriser. Ses études – doctorat en droit, H.E.C. – le marquent moins en effet que son christianisme qui s'incarne, dès 1937, à la J.E.C. où il milite ardemment. C'est là que mûrit l'homme, que se forge son caractère, que s'affirment ses goûts. Sa vie e […] Lire la suite

GAUCHE SOCIALISTE EN FRANCE DEPUIS 1945

  • Écrit par 
  • Rémi LEFEBVRE
  •  • 10 051 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Les contradictions du « molletisme » (1945-1971) »  : […] La SFIO traverse la IV e  République de manière paradoxale . Alors qu’elle devient un parti de gouvernement et qu’elle intègre pleinement le système politique et institutionnel, elle ne renonce pas à ses références marxistes. Elle participe à de nombreuses coalitions gouvernementales, mais voit s’amorcer puis s’amplifier son déclin électoral. Guy Mollet domine le parti – il en est le secrétaire g […] Lire la suite

Pour citer l’article

René RÉMOND, Guy ROSSI-LANDI, « MRP (Mouvement républicain populaire) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 juillet 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/mrp-mouvement-republicain-populaire/