MITTELEUROPA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'identité littéraire de l'Europe centrale

L'Europe centrale du xxe siècle apparaît comme cette autre Europe dont l'identité aura d'abord été définie par la littérature. Dans cette aire multiculturelle, la « république des lettres » a longtemps été au cœur de la res publica. La première configuration de l'identité culturelle de l'Europe centrale apparaît à l'époque où la Renaissance et le baroque se répandent à l'époque moderne en Mitteleuropa à travers les cours de Vienne, de Prague, de Cracovie et d'Ofen (en Hongrie), qui entretenaient, surtout depuis le xve siècle, des liens étroits avec l'Italie. Cette Renaissance « retardée » fusionne avec l'art et l'esprit baroques et marque très profondément et très durablement toute la région centre-européenne.

Un autre facteur déterminant de la constitution d'une république des lettres en Europe médiane aura été la réaction à l'invasion et à la menace des Ottomans. Le poète humaniste se doit d'appeler alors à la défense contre le péril ottoman. C'est dans cet esprit que Conrad Celtis a fondé autour de 1500 la société Sodalitas litteraria Danubiana qui réunissait des humanistes allemands, hongrois, slaves, bohémiens et valaques.

Troisième moment déterminant de l'histoire culturelle de l'Europe médiane : la Réforme et la Contre-Réforme. En Allemagne du nord et du centre, un nouveau système culturel se forme, en rupture avec l'Europe centrale latine et italienne. La Réforme va susciter en Europe centrale le premier grand mouvement de prise de conscience des cultures nationales et de valorisation des langues populaires, par exemple chez les Tchèques ou chez les Slovènes. À l'opposé, la Contre-Réforme érige le style baroque en style officiel, et il faudra attendre deux siècles pour que, [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 13 pages

Médias de l’article

Jacques Le Rider

Jacques Le Rider
Crédits : L. Monier/ Editions Bertillat

photographie

Milan Kundera

Milan Kundera
Crédits : Louis Monnier/ Gamma-Rapho/ Getty Images

photographie

Robert Musil

Robert Musil
Crédits : Imagno/ Getty Images

photographie

La critique et le regard porté sur l'œuvre littéraire

La critique et le regard porté sur l'œuvre littéraire
Crédits : D.R.

photographie

Afficher les 4 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  MITTELEUROPA  » est également traité dans :

CANETTI ELIAS (1905-1994)

  • Écrit par 
  • Jacques LE RIDER
  •  • 2 427 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une identité européenne »  : […] Né de parents juifs séfarades, en 1905, à Roustchouk (Russé), ville de Bulgarie située au confluent du Lom Noir et du Danube, Elias Canetti a pour première langue maternelle l'espagnol. En 1911, sa famille s'établit à Manchester : l'anglais est sa deuxième langue et le français, la troisième. Après la mort du père en 1912, la mère d'Elias Canetti décide de se fixer à Vienne à partir de 1913 : c'es […] Lire la suite

LA CONSCIENCE DE ZENO, Italo Svevo - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Gilbert BOSETTI
  •  • 986 mots
  •  • 1 média

Après l'insuccès de ses deux premiers romans, Une vie (1892) et Sénilité (1897), ignorés par la critique italienne alors que leur auteur n'est encore à Trieste qu'un sujet de l'Empire austro-hongrois, Italo Svevo (1861-1928) a renoncé à toute ambition littéraire. Toutefois, bien qu'absorbé par la gestion de la riche entreprise de ses beaux-parents, ce graphomane n'a pas cessé d'écrire. Après la […] Lire la suite

HARMONIA CÆLESTIS (P. Esterházy)

  • Écrit par 
  • Jacques LE RIDER
  •  • 936 mots
  •  • 1 média

Dans la magnifique floraison de la littérature hongroise d'aujourd'hui, se détache l'œuvre puissante et originale de Péter Esterházy . Depuis Trois anges me surveillent (1989), Le Livre de Hrabal (1990), Une femme (1998) et L'Œillade de la comtesse Hahn-Hahn - en descendant le Danube (1999), on connaît le ton ludique et humoristique de cet écrivain érudit, nourrissant ses textes d'une foule de […] Lire la suite

L'HOMME SANS QUALITÉS, Robert Musil - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jacques LE RIDER
  •  • 1 077 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'écroulement d'un monde »  : […] Selon la formule de Maurice Blanchot, Musil décrivait dans les deux premières parties « avec ironie, froideur et sentiment, la chute de la Maison Usher, celle qui abritait les illusions des hommes à la veille de 1914 ; le protagoniste du livre, Ulrich, était un héros de l'esprit, poursuivant une aventure tout intellectuelle en cherchant à vivre selon les dangers de l'exactitude et la force imperso […] Lire la suite

JOURNAUX INTIMES VIENNOIS (J. Le Rider)

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO
  •  • 922 mots
  •  • 1 média

« De la vaporisation et de la centralisation du moi. Tout est là. » Il y a fort à parier que la fin du xx e  siècle n'a rien de proprement nouveau à ajouter aux lignes qui ouvrent Mon Cœur mis à nu de Baudelaire. Si le journal intime se polarise tantôt sur la dispersion, tantôt sur le rassemblement, il ne cesse de nouer un dialogue à la fois fructueux et déceptif avec l'œuvre elle-même. Il arrive […] Lire la suite

KUNDERA MILAN (1929- )

  • Écrit par 
  • Martine BOYER-WEINMANN
  •  • 2 105 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « D'un Kundera l'autre »  : […] Fils d'un musicologue lui-même élève de Janáček, Milan Kundera est le contemporain complexe de la jeune République tchécoslovaque anéantie par les conséquences du traité de Munich, du partage de l'Europe issu de la Seconde Guerre mondiale et des turbulences de la guerre froide. Encarté au Parti communiste en 1947 dans le lyrisme de ses dix-huit ans, deux fois exclu, membre de l'association des écr […] Lire la suite

LE RIDER JACQUES (1954- )

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO
  •  • 1 012 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Vienne et la Mitteleuropa »  : […] La profusion des textes ne relève en rien de l’éclectisme. Plusieurs lignes de force animent la recherche de Jacques Le Rider depuis ses toutes premières publications. La première, sans doute la plus importante, est liée à la modernité viennoise à laquelle Le Rider consacre sa thèse d’état ( Modernité viennoise et crises de l’identité , 1990), rapidement publiée aux P.U.F. dans la collection Persp […] Lire la suite

MÁRAI SÁNDOR (1900-1989)

  • Écrit par 
  • Fridrun RINNER
  •  • 1 034 mots

Né à Kassa (Kaschau en allemand, Kosice en slovaque), dans une ville hongroise multilingue, formé dans la tradition de la bourgeoisie austro-hongroise, Sándor Márai fait ses études de journalisme en Allemagne. Dès 1923, il est correspondant de la Frankfurter Allgemeine Zeitung à Paris, où il fréquente la bohème intellectuelle. En 1928, il retourne en Hongrie. Attiré par l'expressionnisme allemand […] Lire la suite

NADJ JOSEF (1957- )

  • Écrit par 
  • Agnès IZRINE
  •  • 1 204 mots

Dans le chapitre « De la Hongrie à la France »  : […] Quand Josef Nadj – né en 1957 à Kanjiža, en Voïvodine (alors province autonome de la Yougoslavie, aujourd'hui partie intégrante de la Serbie) – quitte Budapest pour Paris en 1980, il ne peut deviner qu'il deviendra un grand chorégraphe. Il faut avouer que sa formation initiale ne le destinait pas à cette carrière. Féru de littérature, il hésite avant de se décider à suivre des études d'histoire de […] Lire la suite

LE PROCÈS, Franz Kafka - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jacques LE RIDER
  •  • 1 101 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une écriture de l'indéchiffrable »  : […] Ce pouvoir de vie et de mort qui fait irruption dans l'existence de K. et contre lequel nulle résistance humaine ne se révèle efficace est-il une force transcendante à la société ? Le Procès reprend-il la tradition séculaire de la satire et de la mise en question de la justice inique, corrompue et parfois même criminelle ? Ou bien s'agit-il, comme chez Dostoïevski , d'une réflexion théologique s […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jacques LE RIDER, « MITTELEUROPA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/mitteleuropa/