MENDÈS FRANCE PIERRE (1907-1982)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

« Je n'aime pas ce vocabulaire », disait Pierre Mendès France quand on parlait de mendésisme (lettre publiée in Mendès France, de Jean Lacouture, p. 535). Il n'y a pas de système Mendès France. Il y a un homme Mendès France, qui a marqué l'histoire par son caractère plus que par ses idées. Il a été la conscience de toute une génération. Il a incarné la vertu, au sens romain du terme. « Je n'estime que les gens qui me résistent mais je ne peux pas les supporter », lui aurait dit de Gaulle au moment de leur rupture de 1945. François Mauriac y verra la seule erreur du général, le comparant alors à Jeanne d'Arc abandonnée par ses voix.

Pierre Mendès France

Photographie : Pierre Mendès France

Pierre Mendès France, Premier ministre et ministre des Affaires étrangères en 1954-1955. 

Crédits : Baron/ Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Dix ans plus tard, quand la nation s'enlise dans l'affaire d'Indochine, Pierre Mendès France prend la voix de Cassandre pour annoncer le désastre inévitable. Diên Biên Phu consommé, des députés aux abois lui confient le pouvoir pour sept mois et dix-sept jours. Il y pratique un nouveau style de gouvernement. Les causeries au coin du feu remplacent les intrigues de couloirs. Le président du Conseil gagne la confiance des citoyens, qui lui fait perdre celle de leurs représentants. Ni les premiers ni les seconds n'oublieront ce météore qui a si vite traversé le ciel de la République. Dans les derniers temps de la IVe, dans les premiers de la Ve, il devient le recours de toutes les « nouvelles gauches » qui se cherchent entre une S.F.I.O. agonisante et un Parti communiste enlisé dans le stalinisme. Il ne parviendra jamais à être leur rassembleur. Sans l'oublier, elles se tourneront vers François Mitterrand en 1965.

L'échec découvre l'autre face d'un destin contradictoire que François Bloch-Lainé résume ainsi : « L'attrait, le rayonnement, le respect [...] et l'échec [...]. L'intelligence, la rigueur, la loyauté du raisonnement entraînent l'adhésion. Mais [...] le rejet de toute ruse utile traduit, semble-t-il, un goût d'avoir raison plus fort que le désir d'aboutir. » Ce haut fonctionnaire ajoute aussitôt que ses collègues et lui ont connu très peu – à peu près pas – d'autres « hommes politiques qui allassent si lucidement au fond des dossiers, et si clairement jusqu'à la formulation des conclusions ». Il conclut : « Nous sommes nombreux à avoir, tant bien que mal, fait du Mendès trente années durant, plus ou moins en liaison avec ce porteur de flambeau solitaire. » À quoi ce dernier répond : « Le devoir d'un responsable ne consiste pas à louvoyer, à ménager sans cesse les uns et les autres, en sacrifiant ainsi l'intérêt de la collectivité tout entière. Il exige des choix, des déterminations claires, avec la volonté de s'y tenir, dans l'opposition comme au pouvoir. »

La riposte décrit bien le caractère de l'homme. Elle éclaire sa popularité en même temps que sa paralysie dans un régime qui exigeait des méthodes exactement contraires pour parvenir au gouvernement et en tirer le maximum possible. Elle étonne de la part d'un fidèle du parlementarisme français traditionnel et du parti qui l'incarnait en le symbolisant : le Parti radical. N'oublions pas que Pierre Mendès France a voté « non-non » au référendum de 1945 : c'est-à-dire pour le retour pur et simple à une IIIe République dont il a toujours gardé la nostalgie. Mis « hors du Parti radical » en 1954, il tentera de s'intégrer à la famille socialiste en adhérant au P.S.A. fondé par des dissidents de la S.F.I.O., puis au P.S.U. qui en fut l'élargissement. Mais il y restera un marginal qui reprendra vite sa liberté. Il était allergique aux organisations disciplinées qui caractérisent notre époque. Il leur préférait les formations souples comme celle de la rue de Valois.

Un homme, une vie politique

Les années de formation

Né à Paris dans une famille d'origine juive ashkénaze de commerçants aisés, docteur en droit, diplômé de l'École libre des sciences politiques, Mendès France est le plus jeune avocat de France lorsqu'il s'inscrit au barreau, le plus jeune député lorsqu'il est élu dans l'Eure en 1932, et le plus jeune membre du gouvernement lorsqu'il entre dans le second cabinet de Léon Blum, en mars 1938, comme sous-secrétaire d'État au Trésor.

Il a défendu, jeune étudiant, dans sa thèse de droit, une conception internationaliste des finances. Très vite, il s'est lié au groupe maçonnique Littré-Condorcet et à la Ligue d'action univer [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Médias

Pierre Mendès France

Pierre Mendès France
Crédits : Baron/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Diên Biên Phu et accords de Genève, 1954

Diên Biên Phu et accords de Genève, 1954
Crédits : The Image Bank

video

Afficher les 2 médias de l'article

Écrit par :

Classification

Autres références

«  MENDÈS FRANCE PIERRE (1907-1982)  » est également traité dans :

AFRIQUE (Histoire) - Les décolonisations

  • Écrit par 
  • Marc MICHEL
  •  • 12 323 mots
  •  • 25 médias

Dans le chapitre « Le Maroc et la Tunisie »  : […] Au moment où la Libye accédait à l'indépendance et allait grossir les rangs du groupe afro-asiatique à l'O.N.U., les questions marocaine et tunisienne faisaient irruption sur cette même scène dans des conditions infiniment plus dramatiques. Les positions de départ avaient été clairement affirmées à travers les manifestes de l' Istiqlāl en 1943, puis celui, en août 1946, du Front national tunisien, […] Lire la suite

ALGÉRIE

  • Écrit par 
  • Charles-Robert AGERON, 
  • Sid-Ahmed SOUIAH, 
  • Benjamin STORA, 
  • Pierre VERMEREN
  •  • 42 226 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « L'insurrection de novembre 1954 »  : […] En 1954, l'Algérie constitue trois départements français. Beaucoup plus, donc, qu'une colonie lointaine comme le Sénégal, ou que la Tunisie, simple protectorat. Il semble hors de question d'abandonner un territoire rattaché à la France depuis cent trente ans, avant même la Savoie (1860). Un million d'Européens y vivent et y travaillent depuis des générations. La découverte de pétrole en 1954, la n […] Lire la suite

BÉRÉGOVOY PIERRE (1925-1993)

  • Écrit par 
  • Christian SAUVAGE
  •  • 1 056 mots

Homme politique français. Pierre Bérégovoy est né le 23 décembre 1925 à Déville-lès-Rouen (Seine-Maritime). Son père, un « Russe blanc », capitaine du tsar et menchevik, tient un café-épicerie. À cinq ans, l'enfant est confié à sa grand-mère, qui l'éduquera. Bon élève, il obtient le brevet élémentaire à douze ans, puis un C.A.P. d'ajusteur au lycée technique d'Elbeuf. Voilà pour les diplômes de ce […] Lire la suite

CINQUIÈME RÉPUBLIQUE - La période post-gaullienne (1969-1981)

  • Écrit par 
  • Pierre BRÉCHON
  •  • 6 876 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Élection de l'héritier du gaullisme »  : […] Après l'échec référendaire et après la démission de Charles de Gaulle, Georges Pompidou, l'héritier « naturel » du gaullisme, annonce donc sa candidature à la fonction suprême dès le 29 avril 1969. Il s'assure rapidement le soutien du parti gaulliste, des Républicains indépendants et du groupe centriste Progrès et démocratie moderne. Il veut à la fois être un président dans la continuité du ga […] Lire la suite

ÉCONOMIE (Définition et nature) - Enseignement de l'économie

  • Écrit par 
  • Jean-Marc DANIEL
  •  • 5 519 mots

Dans le chapitre «  L'institutionnalisation de la recherche en économie »  : […] La Libération est l'occasion de remettre le système d'enseignement à plat. François Perroux a créé, en 1944, le premier centre de recherche à part entière en économie, l'Institut scientifique d'économie appliquée (I.S.E.A.), qu'il transforme ensuite en I.S.M.É.A., le « M » signifiant mathématique, comme pour insister sur la nécessité d'introduire systématiquement les mathématiques dans toute appr […] Lire la suite

FRANCE (Histoire et institutions) - La France d'aujourd'hui

  • Écrit par 
  • Serge BERSTEIN
  •  • 6 686 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Échec de la République parlementaire »  : […] Le général de Gaulle s'était engagé auprès de la Résistance à « rendre la parole au peuple » après la Libération. De fait, le 21 octobre 1945 − les femmes votant pour la première fois dans une consultation nationale − ont lieu un référendum et des élections législatives. Le premier a pour objet de demander aux Français s'ils souhaitent que soit rédigée une nouvelle Constitution et, dans l'affirma […] Lire la suite

GAUCHE SOCIALISTE EN FRANCE DEPUIS 1945

  • Écrit par 
  • Rémi LEFEBVRE
  •  • 10 051 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Les contradictions du « molletisme » (1945-1971) »  : […] La SFIO traverse la IV e  République de manière paradoxale . Alors qu’elle devient un parti de gouvernement et qu’elle intègre pleinement le système politique et institutionnel, elle ne renonce pas à ses références marxistes. Elle participe à de nombreuses coalitions gouvernementales, mais voit s’amorcer puis s’amplifier son déclin électoral. Guy Mollet domine le parti – il en est le secrétaire g […] Lire la suite

GENÈVE CONFÉRENCE DE (1954)

  • Écrit par 
  • Georges-Henri SOUTOU
  •  • 443 mots
  •  • 2 médias

La conférence de Genève réunit du 26 avril au 21 juillet 1954 les représentants des États-Unis, de la Grande-Bretagne, de l'U.R.S.S., de la France, de la république populaire de Chine (dont ce fut l'entrée sur la scène diplomatique), des deux Corées, du Laos, du Cambodge, du Vietnam et du Viêt-minh. La conférence s'occupa d'abord de la Corée, puis essentiellement de l'Indochine. Sur la Corée l'é […] Lire la suite

GUERRE FROIDE

  • Écrit par 
  • André FONTAINE
  •  • 10 903 mots
  •  • 29 médias

Dans le chapitre « Les accords de Genève et la fin de l'armée européenne »  : […] Sur le problème coréen, les débats de cette rencontre tournent court rapidement. Il n'en va pas de même de la négociation sur l'Indochine, qui s'ouvre en mai à Genève dans un climat dramatique ; le camp retranché de Diên Biên Phu est tombé la veille après un terrible siège. Quelques jours plus tôt, les États-Unis ont rejeté une requête de Paris tendant à faire exécuter par leur aviation un raid co […] Lire la suite

LIBÉRATION, France (1944-1946)

  • Écrit par 
  • Jean-Marie GUILLON
  •  • 3 905 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Reconstruction »  : […] La France libérée se retrouve avec 12 000 ponts et ouvrages d'art, 6 000 kilomètres de rails, presque tous ses ports et 500 000 immeubles détruits. Elle compte un million de sans-abri. Son appareil industriel est à bout de souffle, ses champs sont épuisés. Il faut rétablir les voies de circulation, les approvisionnements en eau, gaz et électricité, déblayer les ruines, faire repartir la production […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Maurice DUVERGER, Emile SCOTTO-LAVINA, « MENDÈS FRANCE PIERRE - (1907-1982) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 03 octobre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-mendes-france/