AHURA MAZDĀ

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La religion iranienne ancienne place au sommet de son panthéon un dieu qu'elle nomme Ahura Mazdā (le Seigneur sage) et dont la réforme zoroastrienne (vers le ~ viie s.) fit le souverain unique de la création. La comparaison avec les autres mythologies indo-européennes, et particulièrement avec celle du Véda, montre qu'il s'agissait à l'origine d'un dieu de première fonction (selon la classification de G. Dumézil), dont l'équivalent indien est l'asura Varuna. On sait, à ce propos, que les Indo-Iraniens divisaient le monde divin en deux classes rivales : les asuras (en Iran : ahuras) et les dévas (en Iran : daevas) ; mais, alors que, dans les milieux védiques, les asuras perdirent leur suprématie au profit des dévas (dont Indra était le chef), les Iraniens en vinrent à tenir les daevas pour des démons dont le culte était pernicieux : seul Mazdā méritait qu'on l'honorât. Ses compagnons conservèrent une place dans le culte en tant qu'Amesdha-Spenta (saints immortels), sortes d'archanges dont la liste reproduit celle des anciennes divinités.

Plus tard, ce monothéisme parut battu en brèche par la doctrine des « deux esprits » (le Bon et le Mauvais) : Ahura Mazdā (désormais appelé Ohrmazd, par simple altération phonétique) avait en face de lui Angra Mainyu (devenu Ahriman, par le même processus), mais, en fait, les théologiens iraniens n'accordaient pas plus de puissance à Ahriman que les chrétiens à Satan : Dieu (Ohrmazd) lui restait infiniment supérieur. On en dirait autant de Zurvan (le Temps éternel), qui n'est nullement le principe de toutes choses, mais plutôt une manifestation du pouvoir créateur d'Ohrmazd. De nos jours, les parsis (zoroastriens vivant en Inde) ont repris le nom ancien d'Ahura Mazdā pour désigner leur dieu et se déclarent « mazdéens » (mazdayasnô).

—  Jean VARENNE

Écrit par :

  • : docteur ès lettres, professeur à l'université de Lyon-III

Classification


Autres références

«  AHURA MAZDA  » est également traité dans :

CIEL SYMBOLISME DU

  • Écrit par 
  • Gilbert DURAND
  •  • 2 865 mots

Dans le chapitre « Verticalité et transcendance »  : […] C'est d'abord le symbolisme de la verticalité que suggèrent « la voûte étoilée au-dessus de nos têtes » et le simple zénith du ciel azuré diurne. Cette verticalité ascendante est liée à l'une des données les plus caractéristiques de l'anthropologie, mais en même temps elle dépasse en dignité et en puissance cette donnée existentielle. Les anthropologues, les paléontologues, les psychologues génét […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/symbolisme-du-ciel/#i_35353

DUALISME

  • Écrit par 
  • Simone PÉTREMENT
  •  • 6 146 mots

Dans le chapitre « Mazdéisme »  : […] Le dualisme mazdéen, celui des Perses, diffère de toutes ces tendances par son caractère systématique. Là tout ce qui est bon est rassemblé autour du Grand Dieu, Ahura Mazdāh ou Ohrmazd, principe de vérité, et tout ce qui est mauvais, autour du Mauvais Esprit, Angra Mainyu ou Ahriman, puissance de mensonge. Là les forces du bien et celles du mal sont présentées dans une symétrie presque parfaite  […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dualisme/#i_35353

GĀTHĀ

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 399 mots

Nom donné en iranien ancien à un groupe de poèmes, en forme d'hymnes liturgiques, attribués par la tradition mazdéenne à Zarathuštra (Zoroastre) lui-même. Ces textes ont été intégrés à date ancienne dans l'Avesta, qui constitue, de nos jours encore, le corps des Écritures sacrées du zoroastrisme (ou mazdéisme). À ce titre, les Gāthā sont récités chaque jour dans le rituel mazdéen tel que le célèbr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gatha/#i_35353

MAZDÉISME

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 194 mots

Terme qui est probablement le plus adéquat pour désigner la religion traditionnelle de l'Iran ancien, puisqu'il fait référence au nom que les fidèles donnent à leur dieu : Ahura Mazdâ (le Seigneur Sage). La profession de foi ( fravarânê ) que ceux-ci récitent chaque jour contient d'ailleurs les mots mazdâyasmo ahmi (« Je voue mon culte à Mazdâ »). Il es […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mazdeisme/#i_35353

MITHRAÏSME

  • Écrit par 
  • Robert TURCAN
  •  • 3 416 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Mithra indo-iranien et achéménide »  : […] La place et la fonction du Mithra indo-iranien préfigurent certains aspects du Mithra gréco-romain ; elles expliquent la prééminence du dieu tauroctone dans le mithraïsme occidental. Mithra est le dieu du contrat. Le védique mitra signifie « ami » ou « contrat ». C'est à ce titre qu'on l'invoque dans les traités, mais aussi en considération de sa souveraineté céleste. Il repr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mithraisme/#i_35353

OHRMUZD, OHRMAZD ou OHRMIZD

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 195 mots
  •  • 1 média

L'Avesta — livre sacré des anciens Perses — donne au dieu suprême le nom d'Ahura Mazdā (le Seigneur Sage) et à son adversaire celui d'Angra Mainyu (l'Esprit Malin). Ce sont les appellations qu'utilise également Zarathuštra (sans doute ~  viii e  s.) et que toute la tradition zoroastrienne (ou mazdéenne) utilisera à sa suite, et jusqu'à nos jours, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ohrmuzd-ohrmazd-ohrmizd/#i_35353

PARSIS

  • Écrit par 
  • Guy BUGAULT
  •  • 2 305 mots

Dans le chapitre « La religion »  : […] La religion des Parsis est la religion mazdéenne, réformée et partiellement démythisée par Zarathushtra dans un sens éthique et monothéiste. À première vue, la caractéristique principale en est le culte du feu et les temples du feu. Pourtant, le dieu des mazdéens n'est pas le feu ( atar ), mais le Seigneur sage ( Ahura Mazdā), homologue de l'Asura Varuṇa védique. C'est parfo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/parsis/#i_35353

ZOROASTRISME

  • Écrit par 
  • Jean de MENASCE
  •  • 5 869 mots

Dans le chapitre « Les Gāthā »  : […] De toute la littérature avestique, les Gāthā sont les textes les mieux assurés, en raison de leur dialecte, et les plus sacrés : provenant, selon la tradition, de Zarathuštra lui-même, et lourdes d'une autorité incontestée, elles sont actuellement insérées dans le Yasna , rituel du sacrifice du haoma , dont elles constituent les chapitres ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/zoroastrisme/#i_35353

Pour citer l’article

Jean VARENNE, « AHURA MAZDĀ », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ahura-mazda/