Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

INDO-EUROPÉEN

La plupart des langues européennes (à l'exception du basque, du hongrois, du lapon, du finnois, de l'estonien et de quelques autres parlers locaux de la fédération de Russie), d'une part, et plusieurs langues de l'Asie, d'autre part, présentent entre elles, tant dans leur grammaire que dans leur vocabulaire, des correspondances systématiques et si nombreuses qu'il n'est possible de les expliquer que par une origine commune. En d'autres termes, toutes les langues en question résultent, sans nul doute, d'évolutions, différentes selon les lieux et les temps, d'une même langue parlée antérieurement, à une certaine époque de la préhistoire, sur un domaine plus ou moins étendu de notre globe. Cet idiome préhistorique, qui a disparu à jamais faute d'avoir laissé des documents écrits avant de perdre son unité et son identité, mais dont on a pu reconstituer avec assez de certitudes les principaux traits de la grammaire ainsi qu'une partie du vocabulaire, est appelé en France habituellement l'indo-européen ou la langue indo-européenne commune, et le peuple qui en était le porteur, les Indo-Européens. Le terme « indo-européen » est aussi utilisé pour qualifier les langues historiques issues de cette « protolangue » (P.I.E. en anglais, c'est-à-dire Proto-Indo-European), ainsi que, parfois, les peuples qui font usage de celles-ci, du moins aux époques anciennes. On notera que les auteurs germanophones persistent à employer le terme indo-germanisch plutôt qu'« indo-européen ».

On peut distinguer, au sein de la « famille » linguistique indo-européenne, les groupes dialectaux suivants : le groupe indo-iranien, ou aryen au sens propre, comprenant les diverses formes prises par la langue indo-aryenne au cours de son évolution (védique, sanskrit classique, prākrits, pāli, hindī, hindoustānī, bengalī, gujarātī, marāṭhī, cinghalais, etc.), les parlers iraniens (vieux perse, avestique, mède scythique, sogdien, pehlevi, parthe, persan, kurde, pachto, ossète, etc.), et les parlers intermédiaires des Dardes et des Kāfirs de l'Hindū Kūch ; le groupe baltique (lituanien, lette, vieux prussien) ; le groupe slave (vieux slave, russe, polonais, tchèque, serbo-croate, bulgare, etc.) ; l' arménien ; l' albanais ; le grec ; le groupe italique, représenté, dans l'Antiquité, par le latin, l'osque, l'ombrien et le vénète, et aujourd'hui par les langues romanes (italien, espagnol, portugais, français, roumain) dérivées du latin ; le groupe celtique, composé du lépontique, du celtibère et du gaulois, d'une part, et des parlers brittoniques (gallois, cornique, breton) et gaéliques (irlandais, gaélique d'Écosse), d'autre part ; le groupe germanique, comportant les trois subdivisions : orientale (gotique), septentrionale (islandais, norvégien, suédois, danois) et occidentale (haut-allemand, bas-allemand, frison, anglais) ; le tokharien (attesté dans le Turkestan chinois entre le ve et le xe siècle de notre ère, sous deux formes dialectales communément appelées le tokharien A et le tokharien B, ou koutchéen) ; le groupe anatolien, comprenant outre le hittite proprement dit, ou nésite, deux autres dialectes, le palaïte et le louvite (et sa variante le « hittite hiéroglyphique »), dont semble avoir dérivé le lycien.

Il existait encore dans l'Antiquité plusieurs autres langues indo-européennes, éteintes depuis lors, et ne laissant que des résidus sous forme d'un nombre restreint d'inscriptions ou de gloses d'interprétation malaisée, de noms propres, de quelques mots isolés, etc. Ce sont : le thrace et le phrygien (que l'on rapproche de l'arménien), le messapien (désormais mieux connu) et l'illyrien (dont les liens avec l'albanais ne sont pas clairs), le lydien, le ligure, le sicule et quelques autres encore.[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : docteur en philosophie et lettres, professeur ordinaire à l'université de Louvain

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Média

Occlusives

Occlusives

Autres références

  • INDO-EUROPÉENS (archéologie)

    • Écrit par Jean-Paul DEMOULE
    • 5 145 mots
    • 1 média

    À partir du début du xixe siècle, la plupart des linguistes ont expliqué les ressemblances entre les différentes langues indo-européennes par l'existence d'une langue unique préhistorique (Ursprache en allemand), existence qui impliquait elle-même la présence d'un peuple la parlant...

  • ALLEMANDES (LANGUE ET LITTÉRATURES) - Langue

    • Écrit par Paul VALENTIN
    • 4 345 mots
    • 3 médias
    ...les occupants antérieurs, de qui nous ne savons rien, sinon qu'ils étaient agriculteurs, et des conquérants venus, peut-être, du sud-est de l'Europe. Ces derniers avaient imposé leur langue, issue de l'aire dialectale indo-européenne, c'est-à-dire ressemblant par un certain nombre de traits au latin,...
  • ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Langue

    • Écrit par Guy Jean FORGUE, Hans KURATH
    • 6 289 mots
    • 2 médias

    L'anglais est une langue germanique qui, par sa structure, appartient à la catégorie des langues indo-européennes. Il est étroitement apparenté au frison, au hollandais, au bas allemand qui, avec le haut allemand, constituent le groupe occidental des langues germaniques.

    Importé dans les îles...

  • ARCHÉOLOGIE (Archéologie et société) - Archéologie et enjeux de société

    • Écrit par Jean-Paul DEMOULE
    • 4 676 mots
    • 2 médias
    À un niveau plus large encore, la science allemande s'est illustrée, durant tout le xixe siècle, dans la définition et le traitement du problème « indo-européen » (en allemand, indo-germanisch). La reconnaissance, au début du xixe siècle, d'une parenté linguistique entre la plupart...
  • ARYENS

    • Écrit par Raoul VANEIGEM
    • 1 028 mots

    Francisé en « aryen », le terme sanskrit ārya (avestique, airya) signifie « excellent, honorable, noble ». Ainsi se désignent, avec la morgue coutumière des conquérants, les populations de langue indo-européenne qui, vers la fin du IIIe millénaire avant l'ère chrétienne,...

  • Afficher les 28 références

Voir aussi