MITHRAÏSME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Mithra hellénistique

Dans l'Asie Mineure des diadoques, les dynastes d'origine iranienne (et dont certains revendiquaient une hérédité achéménide) ont favorisé les premières contaminations gréco-orientales qui allaient ouvrir le chemin de l'Occident à un mithraïsme hellénisé. Le nom théophore Mithridatès ou Mithradatès qu'ont porté des rois de Pont, d'Arménie et de Commagène atteste qu'ils vénéraient en Mithra le garant divin de leur autorité. Les monnaies de Mithridate Ier, roi des Parthes (171-138), portent au revers une figure d'archer comparable à l'Apollon des tétradrachmes séleucides ; dans l'empire hellénisé des Arsacides, on l'identifiait peut-être avec Mithra. En tout cas, dans l'inscription fameuse qu'Antiochus Ier, roi de Commagène (69-38 av. J.-C.), fit graver au Nimrud-dagh, on lit l'équation remarquable : Apollon-Mithras-Hélios-Hermès. Un bas-relief nous montre le dieu serrant la main droite du roi en signe d'alliance et de protection. L'identification de Mithra et d'Hermès, dieu psychopompe, intermédiaire entre les dieux d'En-Haut et d'En-Bas, le qualifie déjà comme médiateur entre Ormuzd et Ahriman : c'est le mésitès dont parle Plutarque (Is. et Os., 46). Si l'hypothèse de Dörner est exacte, le plus ancien mithraeum connu se trouverait à Arsameia du Nymphée, au flanc sud d'Eski-Kale. Antiochus Ier érigea non loin de là un monument à la gloire de son père, Mithridate Ier, dont un bas-relief représente l'investiture par les soins d'Héraclès, homologue grec de Verethragna-Artagnès, fidèle compagnon de Mithra.

C'est vers la même époque, en 67 avant J.-C. précisément, que Plutarque situe l'introduction en Italie des mystères mithriaques. Les pirates ciliciens, naguère alliés à Mithridate VI Eupator, roi de Pont, pratiquaient dans leurs montagnes des sacrifices étranges et un rituel d'initiations qu'ils auraient été les premiers à enseigner en Occident, une fois capturés par Pompée. Ce témoignage explicite mérite considération. Les seules monnaies impériales où figure Mithra tauroctone ont été frappées – trois siècles plus tard, il est vrai, sous Gordien III – à Tarsos, en Cilicie. Un autel mithriaque a été découvert à Anabarzos. D'Ariaramneia en Cappadoce, immédiatement au nord-est de la Cilicie, provient la plus ancienne inscription qui fasse état d'une consécration personnelle (sacerdotale ou mystérique ?) à Mithra : elle date du ier siècle avant J.-C. (Corpus inscriptionum et monumentorum religionis Mithriacae, I, 59). On comprend d'ailleurs fort bien qu'une organisation de résistance armée à l'impérialisme romain ait voulu lier ses membres par un rituel occulte qui les engageait sous la foi du serment. La consécration mystérique était réservée aux hommes et offrait certains aspects typiques des sociétés secrètes à caractère militaire, par exemple le grade du soldat (miles) : d'où l'attirance que le mithraïsme exercera sur les légionnaires romains. Les pirates ciliciens se retranchaient, pour célébrer leur culte clandestin, dans des grottes dont les mithraea du monde romain garderont l'apparence interne. Aussi apparaît-il douteux que les « mages hellénisés » ou magousaioi d'Asie Mineure aient joué dans l'élaboration et la diffusion des mystères le rôle que leur attribuait F. Cumont. De fait, le mithraïsme n'a rien d'une religion cléricale, comme le prouvent son recrutement et sa hiérarchie initiatique ; il n'était pas desservi par un corps de prêtres professionnels, comme d'autres cultes orientaux. Il restera une religion de soldats assermentés.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Médias de l’article

Trouvailles mithriaques

Trouvailles mithriaques
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Ex-voto dédié au dieu Mithra

Ex-voto dédié au dieu Mithra
Crédits : H. Paitier/ Inrap

photographie

Groupe de Mithra taurochtone

Groupe de Mithra taurochtone
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

  • : ancien membre de l'École française de Rome, professeur à l'université de Lyon-III

Classification

Autres références

«  MITHRAÏSME  » est également traité dans :

CORRIDA

  • Écrit par 
  • Barnaby CONRAD
  •  • 10 685 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Origines et premières formes »  : […] Si la tauromachie s'inspire de nombreux spectacles plus anciens, ses véritables origines demeurent inconnues. Les historiens ont longtemps débattu de l'importance relative à accorder à ces diverses influences. Certains voient les racines de cet art dans l'Espagne maure, d'autres dans le culte du taureau célébré en Mésopotamie, et d'autres encore dans un rite prénuptial courant dans l'Espagne médié […] Lire la suite

GAULE

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DEMOULE, 
  • Jean-Jacques HATT
  •  • 26 412 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les cultes orientaux et le christianisme »  : […] Si l'hellénisation et la romanisation de la religion gauloise sont plus apparentes que réelles, l'introduction des cultes orientaux à mystères, d'une part, et du christianisme, d'autre part, devait transformer complètement la conscience religieuse des Occidentaux et en particulier des Gallo-Romains, dans certaines régions et dans certains milieux (plutôt, d'ailleurs, les milieux urbains et les mi […] Lire la suite

MITRA

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 340 mots

Au sommet de la hiérarchie divine, le Veda, dans ses parties les plus archaïques (début du ~ II e  millénaire), plaçait l'Asura Varuṇa, à qui était attribué un coadjuteur en la personne du dieu Mitra. La situation était alors conforme au schéma indo-européen mis en évidence par Georges Dumézil ; la fonction magico-religieuse de souveraineté se trouvait, en effet, partagée entre deux personnes divi […] Lire la suite

Pour citer l’article

Robert TURCAN, « MITHRAÏSME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/mithraisme/