SANGNIER MARC (1873-1950)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Adolescent au collège Stanislas, jeune militaire à Versailles, étudiant à Polytechnique, toujours l'on retrouve Sangnier organisant des réunions dont le but est de rapprocher le favorisé et le démuni, l'ouvrier et l'étudiant, le gradé et le soldat, et de susciter la discussion.

Abandonnant très vite la carrière militaire pour se consacrer à son idéal, qui n'est pas encore une idéologie, Sangnier prend la direction d'une revue fondée avec quelques amis, Le Sillon. Fruit d'un petit cercle d'intellectuels, la revue devient un mouvement d'éducation populaire ; il s'agit de « concilier le spiritualisme chrétien et les revendications populaires pour la justice sociale ». Léon XIII, puis Pie X manifestent leur sympathie au Sillon. Dans ces années où la vague anticléricale est puissante, le mouvement de Sangnier se développe rapidement, les cercles se multiplient et, dès 1905, un second organe de démocratie chrétienne est lancé, L'Éveil démocratique. À gauche, on reproche à Sangnier de n'être pas un ennemi de l'Église, à droite d'être républicain. En 1908, il se trouve à la tête d'un quotidien, La Démocratie, mais, après un échec aux élections de 1909, Sangnier doit affronter un autre verdict : le Vatican le rappelle à l'ordre, à une plus rigoureuse orthodoxie, à une plus totale reconnaissance de l'autorité des évêques. Sangnier se soumet, et Le Sillon disparaît.

En 1919, continuant sa lutte, Sangnier est élu député de Paris, mais il ne parvient pas à créer le grand parti de démocratie chrétienne dont il rêve et il n'est pas réélu en 1924. Il participe néanmoins aux événements politiques par ses articles et par ses discours, et voit un grand espoir dans la victoire du Front populaire. Pour beaucoup, il reste un maître à penser ; dans le cadre de la Ligue de la jeune république, son influence n'est pas négligeable. La guerre le contraint à une retraite qu'il n'envisageait pas ; il abandonne ses activités cependant que son imprimerie de La Démocratie devient un lieu de travail pour des mouvements de résistance. Arrêté en 1944 par la Gestapo, il connaît, après la guerre, un renouveau de vie politique. Membre d'honneur du M.R.P., il est élu député en 1946. Mais, ni au Parlement ni dans le nouveau parti, il n'a désormais un rôle très efficace.

—  Pierre-Robert LECLERCQ

Écrit par :

Classification


Autres références

«  SANGNIER MARC (1873-1950)  » est également traité dans :

DÉMOCRATIE CHRÉTIENNE

  • Écrit par 
  • Pierre LETAMENDIA
  • , Universalis
  •  • 6 251 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un courant politique original »  : […] Au départ, il y a ce conflit triangulaire qui, au long du xix e  siècle, oppose catholicisme, libéralisme et socialisme. Il est à l'origine des trois courants essentiels de la vie politique européenne, lorsque la compétition électorale, une fois le suffrage censitaire abandonné, met en jeu des partis organisés faisant appel au suffrage populaire. Du début du xix e  siècle à une époque récente, le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/democratie-chretienne/#i_3915

SILLON LE

  • Écrit par 
  • Pierre-Robert LECLERCQ
  •  • 839 mots

Contemporain des troubles dus à la politique anticléricale qui aboutira à la loi de séparation de l'Église et de l'État, Le Sillon s'inspire des enseignements de l'encyclique Rerum novarum et de la politique dite du ralliement, qui marqua le pontificat de Léon XIII. C'est le porte-parole d'une démocratie chrétienne qui entend politiquement et socialement affirmer la présence de l'Église aux prob […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-sillon/#i_3915

Pour citer l’article

Pierre-Robert LECLERCQ, « SANGNIER MARC - (1873-1950) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/marc-sangnier/