SCHUMAN ROBERT (1886-1963)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Il fut l'un des principaux hommes d'État dans la France de l'après-guerre. Né de parents lorrains établis à Luxembourg, après des études dans les facultés de droit allemandes, il entreprit, au lendemain de la Grande Guerre, une carrière politique en France et se vit élire député de la Moselle dès 1919 ; de 1924 à 1938, il siégea à la Chambre des députés dans les rangs des démocrates-populaires. En 1940, il vote les pleins pouvoirs au maréchal Pétain, mais manifeste son hostilité aux nazis, qui l'emprisonnent. Il s'évade en 1942, participe à la fondation du Mouvement républicain populaire et se trouve élu, puis réélu sans discontinuer à l'Assemblée nationale de 1945 à 1962. Au lendemain de la Libération, le voici ministre des Finances, ministre des Affaires étrangères, plusieurs fois président du Conseil, enfin président (1958), puis président d'honneur de l'Assemblée parlementaire européenne. Son rôle politique est primordial. Pourtant, au-delà des péripéties qui marquent sa carrière, il restera le fondateur de la C.E.C.A. (Communauté européenne du charbon et de l'acier) et l'un des pères de l'Europe. Schuman croyait profondément à la nécessité d'une réconciliation franco-allemande : le moment était particulièrement bien choisi, estimait-il, puisque Konrad Adenauer assumait la direction de la nouvelle République fédérale et que les chrétiens-démocrates français étaient au pouvoir ; aux nécessités politiques s'ajouteraient les convictions catholiques des uns et des autres. Leur origine chrétienne formerait le ciment de l'unité entre les pays d'Europe occidentale.

Aussi Schuman prêta-t-il une oreille attentive au projet que lui soumit Jean Monnet ; il en prit la responsabilité et ce fut le « plan Schuman » : Allemagne et France constituaient une union douanière pour le charbon et l'acier, d'autres nations étaient invitées à se joindre à elle ; une autorité supranationale était instaurée. Ce fut un succès que l'échec de la C.E.D. (Communauté européenne de défense) faillit compromettre, mais que l'établissement du Marché commun confirma.

En revanche, l'erreur de Robert Schuman fut de négliger les affaires d'outre-mer et de laisser la France s'engluer dans la guerre d'Indochine et dans les intrigues nord-africaines. Elle fut aussi peut-être d'avoir négligé la force du sentiment national capable de retarder, sinon d'empêcher, une réelle union politique de l'Europe.

—  André KASPI

Écrit par :

  • : professeur d'histoire de l'Amérique du Nord à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne

Classification


Autres références

«  SCHUMAN ROBERT (1886-1963)  » est également traité dans :

AFRIQUE (Histoire) - Les décolonisations

  • Écrit par 
  • Marc MICHEL
  •  • 12 312 mots
  •  • 25 médias

Dans le chapitre « Le Maroc et la Tunisie »  : […] Au moment où la Libye accédait à l'indépendance et allait grossir les rangs du groupe afro-asiatique à l'O.N.U., les questions marocaine et tunisienne faisaient irruption sur cette même scène dans des conditions infiniment plus dramatiques. Les positions de départ avaient été clairement affirmées à travers les manifestes de l' Istiqlāl en 1943, puis celui, en août 1946, du Front national tunisien, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/afrique-histoire-les-decolonisations/#i_4936

CHANGE - L'intégration monétaire européenne

  • Écrit par 
  • Christian BORDES
  •  • 14 236 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « L'Organisation européenne de coopération économique et le plan Marshall »  : […] Pour traiter ce problème, le gouvernement américain décide d'accorder son aide et ses crédits sur une base multilatérale pour régénérer l'Europe occidentale en tant que bloc intégré. Le Programme de reconstruction européenne (P.R.E.) est approuvé par le Congrès américain en avril 1948. Lorsque l'Administration demande au Congrès d'approuver le P.R.E., elle prône également la création d'une organis […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/change-l-integration-monetaire-europeenne/#i_4936

DÉMOCRATIE CHRÉTIENNE

  • Écrit par 
  • Pierre LETAMENDIA
  • , Universalis
  •  • 6 251 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'Europe d'après guerre »  : […] Le retour de la démocratie en Autriche, en Allemagne et en Italie, la libération du reste de l'Europe et l'action de nombreux chrétiens contre le nazisme vont donner de nouvelles perspectives au catholicisme politique, qui dans de nombreux pays est de surcroît conforté par l'introduction du suffrage féminin. Les tendances catholiques autoritaires sont privées de légitimité par l'issue du conflit. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/democratie-chretienne/#i_4936

EUROPE - Histoire de l'idée européenne

  • Écrit par 
  • Jean-Baptiste DUROSELLE, 
  • Alfred GROSSER
  •  • 10 490 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Premiers projets d'intégration : C.E.C.A. et C.E.D. »  : […] La spécificité créatrice n'apparaît vraiment que le 9 mai 1950, avec le « plan Schuman », proposant la création de la Communauté européenne du charbon et de l'acier (C.E.C.A.). Jusqu'alors, la politique allemande de la France avait consisté à céder sous la pression et à contrecœur aux demandes américaines. C'est à juste titre que le chancelier Adenauer enverra une lettre manuscrite à Robert Schum […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/europe-histoire-de-l-idee-europeenne/#i_4936

MONNET JEAN (1888-1979)

  • Écrit par 
  • Pierre GERBET
  •  • 2 041 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La construction européenne »  : […] C'est pourquoi Monnet se tourna vers un autre partenaire : la jeune république fédérale d'Allemagne avec laquelle la France devait se rapprocher, condition indispensable pour pouvoir construire une Europe solide. Robert Schuman, ministre français des Affaires étrangères, le souhaitait, de même que le chancelier Adenauer. Mais par où commencer l'édification d'une Europe à base franco-allemande ? J […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-monnet/#i_4936

M.R.P. (Mouvement républicain populaire)

  • Écrit par 
  • René RÉMOND, 
  • Guy ROSSI-LANDI
  •  • 840 mots

On considère généralement que le courant démocrate-chrétien dont le Mouvement républicain populaire (M.R.P.) est issu a des racines politiques qui remontent à Lacordaire, à l'encyclique Rerum novarum du pape Léon XIII (1891) et au Sillon de Marc Sangnier. Plus précisément, Francisque Gay a fondé en 1920 un petit Parti démocrate populaire qui, s'il n'a guère eu de succès sur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mouvement-republicain-populaire/#i_4936

Les derniers événements

9 novembre 1988 • FranceEntrée de Jean Monnet au Panthéon

Cent ans exactement après sa naissance à Cognac et neuf ans après sa mort, les cendres de Jean Monnet sont transférées au Panthéon. Au cours de la cérémonie est honoré celui qui, en 1950, inspira à Robert Schuman l'idée d'une Communauté européenne du charbon et de l'acier (C.E.C.A.), première [...] Lire la suite

Pour citer l’article

André KASPI, « SCHUMAN ROBERT - (1886-1963) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/robert-schuman/