VARUṆA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'une des divinités les plus importantes du panthéon védique. Parmi elles, Varuṇa occupe même une place prépondérante : avec son coadjuteur Mitra, il a la charge de veiller au bon ordre des choses dans l'univers ; on dit qu'il est le « gardien du rita » (norme cosmique). À ce titre, il observe les actions des hommes, aidé en cela par des « espions » qui forment sa suite, et il punit les pécheurs, les frappant notamment de maladies. Il dispose d'une puissance magique, la māyā, grâce à laquelle il peut intervenir dans le monde, par exemple en suscitant la panique dans une armée ou en rendant fous ceux qui enfreignent ses ordonnances.

Ses deux domaines cosmiques sont, d'une part, la nuit, qui symbolise à la fois la māyā et la fonction de surveillance de Varuṇa (les étoiles sont comme les yeux du dieu), d'autre part, la mer, autre image de la māyā (les vagues n'étant qu'une agitation superficielle, illusoire, de la masse liquide). D'une façon générale, les eaux « appartiennent à Varuṇa » : les rivières ne coulent-elles pas toujours selon la pente (image de la fidélité à la norme universelle) ? De plus, dans l'Inde antique, on prêtait les serments en prenant l'eau à témoin, justement parce que Varuṇa, gardien du rita, y était mystérieusement présent.

Ces divers traits de la personnalité du dieu font penser à la fois à Ouranos et à Poséidon. En outre, il convient de remarquer que, selon la structure mythologique indo-européenne, telle que l'a mise en évidence Georges Dumézil, Varuṇa aurait dû occuper la première place dans le panthéon, en tant que représentant de la fonction souveraine, à la façon de son homologue iranien Ahura Mazdā (le Seigneur Sage). Mais une sorte de révolution de palais a privé Varuṇa de son droit de suzeraineté sur les autres dieux de l'Inde védique : Indra (représentant de la deuxième fonction, celle de la force physique, de la puissance militaire) a usurpé la première place dans l'assemblée divine, comme le firent Zeus et Jupiter dans la mythologie gréco-latine. Le Ṛgveda révèle que les dieux, abandonnant le Père, l'Asura Varuṇa (le mot sanskrit asura équivaut à l'iranien ahura), sont venus se ranger sous la bannière d'Indra. Dès lors, Varuṇa n'est plus que l'intendant des dieux.

Dans l'hindouisme classique, son rôle est très effacé : il séjourne au fond des mers dans un palais merveilleux, d'où il gouverne l'ensemble de l'élément liquide. Quelques traits de sa personnalité se retrouvent également chez Śiva, notamment son aspect nocturne et « terrible » (deus otiosus).

—  Jean VARENNE

Écrit par :

  • : docteur ès lettres, professeur à l'université de Lyon-III

Classification


Autres références

«  VARUNA  » est également traité dans :

BRAHMANISME

  • Écrit par 
  • Anne-Marie ESNOUL
  •  • 3 618 mots

Dans le chapitre « Les divinités »  : […] Le brahmanisme et l'hindouisme qui en est issu se caractérisent par la facilité avec laquelle ils assimilent les divinités et les croyances qu'ils rencontrent. Ainsi le brahmanisme, héritier du védisme, va conserver la plupart de ses divinités, en même temps qu'il adoptera, les assimilant à ses dieux, celles auxquelles rendaient un culte des groupes sinon autochtones, du moins installés antérieu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/brahmanisme/#i_13511

DETTE, anthropologie

  • Écrit par 
  • Charles MALAMOUD
  •  • 10 475 mots

Dans le chapitre « Dette et devoir dans le vocabulaire sanscrit et dans la pensée brahmanique »  : […] Le terme sanscrit pour « dette » est le substantif neutre r̥ṇa . Il s'agit de la dette en tant qu'elle caractérise la condition du débiteur. Si, en effet, l'usage s'est établi en sanscrit classique de désigner le débiteur comme adhamarṇa , « celui qui est en position inférieure ( adhama ) par rapport à la dette », et le créancier comme uttamarṇa , « celui qui est en position supérieure ( uttama ) […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dette-anthropologie/#i_13511

INDRA

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 456 mots

Nom d'un dieu puissant qui domine le panthéon védique, porte le titre de roi et exerce sa souveraineté, au moins théoriquement, sur l'ensemble de la création. Cette dernière est d'ailleurs son œuvre : alors que les autres dieux ne parvenaient pas à triompher des puissances des ténèbres dirigées par l'archidémon Vritra (Vṛtra), l'idée leur vint de « construire » de toutes pièces un champion capable […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/indra/#i_13511

MITRA

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 340 mots

Au sommet de la hiérarchie divine, le Veda, dans ses parties les plus archaïques (début du ~ II e  millénaire), plaçait l'Asura Varuṇa, à qui était attribué un coadjuteur en la personne du dieu Mitra. La situation était alors conforme au schéma indo-européen mis en évidence par Georges Dumézil ; la fonction magico-religieuse de souveraineté se trouvait, en effet, partagée entre deux personnes divi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mitra/#i_13511

MYTHOLOGIES - Dieux et déesses

  • Écrit par 
  • Mircea ELIADE
  •  • 7 930 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Dieux souverains »  : […] Chez les peuples pasteurs de l'Asie centrale, les dieux célestes présentent un caractère nouveau : la souveraineté. Ils ne reflètent plus uniquement la sacralité ouranienne et météorologique ; leur puissance ne se manifeste pas seulement par la création cosmique. Ils deviennent les « maîtres », les souverains universels. Le nom mongol de la divinité suprême est Tengri , qui signifie « ciel ». Mais […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mythologies-dieux-et-deesses/#i_13511

OURANOS

  • Écrit par 
  • Robert DAVREU
  •  • 694 mots

Premier fils de la Terre (Gaia) qui l'enfanta, Ouranos est « égal à elle-même et capable de la couvrir tout entière, Ciel étoilé, qui devait offrir aux dieux bienheureux une assise sûre à jamais » (Hésiode, Théogonie , 126 sqq.) Mais, avant de devenir le séjour privilégié des Olympiens, de voir son nom se changer en un nom commun, Ouranos fut leur ancêtre à tous, bien malgré lui d'ailleurs. Avec G […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ouranos/#i_13511

POLYTHÉISME

  • Écrit par 
  • Marcel DETIENNE
  •  • 4 132 mots

Dans le chapitre « Les structures élémentaires des panthéons »  : […] Des ensembles polythéistes, en général, on peut dire, d'une part, qu'ils constituent des systèmes de classification de puissances et de pouvoirs ; de l'autre, que ce sont des modes de pensée étroitement intriqués dans l'organisation et le fonctionnement du social et du politique. L'hypothèse initiale est qu'un panthéon n'est ni une troupe confuse, ni la juxtaposition artificielle de personnalités […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/polytheisme/#i_13511

VEDA

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 13 414 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Problèmes »  : […] Ce serait une erreur de croire que la division du panthéon en trois fonctions suffit à tout expliquer de la mythologie védique. Maints problèmes subsistent. On peut citer, parmi les plus importants, celui de la rivalité entre deux classes de dieux : les Deva (« dieux », au sens de célestes, brillants) et les Asura (« forces » ou « souffles » de vie), division correspondant à celle des dieux germ […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/veda/#i_13511

Pour citer l’article

Jean VARENNE, « VARUṆA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/varuna/