INDRA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Nom d'un dieu puissant qui domine le panthéon védique, porte le titre de roi et exerce sa souveraineté, au moins théoriquement, sur l'ensemble de la création. Cette dernière est d'ailleurs son œuvre : alors que les autres dieux ne parvenaient pas à triompher des puissances des ténèbres dirigées par l'archidémon Vritra (Vṛtra), l'idée leur vint de « construire » de toutes pièces un champion capable d'en triompher.

Ainsi naquit Indra, héros divin, resplendissant comme le soleil levant. Investi par l'assemblée divine des prérogatives royales, pourvu d'armes invincibles, il provoqua en duel Vṛtra et le tua. Dès lors, les eaux principielles, fécondées par lui, purent couler et enfanter le monde. L'univers organisé succéda au chaos. Chacun des dieux reçut une régence particulière (Mitra a la charge des alliances, Uṣas gouverne les aurores, Lakṣmī maintient la prospérité et l'abondance, etc.) ; Indra supervise l'ensemble de ces activités, tout en se réservant l'exercice de la force physique lorsque l'emploi s'en révèle nécessaire (par exemple, pour assurer le bon fonctionnement du dharma dont le sens est « ordre régulier, loi universelle »).

Les travaux des mythologues modernes, et, notamment, de Georges Dumézil, ont conduit à penser que le Veda reflétait fidèlement la structure fondamentale du panthéon indo-européen : la société divine s'y répartissait en trois grandes fonctions, la première représentant la souveraineté magico-religieuse, la deuxième l'exercice de la force, la troisième le dynamisme producteur de richesses. Dans l'Inde ancienne, Varuṇa incarnait la première fonction, Indra la deuxième, les jumeaux Nāsatya la troisième. Le Veda, cependant, présente Indra comme souverain universel, roi sans partage de la création tout entière (y compris le monde des dieux) ; il est dans une situation semblable à celle de son équivalent gréco-latin Zeus ou Jupiter. Il semble bien que ces trois mythologies (et on trouverait des mythes identiques chez les Germains et les Celtes) gardent le souvenir d'une usurpation du pouvoir par Indra, parfois accusé d'avoir tué son père, ou du moins de l'avoir châtré : il est certain, en effet, que, dans le Veda, Varuṇa est relégué à une place subalterne incompatible avec sa fonction souveraine. Un hymne du Rig-Veda célèbre d'ailleurs la défection des dieux qui « quittent le père Varuṇa pour aller au fils Indra ».

Dans l'hindouisme classique, la position d'Indra est occupée par Viṣnu, cependant que Śiva hérite d'une bonne part de celle de Varuṇa.

—  Jean VARENNE

Écrit par :

  • : docteur ès lettres, professeur à l'université de Lyon-III

Classification

Autres références

«  INDRA  » est également traité dans :

ANGKOR

  • Écrit par 
  • Bruno DAGENS, 
  • Claude JACQUES, 
  • Albert LE BONHEUR
  •  • 4 576 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Le culte du Protecteur du royaume »  : […] C'est pour ce culte théocratique que furent édifiés les temples-montagnes, faits à la ressemblance de la montagne cosmique (le mont Meru), qui est tout ensemble le pivot du monde et le séjour des dieux et de leur roi, Indra ou Mahendra (ce dernier étant aussi un des noms de Śiva). En particulier un culte, ou un rituel, que l'on connaît par un témoignage épigraphique de deux siècles plus tardif, c […] Lire la suite

ASURA

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 375 mots

Les dieux du panthéon védique sont divisés en deux classes : les dévas et les asuras (prononcer : assoura). Le premier terme dérive de la racine div- , qui désigne la lumière du ciel diurne ; le second signifie « souffles de vie ». Il s'agit donc de deux mots également dignes d'évoquer les puissances célestes qui gouvernent la vie des créatures. Et, pourtant, cette division de la population divine […] Lire la suite

BOUDDHISME (Les grandes traditions) - Bouddhisme indien

  • Écrit par 
  • Jean FILLIOZAT, 
  • Pierre-Sylvain FILLIOZAT
  •  • 10 625 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Mahāyāna »  : […] Le Mahāyāna est un mouvement qui est issu des écoles anciennes, en est une évolution, mais s'est cependant opposé à elles en les groupant sous le nom péjoratif de Hīnayāna, « moyen inférieur de progression vers le salut », et en se donnant comme le « moyen supérieur ». Il a en effet, en acceptant les principales doctrines anciennes, ouvert plus largement d'autres voies, celles du sentiment et de l […] Lire la suite

BRAHMANISME

  • Écrit par 
  • Anne-Marie ESNOUL
  •  • 3 618 mots

Dans le chapitre « Les divinités »  : […] Le brahmanisme et l'hindouisme qui en est issu se caractérisent par la facilité avec laquelle ils assimilent les divinités et les croyances qu'ils rencontrent. Ainsi le brahmanisme, héritier du védisme, va conserver la plupart de ses divinités, en même temps qu'il adoptera, les assimilant à ses dieux, celles auxquelles rendaient un culte des groupes sinon autochtones, du moins installés antérieu […] Lire la suite

DYAUS

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 298 mots

Le panthéon védique connaît un dieu « Ciel » (en sanskrit : dyu -, nominatif : dyaus ) que la liturgie invoque presque toujours conjointement à la Terre (en un composé duel : dyava-prthivi ). Il s'agit d'une divinité apparemment très anodine : sa part dans le culte est quasi nulle et les mythes qui la concernent sont rares et peu clairs. De nombreux signes indiquent cependant qu'il n'en était pas […] Lire la suite

HINDOUISME

  • Écrit par 
  • Anne-Marie ESNOUL
  •  • 9 181 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le panthéon hindouiste »  : […] Le panthéon brahmanique était extrêmement riche. Dans la perspective hindouiste, la mention des trente-trois dieux dont Indra est le chef subsiste théoriquement. Il s'y substitue dans certains textes une liste de trente dieux, au-dessus desquels trônent trois divinités majeures : Brahmā, Viṣṇu, Śiva, que la tradition donne comme présidant le premier à la création, le deuxième à la conservation de […] Lire la suite

MITHRAÏSME

  • Écrit par 
  • Robert TURCAN
  •  • 3 416 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Mithra indo-iranien et achéménide »  : […] La place et la fonction du Mithra indo-iranien préfigurent certains aspects du Mithra gréco-romain ; elles expliquent la prééminence du dieu tauroctone dans le mithraïsme occidental. Mithra est le dieu du contrat. Le védique mitra signifie « ami » ou « contrat ». C'est à ce titre qu'on l'invoque dans les traités, mais aussi en considération de sa souveraineté céleste. Il représente l'aspect jurid […] Lire la suite

MYTHOLOGIES - Dieux et déesses

  • Écrit par 
  • Mircea ELIADE
  •  • 7 930 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Dieux souverains »  : […] Chez les peuples pasteurs de l'Asie centrale, les dieux célestes présentent un caractère nouveau : la souveraineté. Ils ne reflètent plus uniquement la sacralité ouranienne et météorologique ; leur puissance ne se manifeste pas seulement par la création cosmique. Ils deviennent les « maîtres », les souverains universels. Le nom mongol de la divinité suprême est Tengri , qui signifie « ciel ». Mais […] Lire la suite

VARUṆA

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 461 mots

L'une des divinités les plus importantes du panthéon védique. Parmi elles, Varuṇa occupe même une place prépondérante : avec son coadjuteur Mitra, il a la charge de veiller au bon ordre des choses dans l'univers ; on dit qu'il est le « gardien du rita » (norme cosmique). À ce titre, il observe les actions des hommes, aidé en cela par des « espions » qui forment sa suite, et il punit les pécheurs, […] Lire la suite

VEDA

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 13 414 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Indra »  : […] Au niveau de la fonction guerrière (le pouvoir temporel) règne Indra, le dieu-roi, le combattant infatigable, dont le rôle est d'abord de maintenir l'ordre cosmique, non plus en portant un jugement « moral » sur les actes des hommes et en punissant les infractions, mais en éliminant par la violence portée à son extrême (l'anéantissement de l'adversaire) les ennemis du ṛta . Hymnes et Brāhmana cont […] Lire la suite

Les derniers événements

Tchécoslovaquie – France. Arrestation de deux Français en Tchécoslovaquie. 4-20 mai 1981

la France. Mais seize des trente Tchécoslovaques arrêtés restent inculpés, et Aloïs Indra, président de l'Assemblée fédérale, annonce que les « dissidents » seront poursuivis. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean VARENNE, « INDRA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/indra/