CANETTI ELIAS (1905-1994)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Issu d'une culture multinationale, multiethnique et polyglotte, Elias Canetti, que l'on rattache parfois à la littérature autrichienne, est un écrivain qui incarne l'universel européen. Au parcours tourmenté d'une vie marquée par les blessures de l'histoire du xxe siècle correspond une œuvre considérable, en apparence éclatée et disparate, mais en réalité d'une profonde unité. Canetti n'a écrit qu'un roman, mais c'est un des plus grands de son époque, et son autobiographie est un sommet du genre.

Une identité européenne

Né de parents juifs séfarades, en 1905, à Roustchouk (Russé), ville de Bulgarie située au confluent du Lom Noir et du Danube, Elias Canetti a pour première langue maternelle l'espagnol. En 1911, sa famille s'établit à Manchester : l'anglais est sa deuxième langue et le français, la troisième. Après la mort du père en 1912, la mère d'Elias Canetti décide de se fixer à Vienne à partir de 1913 : c'est elle qui inculque l'allemand à son fils. Cette deuxième langue maternelle devient pour lui la plus importante. En 1916, la famille s'établit à Zurich, où il passe les plus belles années de sa jeunesse, puis à Francfort en 1921.

Dans cette ville, où il se présente à l'abitur (l'équivalent du baccalauréat) en 1924, Elias Canetti vit les années de la grande inflation et de la crise sociale et politique d'après guerre. Puis il s'installe à Vienne, étudie la chimie (jusqu'au doctorat, obtenu en 1929) et rencontre Veza Taubner-Calderon, qu'il épouse en 1934. Elias Canetti a rassemblé et présenté en 1990 et 1991 les récits de cet écrivain de talent, publiés sous divers pseudonymes dans le journal social-démocrate Arbeiter-Zeitung au début des années 1930, sous le titre Die gelbe Strasse (La Rue jaune) et Der Oger (L'Ogre). Elias Canetti devient un admirateur fervent de Karl Kraus et forme le projet d'un ouvrage sur les masses contemporaines. La Psychologie des masses (1921) de Freud représente à cet égard pour lui à la fois un stimulant et un repoussoir. Il assiste à la guerre civile qui déchire l'Autriche et en particulier à la manifestation du 15 juillet 1927 qui aboutit à l'incendie du palais de Justice de Vienne. En 1928 et 1929, lors de séjours à Berlin, il fait la connaissance de l'avant-garde littéraire allemande, en particulier de Bertolt Brecht. Il écrit son roman Die Blendung (Auto-da-fé) en 1930-1931 (la publication attendra 1936).

Ayant connu dans son enfance la Belle Époque à l'est de l'Europe, en Bulgarie, puis à l'ouest, en Angleterre, avant de vivre en Autriche et en Allemagne les années convulsives de l'entre-deux-guerres, Elias Canetti est, selon les mots de Claudio Magris, « une des voix de cette culture multinationale née dans l'empire danubien qui a vécu, avec une particulière intensité, la dissolution d'une civilisation multiséculaire, de tous les modèles stables du monde et l'identité même de l'individu, et qui en a donné d'admirables représentations littéraires » (in Elias Canetti, 1995).

Resté à Vienne après l'Anschluss, il quitte l'Autriche au lendemain de la Nuit de cristal et arrive à Paris en novembre 1938. Puis Elias et Veza Canetti se fixent à Londres à partir de janvier 1939. Le grand ouvrage théorique Masse et puissance est publié en Allemagne en 1960. En mai 1963, Veza Canetti meurt à Londres. Canetti se remarie avec Hera Buschor en 1971 et s'établit la même année à Zurich. Depuis la réédition du roman Auto-da-fé à Munich en 1963, il est enfin reconnu comme l'un des grands auteurs de son siècle. Le prix Nobel de littérature qui lui est décerné en 1981 l'impose dans le monde entier comme un classique contemporain. Il meurt le 14 août 1994 à Zurich et est enterré au cimetière de Fluntern, au côté de James Joyce.

Elias Canetti

Photographie : Elias Canetti

Elias Canetti (1905-1994) reçoit le prix Nobel de littérature en 1981 pour l'ensemble de son œuvre où il dissèque les mobiles profonds des actions humaines. 

Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  CANETTI ELIAS (1905-1994)  » est également traité dans :

EXIL LITTÉRATURES DE L'

  • Écrit par 
  • Albert BENSOUSSAN
  •  • 3 323 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Exil et mémoire »  : […] Franchissons l'océan et touchons aux rives de la Méditerranée. Nous trouvons là une écriture qui entretient avec la langue française des rapports de fascination-répulsion. Au célèbre « la langue française est ma patrie » d'un Gabriel Audisio, entraînant avec lui la totalité des écrivains pieds-noirs – d'Elissa Rhaïs à Albert Memmi – farouchement identifiés à la France par la langue, répond le non […] Lire la suite

THÉÂTRE OCCIDENTAL - Le mélange des genres

  • Écrit par 
  • Jean CHOLLET
  •  • 6 550 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « La scène et les écrans »  : […] Depuis l'apparition du septième art, l'influence du cinéma au théâtre s'est manifestée de différentes manières : intégration d'images projetées sur la scène, contribution à l'évolution de la construction et au rythme de la mise en scène, implication constitutive dans l'écriture dramatique. Historiquement, la référence principale à la première de ces manifestations se situe en 1923, avec la mise e […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jacques LE RIDER, « CANETTI ELIAS - (1905-1994) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/elias-canetti/