RENARD

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Petit carnivore au museau pointu et à la longue queue touffue, réputé pour sa ruse, peuplant tous les biotopes d'Amérique, d'Europe et d'Afrique ainsi que ceux d'Australie où il a été introduit. Classe : Mammifères ; ordre : Carnivores ; sous-ordre : Fissipèdes ; famille : Canidés.

Corps longiligne et musclé, pattes plutôt courtes, tête fine et triangulaire, oreilles pointues et dressées, longue queue touffue toujours en mouvement, tel se présente « goupil », le renard (Vulpes vulpes). Son épais pelage est fauve, gris, tacheté de blanc suivant les espèces.

Renard roux

Renard roux

photographie

le renard roux (Vulpes vulpes), ayant fait l'objet de destructions systématiques, reste cependant l'un des mammifères sauvages les plus répandus. 

Crédits : Darrell Gulin/ Getty Images

Afficher

Sa taille et son poids varient de 40 à 60 centimètres de longueur (queue comprise) et 1 kilogramme chez le fennec (Vulpes zerda) à 1 m-1,30 m et 10 kilogrammes chez le renard à petites oreilles d'Amérique du Sud (Dusicyon microtis). Son espérance de vie est de dix à quinze ans.

Les renards vivent seuls, en couples ou en petits groupes. Furtifs, patients, rapides et habiles, ils chassent de nuit les petits mammifères (lapins, campagnols...). Omnivores, ils se nourrissent également d'insectes et autres invertébrés, de fruits, de baies et de charognes. Ces animaux, à l'ouïe fine et à l'odorat développé, possèdent une bonne vue. Ils communiquent entre eux par des postures gestuelles, des odeurs et des glapissements.

La saison de reproduction varie en fonction de la latitude. En Europe, elle se situe en janvier et février. La renarde s'accouple plusieurs fois avec le même mâle. Après une gestation de moins de deux mois, quatre à huit renardeaux naissent dans un terrier, aveugles et couverts de poils clairsemés. Durant les deux premières semaines, la renarde ne quitte pas ses petits et les allaite ; elle est alors nourrie par le mâle lorsqu'elle vit en couple. Ensuite les jeunes seront progressivement sevrés, une nourriture plus carnée sous forme de viande prédigérée et régurgitée par la mère se substituant au lait maternel.

À cause du rôle important qu'il joue dans la transmission de la rage en Europe occidentale, de sa mauvaise réputation de voleur de poules et de l'usage de sa peau, le renard a longtemps été empoisonné, gazé ou piégé, ce qui a failli causer sa perte. Une campagne de vaccination bien menée et la fin de la mode des fourrures ont permis aux populations de se rétablir. Aujourd'hui, il fréquente même les villes où il se nourrit d'ordures.

—  Marie-Claude BOMSEL

Écrit par :

Classification


Autres références

«  RENARD  » est également traité dans :

RAGE

  • Écrit par 
  • Pierre SUREAU
  •  • 2 477 mots

Dans le chapitre « Épidémiologie »  : […] Historiquement, la rage fut d'abord une maladie des animaux sauvages, surtout du loup et des carnassiers voisins. Dès que les hommes se groupèrent en collectivités urbaines entraînant avec eux leurs animaux commensaux, elle devint également citadine, et ceci dès la plus haute Antiquité. Ces deux types épidémiologiques de rage existent encore actuellement. La rage citadine dite rage des rues est t […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rage/#i_7225

Pour citer l’article

Marie-Claude BOMSEL, « RENARD », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/renard/