DIVORCE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le divorce est la rupture, consacrée par le droit, du mariage. Ce caractère le distingue nettement de la séparation de corps qui ne rompt pas le lien matrimonial, mais fait seulement disparaître l'obligation de cohabitation, et de la séparation de fait qui laisse juridiquement le mariage intact, mais qui est un phénomène sociologique se traduisant par une division matérielle et volontaire de l'habitation. La question du divorce, a-t-on dit, divise une nation : c'est que les données sociales y sont fondamentales ; une fois admis le principe que, dans un État laïque, le mariage n'est pas indissoluble, on peut se montrer plus ou moins favorable au divorce, soit par le moyen de l'admission d'un nombre réduit ou élevé de causes de dissolution, soit par la création d'une procédure simple et rapide, ou lente et onéreuse. Dans ce débat, les pires arguments se mêlent aux meilleurs, tant est difficile l'évacuation des préjugés : il n'est guère raisonnable d'user de l'argument nataliste pour combattre le divorce – les conséquences démographiques n'ont jamais été démontrées – ni de l'argument hédoniste pour l'encourager : le droit ne peut avoir pour objectif majeur le bonheur des individus, dont il n'est d'ailleurs pas prouvé qu'il puisse être atteint par la constatation de l'échec. Il est plus convaincant d'invoquer l'effet d'incitation à la dissolution de la famille qui résulte de l'existence d'un divorce facilité : les brouilles, d'ordre parfois mineur, s'exacerbent si peut être invoquée la menace du divorce, puis le passage à l'acte ; il est aussi a priori plus judicieux de rechercher l'intérêt des enfants mineurs nés du mariage, mais, à cet égard, la nuance s'impose : si de nombreux jeunes seront traumatisés par cet éclatement de la cellule familiale, le maintien d'un mariage où tout est objet de querelles est souvent pour eux source de graves déséquilibres.

La question du divorce doit par ailleurs être placée dans le contexte contemporain de la diversité des modes de conjugalité. Le concubinage et le pacte civil de solidarité peuvent en effet être dissous par la seule manifestation de la volonté d'un des membres du couple, laquelle ne devra d'ailleurs obéir à aucun formalisme pour ce qui est du concubinage et à un formalisme minimaliste pour ce qui est du pacte civil de solidarité. Selon que l'on voudra rapprocher le mariage des autres modes de conjugalité ou au contraire l'en éloigner, on choisira de faciliter ou non l'accès des époux au divorce. Face en effet au libéralisme qui caractérise le pacte civil de solidarité et le concubinage, pour ce qui est de leur rupture, la question s'est posée de savoir s'il fallait, pour que le mariage conserve son statut de modèle, assouplir son régime ou au contraire maintenir sa spécificité. Le choix du législateur moderne reste, aujourd'hui encore, de ne pas faire du mariage un simple contrat pouvant être dissous par le seul jeu de la volonté de ceux qui l'ont souscrit, mais bien une institution marquée par un entrelacs de droits et de devoirs. C'est la raison pour laquelle il a été décidé de ne pas renoncer au contrôle judiciaire sur le divorce.

La physionomie du divorce façonne en réalité la physionomie du mariage. Admettre, en effet, que le divorce puisse être obtenu par la seule volonté d'un époux fragilise à l'évidence les obligations découlant du mariage. Quel poids accorder à l'obligation de communauté de vie lorsque la séparation des époux pendant plus de deux ans permet à l'un ou l'autre d'entre eux de demander, et d'obtenir le divorce ? Qu'en est-il de l'obligation d'assistance lorsqu'un époux malade peut se voir imposer, sans que le juge ne puisse en décider autrement, le divorce voulu par son conjoint ?

Le rôle accordé à la volonté individuelle donne toutefois à l'engagement du mariage un caractère volontaire et renouvelé, et celui qui souscrit et maintient les liens matrimoniaux alors qu'il pourrait les rompre leur confère une valeur d'autant plus importante. La conception d'un divorce fondé sur la volonté des époux ou sur le constat d'un échec de l'union matrimoniale, ce qui revient souvent au même, renforce en outre l'idée que le mariage doit être le cadre de l'épanouisse [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 14 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  DIVORCE  » est également traité dans :

ANTIQUITÉ - Le droit antique

  • Écrit par 
  • Jean GAUDEMET
  •  • 11 963 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le droit familial »  : […] Il est beaucoup moins bien connu que pour Babylone, car à l'absence de documents de la pratique s'ajoute le caractère très fragmentaire de la réglementation législative donnée par le code hittite. Les renseignements les moins incomplets concernent le mariage. La monogamie est probable, encore qu'elle ne soit pas observée par le roi. Les conditions de fond et de forme du mariage sont mal connues. M […] Lire la suite

COUPLE

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques LEMOULAND
  •  • 5 050 mots

Dans le chapitre « Évolution du mariage »  : […] Le mariage n'est pas défini dans le Code civil et il ne l'a jamais été. A minima, la doctrine s'accordait pour considérer qu'il s'agit de l'union solennelle d'un homme et d'une femme, source de droits et d'obligations. Le Code civil fixe les conditions de formation du mariage, ses effets ainsi que les modalités de sa dissolution. À tous les niveaux, mais dans des proportions variables, les modif […] Lire la suite

CRIMINOLOGIE

  • Écrit par 
  • Jacques LÉAUTÉ
  •  • 8 832 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le relâchement des freins moraux »  : […] Parmi les déclins néfastes, le recul de la pratique religieuse a été présenté au début du xx e  siècle par Tarde comme un facteur criminogène ( La Criminalité comparée , 1910). Cet auteur pensait que la déchristianisation s'accompagnait d'un recul de la moralité sans remplacement par un autre facteur d'éducation morale. Son point de vue, cependant, n'était pas partagé par d'autres criminologues, […] Lire la suite

DROIT CIVIL DES PERSONNES (France) - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Christian HERMANSEN
  •  • 616 mots

1792 Sécularisation de l'état civil (naissance, mariage, décès) et institution d'un régime de divorce soit par consentement mutuel, soit sur demande de l'un des époux (notamment pour incompatibilité d'humeur), où les conjoints sont traités à égalité. 1804 Promulgation du Code civil, dit Code Napoléon. À côté du divorce, la séparation de corps est prévue. La femme mariée est réputée juridiquement i […] Lire la suite

ENFANCE (Situation contemporaine) - Le droit de l'enfant

  • Écrit par 
  • Alain BRUEL
  •  • 9 294 mots

Dans le chapitre « Définition de l'autorité parentale »  : […] Aux termes de l'article 371-1, dans sa rédaction du 4 mars 2002, « l'autorité parentale est un ensemble de droits et de devoirs ayant pour finalité l'intérêt de l'enfant. Elle appartient aux père et mère jusqu'à sa majorité ou son émancipation, pour le protéger dans sa sécurité, sa santé et sa moralité, pour assurer son éducation et permettre son développement dans le respect dû à sa personne. Le […] Lire la suite

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Le territoire et les hommes) - Le droit

  • Écrit par 
  • André TUNC
  •  • 2 444 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Rapports entre droits d'États »  : […] Entre les États, la règle est l'égalité (en matière juridique, sinon dans le nombre des sièges dont ils disposent à la Chambre des représentants), l'indépendance, le respect réciproque. Non que tout conflit soit exclu. Le problème du divorce au Nevada est un exemple bien connu. La Constitution fédérale, en effet, impose à chaque État de reconnaître « pleine foi et entier crédit » aux lois et juge […] Lire la suite

FAMILLE - Sociologie

  • Écrit par 
  • Rémi LENOIR
  •  • 5 316 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Déclin de la « famille patrimoniale », montée de la famille éducative »  : […] Toutes ces mesures ont pour point commun de prendre acte des transformations des rapports familiaux qui ne sont pas sans relation avec l'évolution des fondements économiques et sociaux des structures familiales depuis plus d'un siècle. En effet, si l'assise patrimoniale de la famille reste prédominante dans les fractions économiques des classes moyennes (commerçants, agriculteurs) et supérieures ( […] Lire la suite

FAMILLE - Le droit de la famille

  • Écrit par 
  • Catherine LABRUSSE-RIOU
  • , Universalis
  •  • 6 941 mots

Dans le chapitre « Constitution et dissolution des liens familiaux »  : […] La famille et par conséquent son droit sont construits sur deux données de nature mais aussi de culture : le mariage ou plus largement le couple, et la filiation, à partir desquels se créent les liens d'alliance et de parenté. L'établissement de ces liens, conformément aux règles juridiques, est essentiel en ce qu'il définit à la fois la forme ou la structure de la famille mais aussi l'état des p […] Lire la suite

FAMILLE - Économie de la famille

  • Écrit par 
  • Catherine SOFER
  •  • 5 322 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'analyse économique du divorce »  : […] Plus encore que l'analyse économique du mariage, celle du divorce a des conséquences importantes en termes de politiques sociales et juridiques. Notons tout d'abord que le modèle précédent de marché du mariage débouche très naturellement sur la possibilité du divorce : au moment du mariage, les deux époux n'ont qu'une information limitée, aussi bien sur les caractéristiques de leur conjoint(e), q […] Lire la suite

FAMILLE - Évolution contemporaine

  • Écrit par 
  • Abel JEANNIÈRE, 
  • François de SINGLY
  •  • 9 788 mots

Dans le chapitre « Une règle morale, le respect de tous les membres de la famille »  : […] La dévalorisation relative de la transmission entre les générations de la morale perçue comme traditionnelle avec l'imposition de l'obéissance aux formes les plus rigides de l'autorité ne signifie pas que, dans les familles contemporaines, règne le laisser-faire. La démocratie a gagné du terrain, les petits comme les grands participent aux décisions, sans confusion des places et des rôles. Le poid […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

24 mai 2019 Irlande. Référendum sur les conditions du divorce.

 100 des suffrages, l’abrogation de la mention inscrite dans la Constitution imposant une séparation de corps de quatre années préalablement au divorce. Une loi ordinaire doit fixer une nouvelle durée. Le taux de participation est de 50,8 p. 100. Le divorce a été légalisé par référendum en novembre 1995. […] Lire la suite

29-31 mars 2019 Italie. Réunion du Congrès mondial des familles à Vérone.

Du 29 au 31 se déroule à Vérone (Vénétie) la treizième édition du Congrès mondial des familles (WCF), une organisation chrétienne américaine qui défend la « famille naturelle » contre l’avortement, le divorce, le mariage entre personnes de même sexe et les revendications LGBT. Pour la première fois, un rassemblement du WCF en Europe est soutenu par un gouvernement – le vice-Premier ministre Matteo Salvini (Ligue), ainsi que les ministres de la Famille et de l’Instruction, et deux présidents de région y assistent. […] Lire la suite

8-29 janvier 2019 Royaume-Uni. Rejet de l'accord sur le Brexit par le Parlement.

Le 22, dans un entretien avec la presse, le négociateur en chef du Brexit pour l’UE, Michel Barnier, confirme que l’accord conclu est « le seul traité de divorce possible » et exclut de revenir sur le backstop. Il n’envisage un report de la date de sortie du Royaume-Uni de l’UE que si celui-ci est justifié, limité dans le temps et qu’il ne perturbe pas la tenue des élections européennes. […] Lire la suite

22 août 2017 Inde. Interdiction de la répudiation express des épouses musulmanes.

La Cour suprême interdit le divorce par répudiation express de l’épouse en vigueur dans la communauté musulmane. Il suffisait à un homme de prononcer trois fois « talāq » – « Je divorce » – pour se séparer de sa femme. La Cour juge cette pratique contraire aux principes constitutionnels d’égalité devant la loi et de liberté individuelle. […] Lire la suite

1er-8 juillet 2017 France. Lancement du mouvement de Benoît Hamon.

Il affirme que cette décision « personnelle » n’est pas un « divorce », mais une « nouvelle étape ». C’est la seconde défection de poids au PS depuis l’élection présidentielle, après celle de Manuel Valls en juin. Le 8, le congrès national du PS nomme une direction collégiale provisoire de seize membres parmi lesquels figure le député de la Loire Régis Juanico, proche de Benoît Hamon. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Claude COLOMBET, Adeline GOUTTENOIRE, « DIVORCE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/divorce/