POLAIRES MILIEUX

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Antarctique

Antarctique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Gélifraction

Gélifraction
Crédits : Planeta Actimedia S.A.© Encyclopædia Universalis France pour la version française.

vidéo

Façonnement d'un lit glaciaire

Façonnement d'un lit glaciaire
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Comparaison entre l'extension des glaces aujourd'hui et à l'époque de la dernière glaciation

Comparaison entre l'extension des glaces aujourd'hui et à l'époque de la dernière glaciation
Crédits : Living Earth

photographie

Tous les médias


Les régions de hautes latitudes présentent des masses de glaces permanentes, qui occupent une part importante de l'espace. C'est évidemment le climat extrêmement froid qui caractérise ces milieux, pourtant plus diversifiés qu'on pourrait le croire. On a constaté empiriquement que le domaine englacé correspond en gros aux régions du globe où aucun mois n'a une température moyenne supérieure à 0 0C. La limite des arbres passe très souvent dans la zone où les températures moyennes du mois le moins froid se situent autour de 9 à 10 0C ; on la retiendra comme frontière du milieu polaire. Cependant, cette valeur moyenne de température n'est que l'expression d'un complexe climatique comportant d'autres éléments qui lui sont associés assez régulièrement, et dont l'importance est peut-être plus grande que celle de la seule température : existence de vents violents, sécheresse de l'air. De plus, une moyenne inférieure à 10 0C en été implique une alternance de jours assez chauds et de nuits froides, avec une possibilité de gelée constante, et les étés faiblement marqués sont associés à des hivers très froids et de longue durée.

L'existence permanente d'eau à l'état de glace se traduit par des modalités originales de l'érosion, que celle-ci s'exerce par l'intermédiaire des glaciers ou qu'elle résulte de l'activité des eaux libérées saisonnièrement par leur fusion partielle.

Les nunataks sont des affleurement rocheux qui émergent par endroits des calottes de glace. Dans le cas de l'inlandsis groenlandais s'y ajoutent les crêtes rocheuses séparant les iceströms qui descendent vers la mer. On connaît aussi les « oasis » antarctiques, libres de glace toute l'année en raison de l'intensité locale du flux géothermique comme dans la région du mont Erebus en Antarctique. Les inlandsis glaciaires s'étendent sur quelque 10 p. 100 des terres émergées. Ils ont connu, à plusieurs reprises, une extension beaucoup plus considérable au [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 13 pages


Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-VII-Denis-Diderot
  • : professeur des Universités, professeur émérite à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne
  • : directeur de recherche au C.N.R.S., membre de l'Institut

Classification


Autres références

«  POLAIRES MILIEUX  » est également traité dans :

CLIMATS (notions de base)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 3 584 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Le climat polaire »  : […] Le climat polaire est dû à l’absence d’ensoleillement pendant l’hiver (aux pôles, la nuit dure six mois) et à un faible ensoleillement pendant l’été (soleil bas sur l’horizon). Les températures arctiques sont de – 10 à – 20  0 C l’hiver et proches de 0  0 C l’été. En Antarctique, elles sont plus basses : en hiver, elles vont de – 20 à – 65  […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/climats-notions-de-base/#i_48801

Voir aussi

ABLATION géomorphologie    ADAPTATION BIOLOGIQUE    RÉGION ARCTIQUE    ASHGILL    AUGE GLACIAIRE    BANQUISE    BÉDIÈRE    BILAN RADIATIF DE LA TERRE    BLIZZARD    CYCLE DU CARBONE    VENTS CATABATIQUES    CIRQUE GLACIAIRE    DRUMLIN    ÉOCAMBRIEN    ÉROSION    ÉTÉ    FJORD    GÉLIVATION ou GÉLIFRACTION ou CRYOCLASTIE    MODELÉ GLACIAIRE    ÉPOQUES GLACIAIRES    GLACIATION PERMO-CARBONIFÈRE    GLACIATION SILURO-ORDOVICIENNE    GLACIATIONS QUATERNAIRES    GLACIOLOGIE    GLYCOPROTÉINES    HIVER    INUIT    KAME    KRILL    MORAINES    ÔS ou OESAR    PHYTOPLANCTON    PÔLE SUD    RÉCHAUFFEMENT CLIMATIQUE    SAKMARIEN    SANDUR    TILLITES    VARVES    ZOOPLANCTON

Pour citer l’article

François DURAND-DASTÈS, Roger COQUE, Yvon LE MAHO, « POLAIRES MILIEUX », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/milieux-polaires/