LECANUET JEAN (1920-1993)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né à Rouen, dans un milieu modeste, Jean Lecanuet s'est orienté vers des études littéraires. Diplômé d'études supérieures de lettres et, à vingt-deux ans, plus jeune agrégé de France, il est nommé professeur de philosophie à Douai et à Lille. Il s'engage bientôt dans la Résistance et dans la clandestinité. À la Libération, Jean Lecanuet est inspecteur général au ministère de l'Information ; il milite au M.R.P. et devient successivement directeur de cabinet des ministres de l'Information, de la Marine marchande, de l'Économie nationale, de l'Intérieur et des Finances sous la IVe République (onze postes en dix ans). Élu député de la Seine-Inférieure, l'actuelle Seine-Maritime (1951), battu aux élections législatives de 1956, il devient maître des requêtes au Conseil d'État. Il tente à nouveau sa chance à l'Assemblée en 1958 et en 1968 sans succès, et trouve refuge au Sénat en 1959 où il restera jusqu'en 1973. Président du M.R.P. depuis 1963, il affronte le général de Gaulle à l'élection présidentielle de 1965 et contribue à mettre en ballottage le fondateur de la Ve République, alors à son zénith, en recueillant 15,57 p. 100 des voix au premier tour. C'est la naissance d'une carrière.

Fondateur du Centre démocrate (1966), Jean Lecanuet tente de faire vivre un centrisme d'opposition malgré un mode de scrutin qui favorise la bipolarisation. Contrairement à Jacques Duhamel, qui crée alors le Centre démocratie et progrès (C.D.P.), il ne se rallie pas à Pompidou en 1969. Il fonde avec Jean-Jacques Servan-Schreiber, en 1972, le Mouvement réformateur. En 1973, il est à nouveau député. Sa constance politique est récompensée en 1974 avec l'élection de Valéry Giscard d'Estaing. Il entre au gouvernement comme garde des Sceaux jusqu'en 1976 où il devient ministre d'État chargé du Plan et de l'Aménagement du territoire.

Après le remaniement ministériel qui écarte — six mois plus tard — les ministres politiques, Jean Lecanuet redevient sénateur (1977-1986) et prend pour dix ans (1978-1988) la direction d'un vaste rassemblement libéral et centriste, l'Union pour la démocratie française (U.D.F.), le parti du président Giscard d'Estaing, qui tente de faire contrepoids au R.P.R. de Jacques Chirac. L'une de ses principales composantes est le C.D.S., Centre des démocrates sociaux, qui a fusionné en 1976 avec le Centre démocrate et le C.D.P., et se distingue par son engagement européen. Écarté du Quai d'Orsay par la volonté du chef de l'État lors de la formation du gouvernement de première cohabitation (1986), il cède le siège de député qu'il vient de conquérir et reprend au Sénat, où il se fait élire quelques mois plus tard, la présidence de la commission des Affaires étrangères et des Forces armées qu'il avait déjà exercée entre 1971 et 1973.

Attaché à sa Normandie, Jean Lecanuet était conseiller général de Seine-Maritime depuis 1958, maire de Rouen depuis 1968, président du Conseil général de Seine-Maritime depuis 1974. Il est cosignataire d'un livre : Le Projet réformateur (1973).

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  LECANUET JEAN (1920-1993)  » est également traité dans :

ABELIN PIERRE (1909-1977)

  • Écrit par 
  • Christian SAUVAGE
  •  • 665 mots

Né à Poitiers, c'est dans la Vienne que Pierre Abelin fera, à partir de la Libération, une longue carrière politique. Mais si son énergie fut centrée sur la politique, c'est dans les affaires qu'il débuta et réussit d'abord. Autant que les mandats et les portefeuilles ministériels, ce docteur en droit collectionna les titres d'administrateur de sociétés et les responsabilités dans l'industrie. Il […] Lire la suite

CINQUIÈME RÉPUBLIQUE - La période gaullienne (1958-1969)

  • Écrit par 
  • Pierre BRÉCHON
  •  • 8 841 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « L'élection présidentielle de 1965 »  : […] Après la victoire gaulliste de 1962, il n'est guère possible d'envisager de renverser le gouvernement par la voie parlementaire ; les oppositions doivent donc surtout préparer la future échéance présidentielle, prévue pour décembre 1965. Et il est évidemment à peu près impossible de se faire élire en revendiquant le modèle de président que la France a connu avant 1958 ; il faut présenter un progra […] Lire la suite

DÉMOCRATIE CHRÉTIENNE

  • Écrit par 
  • Pierre LETAMENDIA
  • , Universalis
  •  • 6 252 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'Europe d'après guerre »  : […] Le retour de la démocratie en Autriche, en Allemagne et en Italie, la libération du reste de l'Europe et l'action de nombreux chrétiens contre le nazisme vont donner de nouvelles perspectives au catholicisme politique, qui dans de nombreux pays est de surcroît conforté par l'introduction du suffrage féminin. Les tendances catholiques autoritaires sont privées de légitimité par l'issue du conflit. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Christian SAUVAGE, « LECANUET JEAN - (1920-1993) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 juillet 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-lecanuet/