MITHRAÏSME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Trouvailles mithriaques

Trouvailles mithriaques
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Ex-voto dédié au dieu Mithra

Ex-voto dédié au dieu Mithra
Crédits : H. Paitier/ Inrap

photographie

Groupe de Mithra taurochtone

Groupe de Mithra taurochtone
Crédits : Bridgeman Images

photographie


Mithra indo-iranien et achéménide

La place et la fonction du Mithra indo-iranien préfigurent certains aspects du Mithra gréco-romain ; elles expliquent la prééminence du dieu tauroctone dans le mithraïsme occidental. Mithra est le dieu du contrat. Le védique mitra signifie « ami » ou « contrat ». C'est à ce titre qu'on l'invoque dans les traités, mais aussi en considération de sa souveraineté céleste. Il représente l'aspect juridique de la fonction royale, comme l'a démontré Georges Dumézil. Il s'oppose à Varuna, autre dieu de la souveraineté, comme le jour à la nuit ou comme ce monde à l'autre. Bienveillant, proche de l'homme, ce dieu de la lumière veille sur les justes et la justice, sur le respect des alliances et des serments qui les consacrent.

Mithra subit faiblement le contrecoup de la réforme monothéiste et dualiste de Zarathustra. Bien qu'il fût au nombre des dieux que le prophète semble avoir éliminés du culte ou du moins ignorés, on s'est demandé si le nom d'Ahura Mazda n'avait pas remplacé le couple Mitra-Varuna dans l'ordre inverse, Ahura représentant Varuna et l'épithète Mazda l'aspect bienveillant de Mitra : hypothèse aventureuse. Mais il est certain qu'Ahura Mazda, dieu céleste et gardien de la justice, intègre certains aspects majeurs du Mithra indo-iranien. À l'époque achéménide, le nom de Mésoromazdès, transcription grecque citée par Plutarque, atteste que Mithra était solidaire du « seigneur sage », Ahura Mazda-Oromazdès. Le Yast X de l'Avesta (dernier quart du ve siècle av. J.-C.) célèbre Mithra comme un dieu de l'aurore « qui se lève sur le mont Harâ », qui protège les contrats et les troupeaux ; dieu des combattants qui donne la victoire et la prospérité, dieu guérisseur aussi, il est secourable à ceux qui l'invoquent, mais redoutable aux transgresseurs du serment. Le garant du contrat en est devenu le défenseur armé.

Mithra paraît donc avoir absorbé les attributions guerrières du védiqu [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages


Écrit par :

  • : ancien membre de l'École française de Rome, professeur à l'université de Lyon-III

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Robert TURCAN, « MITHRAÏSME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/mithraisme/